lundi 27 avril 2015

L’HÉRITAGE DES ROIS-PASSEURS de Manon Fargetton




Éditions Bragelonne
376 pages
20 euros


4ème de couv :


Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité. 
Énora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue. 
Deux mondes imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre…


**********************************************************


FRAGMENT

CHRONIQUES DE BOOKENSTOCK



5e année de l'Alliance des Vénérables




Autant l'annoncer de suite : gros, gros coup de coeur.


Sixième roman que je lis de Manon Fargetton, sixième coup de coeur ! Cette "writer" ;) développe un don certain pour créer des personnages forts qui emplissent pleinement notre tête et notre coeur. Et à chaque fois, ce n'est pas un ou deux personnages principaux qui nous accaparent, mais toute une équipe. À l'image des cinq ados de ses thrillers jeunesse, Ravenn, Enora, Julian et Charly ne sont pas prêts de quitter ma mémoire. Mais je devrais citer aussi Lïam, Jana, Ojaedd, Hank... Oui, je les ai aimés, j'ai vibré, j'ai eu peur pour eux, j'ai espéré avec eux et j'ai eu les yeux tout embués à la perte d'un d'eux et de ses conséquences. Pfff, je me fais l'effet d'une midinette, mais on en reparlera quand vous l'aurez lu !

Ils sont tous différents, chacun avec une particularité ou un caractère fort et marquant. Même quand cette particularité est négative, comme l'addiction de l'un deux à l'alcool, l'auteur arrive à nous le faire aimer. Je suis bien incapable de dire lequel j'ai préféré, non, je les aime tous.

Si les personnages sont un point fort de Manon Fargetton, il est loin d'être le seul. Le monde, non, LES mondes créés sont juste passionnants. Il y a le nôtre, appelé Rive dans le roman, mais je vous laisserai découvrir pourquoi, et à l'image d'un reflet renversé dans un miroir, Ombre. Renversé jusque dans le déroulement des jours : lorsqu'il fait nuit dans l'un, il fait soleil dans l'autre. Et même si le déroulement du temps reste identique pour les deux, chaque monde a évolué différemment : Rive avec sa technologie, Ombre avec sa magie, ses dragons et ses vouivres. Et puis, il y a autre chose de génial inventé par l'auteur : les Noirs-Portraits. Alors ça, c'est une idée de génie cette histoire...mais non, je ne vous dirai rien !

Enora fuit les assassins de sa famille et de ses amis et disparaît grâce à son pouvoir, accompagnée de Julian et son frère Charly. Ils atterrissent au royaume d'Ombre au moment du retour de la princesse Ravenn à Astria, capitale du royaume. Sa mère est mourante, elle vient revendiquer son trône, et comme le dit si bien le résumé ci-dessus, elle n'est pas la bienvenue. Ce passage soudain, cette brèche créée entre les deux mondes au moment où des changements houleux se profilent en Ombre prouve que les éléments sont liés. Comme si un Dieu orchestrait tout cela... Les circonstances s'enchaînent et confirment que le destin de ces deux femmes fortes, Ravenn et Enora, s'imbrique même si elles ne poursuivent pas le même but. Enora cherche la vengeance, Ravenn le pouvoir. Mais ce dernier, en l'état est partagé entre trois factions qui s'y accrochent : le roi qui a toujours manipulé sa femme, le Clos des Magiciens et les clergés du royaume : Aa Dieu de la nuit et Izil Déesse du jour. L'ennemi se présente donc sous la forme d'une hydre tentaculaire et les alliés peu nombreux.

Manipulations, espionnages, règlements de comptes à coups d'épées, de dagues ou à coups de sorts, Manon Fargetton déroule son histoire sans que jamais on ne s’ennuie. J'ai adoré cette forme de magie développée et basée sur l'exploitation des ombres, cela m'a fait penser à Abyme de Mathieu Gaborit. Ce récit est entrecoupé de "Fragments", tels des parchemins, qui retracent des passages de l'Histoire d'Ombre et nous éclairent sur les événements. L'écriture de Manon est toujours aussi fluide, agréable et poétique :
Elles se turent. En se jetant l'une sur l'autre telles deux vagues contraires, leurs colères respectives s'étaient violemment consumées avant de retomber. N'en restait qu'une écume désordonnée dans laquelle elles continuaient de se débattre. 
Ecouter braire* l'ombrois est savoureux, un parler made in Manon que je ne peux que vous conseiller de découvrir, un vrai délice ! Je précise que ce roman est un one-shot, l'histoire est belle et bien finie à la fin et c'est un vrai crève-coeur que d'abandonner tout ce monde là. Cependant comme je sais que l'auteur est en train d'écrire un second roman dans ce même univers, je suis rassurée et déjà impatiente.

Extrait des chroniques de Bookenstock,
par Dup, encrée du royaume.




* les explications de ce terme se trouvent dans l'ITV 5 du mois de Manon.

6 commentaires:

  1. Ah elle est géniale ta chronique, la présentation est énorme et m'a faite sourire :) Je me retrouve dans ma lecture totalement là... Les personnages me manquent toujours autant depuis que j'ai refermé mon livre nif....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au 3ème Fragments lus, j'ai eu envie de la présenter ainsi :))

      Supprimer
  2. Je suis sur la fin du roman ... et j'aime beaucoup c'est frais et très moderne ! J'y retourne ....

    RépondreSupprimer
  3. Je suis en train de le lire et la plume de Manon est formidable !!!

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas mais je pense que ça pourrait vraiment me plaire! Merci de la découverte :D

    RépondreSupprimer