lundi 25 juillet 2016

C'est l'été ...





Et comme chaque été, les Vénérables mettent le blog en pause.

Y'aura peut-être des chroniques ... ou pas !

Y'aura peut-être des annonces de  sortie ... ou pas !

Y'aura peut-être rien ... ou pas !!


Bonnes vacances à ceux qui en ont, bel été à tous.

Des bisous et on se retrouve à la rentrée !


dimanche 24 juillet 2016

Sur les traces de Fallout new Vegas et de Pawn Stars


De passage à  Las Vegas, je vous épargne les poncifs du genre et on se concentre sur les 'trucs à  la con' que nous adorons faire ...

Pawn stars vous connaissez ?
Rick, the old man et Chum.
Nous sommes bien sûr aller visiter la boutique sur Las Vegas boulevard.
Nous avons raté  Chumli de peu, dommage.
La boutique est comme dans la série.





Puis pour faire plaisir au loustic nous sommes allés sur les traces de Fallout New Vegas,  manger un bout à Goodspring au Pioneer Saloon, paumé au milieu du désert, puis a Prime où nous etions déjà allés mais que le gamin voulait revoir
Dedicace au gamers donc ...














Ensuite nous quitons la ville, direction Zion. La suite dimanche prochain .. ou pas ! 



vendredi 22 juillet 2016

SANCTUAIRES de Clélie Avit






 Les Messagers des Vents tome 2



Editions MSK
(JCLattes)
Sortie le 008/06/2016
480 pages
18 euros




Les Vents, les Terres, les Eaux, les Feux. Quatre éléments, quatre territoires : la Friyie. Quand Ériana a rencontré Setrian, jeune messager des Vents, elle ignorait tout du danger qui menaçait le pays , de la prophétie qui la désignait et des pouvoirs qu’elle détenait. Il aura fallu une quête en territoire des Terres, un périple riche d’aventures et de rencontres, et l’affrontement avec les membres du terrible Velpa pour qu’elle s’accepte comme celle qui sauvera les quatre communautés.

Après les Messagers des Vents, Clélie Avit continue avec Sanctuaires sa généreuse et palpitante saga fantastique.

Ériana, affranchie de ses doutes et sous la précieuse protection de Setrian, poursuit la vaste mission qu’elle s’est vue confier par le conseil des Vents. Pour cela, elle va au-devant des quatre éléments, de son apprentissage et des connaissances révélées par la prophétie. Mais la prophétie n’en finit pas de dévoiler ses secrets, et les obstacles seront au rendez-vous, plus douloureux que jamais.

Chaos, jeux de pouvoir, disparitions, nouvelles rencontres, alliances inattendues… Dans de nouveaux décors, dont la prestigieuse cité des Eaux, ce deuxième tome des Messagers des Vents mêle habilement les péripéties pour accrocher son lecteur et ne plus le lâcher. Tout en glissant parfois vers un côté sombre et mélancolique, qui n’en étoffe que davantage des personnages auxquels le lecteur s’est vivement attaché.



L'avis de Phooka:



Je trouvais le tome 1  en demi-teinte, essentiellement à cause d'un début vraiment trop long, mais la seconde moitié du roman avait su me convaincre et c'est avec confiance que je me suis lancée dans la lecture de ce second opus. Je n'ai pas regretté mon choix !

C'est avec vraiment beaucoup de plaisir que l'on retrouve nos héros. Les deux groupes créés précédemment suivent chacun leur chemin. Groupes qui vont eux -même se scinder. Du coup, on retrouve le schéma classique, mais efficace, de l’alternance des chapitres qui apporte beaucoup de rythme à la lecture.
Et du rythme il y en a, bien plus que dans le premier opus. On connait déjà les principaux personnages et si certains s'y ajoutent, ils sont intégrés dans le fil naturel du récit. On a l'impression que l'auteur a vraiment pris les choses en main. Comme si elle avait enfin trouvé le bon rythme. Ça se ressent dans le plaisir qu'on éprouve à la lecture.
Même si le comportement de Setrian pourra paraître étrange, au moins son rôle n'est pas "linéaire". Le destin d'Eriana est loin d'être serein lui aussi. Mais surtout, l'auteur nous assène quelques coup de théâtre pas "piqués des vers"; J'en ai été très surprise car franchement je m'attendais justement à un récit "classique" et sans réel retournement de situation. Grossière erreur de ma part et vous m'en voyez ravie !

Ce que je trouve étonnant dans le récit en lui même c'est que c'est à la fois "prenant" et "tranquille". Oui je sais c'est bizarre ce que je raconte. C'est "tranquille" parce qu'on suit le cheminement de nos petits groupes dans la plus pure lignée des romans initiatiques, et on a largement le temps d'apprendre à connaître les différents protagonistes et de partager leur vie de tous les jours. Mais comme cette "vie de tous les jours" est pleine d'aventure, de suspense, de découvertes et de retournements de situation, on a le côté "prenant" sans avoir cette impression de roman qui file à cent à l'heure. 
Je ne suis pas sûre d'être claire sur ce coup là, mais je tiens pourtant à expliquer ce rythme car pour moi, il fait le charme du livre. 

A ceci, bien sûr, il faut ajouter la magie de l'eau cette fois-ci, qui à l'instar de celle de la terre et du vent, est tout aussi exotique et fascinante. Sans oublier, bien sûr Arden, la cité des eaux, absolument somptueuse. Et ce qui est aussi une belle réussite de Clélie Avit, c'est que, à première vue on pourrait penser que la cité des eaux, qui ressemble fort à la cité des vents, fonctionne grosso modo de la même façon (même hiérarchie, mêmes obligations etc ...). Mais là où est le coup de maître c'est que justement, si la structure est à peu près la même, le fonctionnement en est très différent et c'est un vrai régal pour le lecteur de le découvrir.

Voilà donc un tome 2 qui a su me convaincre. L'univers créé par l'auteur est vaste et riche, les personnages sont très attachants, le récit est bourré de suspense et d'émotion. L'auteur ne cède pas à la facilité et prend vraiment son histoire à bras le corps. Bref, une très bonne suite. Reste à attendre le tome 3!





jeudi 21 juillet 2016

LE CONDOR de Stig Holmås




Sonatine + Éditions 
255 pages
13 euros


4ème de couv :



William Malcolm Openshaw, poète, intellectuel et amoureux des oiseaux, a eu plusieurs vies. Depuis des années, il erre aux quatre coins du globe, de Mexico à Tanger, en passant par Bogotá et Le Caire, ne fréquentant que les quartiers les plus pauvres. « Je me contente de traverser les villes, de les quitter en marchant lentement. » William est un homme hanté par de mystérieuses tragédies, par des secrets dont il ne parle pas. Au Portugal, à la suite d’une agression, il fait la connaissance de Henry Richardson, attaché à l’ambassade britannique de Lisbonne. Ce dernier semble en savoir beaucoup sur le passé de William, beaucoup trop même. Sur les disparitions, les morts violentes, les ombres et les trahisons qui ont jalonné son parcours. Richardson a peut-être même les réponses aux questions que se pose William sur sa vie d’avant, sur la tragédie qui a brisé son existence. Une véritable partie d’échecs à base de manipulations s’engage alors entre les deux hommes, dont l’issue ne peut être que tragique.



L'avis de l'éditeur :

Stig Holmås, tout en nous proposant une intrigue d’une efficacité absolue, s’interroge sur la condition humaine avec une lucidité déchirante. La beauté et la puissance de l’écriture ne font qu’ajouter à l’éclat de cette perle noire, publiée en 1991, et considérée par beaucoup d’amateurs comme un chef-d’œuvre absolu du genre.

Stig Holmås est né en 1946 à Bergen. Publié précédemment en France dans la «Série noire», en 2001, Le Condor est son premier roman.




L'avis de Dup :


Je ne remercierai jamais assez Pierre Faverolle pour ce commentaire enflammé écrit sur Facebook : « Incroyable, inclassable, extraordinaire... et je n'en suis qu'à la moitié ! ». Voilà, il a suffi de cette phrase pour que je commande illico ce livre, sans même attendre sa chronique. Et vous savez quoi ? Je ne retire aucun des adjectifs alignés, ce livre est vraiment incroyable et inclassable et extraordinaire. Énorme coup de cœur ! 

Je remercie également les Éditions Sonatine d'avoir réédité ce roman et de le mettre à nouveau au devant de la scène, sinon je serai passée à côté de cette perle rare. C'est également pour cela que j'ai rajouté après le pitch le blabla de l'éditeur présent sur la 4ème de couv car il met bien en lumière qui est ce monsieur Holmås.

D'une profonde noirceur, Stig Holmås nous compte la vie de William Openshaw, poète adulé et passionné d'oiseaux, qui enfouit aujourd'hui sa vie en errant de bidonvilles en bas-fonds, dans toutes les grandes capitales du monde. Il côtoie la misère, partage la souffrance et les privations. Il y noie dans l'alcool son passé et ses erreurs. Bon ok, dis comme cela ça n'a rien de tentant n'est-ce-pas ? 

Et pourtant, si vous saviez comme l'écriture de ce roman est belle, profonde, et prenante. Le démarrage est un peu déstabilisant, mais passé les premiers paragraphes, et non les chapitres car il n'y en a pas, on est pris par ce récit. Je ne parlerai pas d'intrigue à proprement parler car il s'agit là du récit d'une vie, tout simplement. 

Mais la construction en est tout bonnement remarquable. À la manière d'un immense puzzle, l'auteur nous fait aborder par petites touches toutes les périodes de la vie de cet homme. C'est un va-et-vient permanent, prenant, captivant, nous laissant sans cesse en attente d'en savoir plus. Un récit incroyablement fort et hypnotique. 

Je pourrais vous faire une liste de tout ce qu'il a fait, de tout ce qu'il a vécu ce William Openshaw, mais je sais que sous ma plume cela sera lassant et risquerait juste de vous éloigner de ce bijou qu'il faut absolument découvrir. Cet homme passionné, passionnant on veut l'aimer. On cherche page après page des raisons de l'aimer malgré... oui malgré toutes les circonstances aggravantes que l'on découvre. Mais il a tellement de circonstances atténuantes mon dieu ! 

On a le cœur de plus en plus compressé dans un étau, mais on survit quand même jusqu'à la fin ou presque. La dernière phrase est le coup de grâce, le dernier tour de vis qui m'a fait exploser le coeur et jeter ce livre loin de moi... Mais je l'ai vite repris et rangé car je sais déjà qu'il fera partie des rares livres que j'aurai plaisir à relire, encore et encore. C'est magistral, vraiment. À lire de toute urgence !

Pour lire la chronique de l'ami Pierre, désormais sortie, c'est ICI.




Deuxième participation au challenge de la Licorne
pour la session 5



mercredi 20 juillet 2016

LES TRAQUEURS de Antoine Bombrun






La 4ème de couv :)





L'avis de Dup :


Une fois n'est pas coutume, je vais aujourd'hui vous parler d'un roman auto-édité, qui plus est un premier roman. Nous avons été contacté par une start-up nommé L'Attelage qui regroupe des écrivains en comité et se sont donnés une ligne éditoriale que je vous invite à découvrir en suivant le lien. Pour ma part, plus que tous ces détails, c'est le pitch de ce roman qui m'a attiré. Il est bien pensé et intrigant à souhait.

Trois traqueurs se déplacent le plus discrètement possible dans le pays dévasté de Lhun. Qu'ils marchent tête basse ou tête haute, elle reste masquée par leur capuche qui cache leur regard. Tous les trois ont les yeux blancs, le "regard immaculé" qui déchaîne la haine ou la peur autour d'eux. Car ce sont des marqués : leur chemin a croisé celui du Nécromancien. 

Il y a le grand Rhyunâr, l'épéiste, l'homme au yatagan. Thief, le vieillard râleur et sa besace. Et puis il y a "toi, Shiujih qui vit, dors et pisses avec ton arbalète toujours sous la main". Je dis qu'ils sont trois, mais en fait ils sont quatre car il y a le narrateur. Or ce personnage qui va nous conter toute la quête que mène nos trois compères, on ne sait rien de lui. On sait juste qu'il est là, qu'il observe, juge, condamne et nous narre l'histoire. De plus, il utilise le "tu" et s'adresse uniquement à Shiujih, ce qui donne un style tout à fait particulier à ce roman.
«Tu sens l'odeur des arbres, de la plaine, de la fumée au loin, ainsi qu'un relent salé. La fragrance de la mer. Tes mains serrent ton arbalète un peu convulsivement. Ça me donne envie de te secouer un bon coup, mais je ne peux pas me le permettre. Il faut que je reste tapi en silence, invisible.»

L'auteur va même réussir à ne dévoiler son identité que vers la fin du roman et cette interrogation permanente accentue l'envie d'aller au bout de cette aventure pour comprendre. Pourtant il n'avait pas besoin de ça, loin de là. Cette quête, cette vengeance qui anime nos trois compères à la recherche du Nécromancien est déjà bien passionnante. Elle est également suffisamment pleine d'action, de bagarres, de batailles, de magie noire et de démons pour en faire un véritable page-turner. 

Elle reste néanmoins bien sombre cette quête et il faut parfois s'accrocher. Le narrateur fait de Shiujih le héros de cette traque. Un héros bien minable au départ que l'on va voir évoluer au gré des événements tragiques qu'il affronte. Je dois préciser que ce n'est pas une lecture tout public quand même, certaines scènes sont particulièrement gore. On parle de nécromancie là, donc gangrène, nécrose et putréfaction sont au rendez-vous ! Néanmoins j'avoue que ces scènes vont très bien avec le contexte : on est bien dans de la dark fantasy. 

Une écriture soignée avec un vocabulaire riche et bien adapté nous transporte dans cet univers moyenâgeux. Les injonctions et les jurons qui parsèment les dialogues restent résolument modernes et créent un décalage que personnellement j'adore. Bref ces Traqueurs sont une belle découverte que je vous conseille chaudement. Un roman de dark fantasy au style bien particulier qui vaut le détour.



mardi 19 juillet 2016

Résultats de partenariat spécial "mois de" Adrien Tomas



Avant de dévoiler les bénéficiaires de ce partenariat
NOUS TENONS À VOUS REMERCIER TOUS 
pour votre enthousiasme et votre envie de participer. 
Nous ne pouvions hélas pas répondre positivement 
à tout le monde et le plouf-plouf a été cruellement douloureux.

Nous espérons que l'on vous retrouvera tous malgré tout en septembre !


Recevront donc 

LE ROYAUME RÊVÉ








LA GESTE DU SIXIÈME ROYAUME





Nous vous souhaitons à tous de bonnes vacances et de bonnes lectures estivales.
À tout bientôt !


Et un grand merci aux Éditions Mnémos pour ce partenariat généreux !


PS : Nous rappelons que nous ne sommes pas responsable des aléas de la Poste...

lundi 18 juillet 2016

LA VOLEUSE DE SECRETS de Brenda Drake



Library Jumpers tome 1







Editions Lumen
Sortie le 02 juin 2016
492 pages
15 euros


Fervente lectrice, passionnée d'escrime, Gianna a perdu sa mère à l'âge de quatre ans. Elle visite pour la première fois l'Athenæum, l'une des plus anciennes bibliothèques de Boston, accompagnée de ses deux meilleurs amis, quand elle remarque le comportement étrange d'un mystérieux jeune homme. L'inconnu finit même par se volatiliser presque sous ses yeux, penché sur un volume des Plus Belles Bibliothèques du monde. Lorsque Gia s'approche à son tour de l'ouvrage, elle se retrouve transportée de l'autre côté du globe, à Paris, dans une magnifique salle de lecture dont une bête menaçante arpente les rayons, comme elle ne tarde pas à le réaliser avec un frisson... 

La jeune fille vient de mettre le doigt dans un terrible engrenage : une poignée de bibliothèques anciennes mène en effet vers un monde où magiciens, sorcières et créatures surnaturelles s'affrontent depuis des siècles pour éviter que le peuple des hommes ne découvre leur existence. Gia apprend qu'elle est l'une des Sentinelles chargées de protéger cette société secrète. Pire encore, qu'elle est la fille de deux de ces guerriers d'exception – une union interdite – et que sa naissance n'est autre que le présage de la fin du monde. Une malédiction qui lui interdit absolument de se rapprocher d'Arik, l'inconnu aux yeux noirs de l'Athenæum... 

Bestiaire fabuleux, objets magiques, voyage entre les univers... Jamais plus vous ne regarderez un vieux livre poussiéreux du même œil ! Avec La Voleuse de secrets, Brenda Drake vous entraîne à la suite de Gia dans une quête initiatique périlleuse et riche en révélations.





L'avis de Phooka:




Rhoo que j'ai aimé ma lecture. Parfait pour démarrer l'été: léger, prenant et bourré de suspense, voilà un livre à mettre entre toutes les mains.

Pourtant dans les tous premiers chapitres Gia, l’héroïne, m'agaçait un peu. Elle se retrouve transportée on ne sait où par l'intermédiaire d'un livre et c'est à peine si elle sursaute. Non j'exagère, elle se pose des questions et surtout elle en pose beaucoup autour d'elle mais ne s'offusque pas de ne pas avoir de réponses. Bon, avouons-le, c'est surtout parce que moi lectrice, je voulais comprendre et j'ai dû prendre mon mal en patience.
Parce que avouez quand même que c'est étrange cette histoire, non? 
Gia est une jeune fille, orpheline de mère et qui vit avec son père Pop qu'elle adore. Elle a un copain et une copine avec qui elle passe son temps, Nick et Afton. Une vie plutôt tranquille et studieuse.
Un beau jour, ils décident de changer de bibliothèque pour aller réviser leurs cours et entrent dans la plus ancienne bibliothèque de Boston: l'Athenæum.

Là, par hasard Gia, croise un très beau jeune homme (ben oui hein, quand même!) qui s'évapore quasiment sous ses yeux. Essayant de comprendre ce qui s'est passé, elle découvre un livre recensant les plus belles bibliothèques du monde. Ce livre sera la porte vers l'aventure, la fantasy et l'amour.
En effet , il permet de voyager de bibliothèques en bibliothèques, mais aussi de franchir les barrières vers un autre monde où les méduses croisent les chien-garous et toutes sortes de bestioles. Pour en garder les entrées, existent les sentinelles ...

Je ne vais pas vous en dire plus sur ce monde, car l'un des grands plaisirs de ce premier opus est justement de le découvrir. A la suite de Gia, et à son rythme, nous allons connaître les différentes créatures peuplant ce monde, comprendre les raisons de leurs existences cachées. Nous allons aussi découvrir le terrible danger qui guette aussi bien les créatures que les humains. Et bien sûr, nous allons comprendre qui est réellement Gia et le rôle qu'elle a à jouer dans cette histoire. Gia ... et d'autres bien sûr!

Les personnages sont réussis et attachants, dans notre monde ou dans l'autre. Gia découvre petit à petit ses propres secrets et ceux des gens qui l'entourent. Les surprises sont nombreuses et l'action est omniprésente. Une petite touche d'amûûûr est bien sûr présente, mais juste ce qu'il faut. Ce n'est pas, et de loin, le thème principal du récit. Magie, combats et révélations en sont les maîtres mots. Les chapitres sont courts et le rythme soutenu. Du coup, le livre se dévore à toute allure et les quasi 500 pages se lisent très vite. Bien qu'attendant la suite avec impatience, pas de sentiment de frustration car un épisode est bouclé et le roman ne finit pas sur un cliffhanger, ce que j'apprécie énormément.

Bref, La voleuse de secrets est un roman jeunesse sacrément bien ficelé qui m'a tenue en haleine de bout en bout et que j'ai lu avec beaucoup de plaisir. L'univers de l'auteur tient la route et son amour des livres ne fait aucun doute. De quoi passer son été à fureter dans les bibliothèques de toutes les villes où nous passerons.



La fameuse bibliothèque l'Athenæum de Boston

vendredi 15 juillet 2016

Bilan et fin du 15/15 d'Emmanuel Chastellière






Nous sommes le 15 juillet et c'est la quille pour Emmanuel, on va pouvoir le relâcher ! :))
Mais pas avant de le remercier chaleureusement pour sa présence et sa disponibilité sans faille. Il nous a même devancées parfois !
Ce fut encore une fois un mois2 passionnant et instructif. C'est bien les auteurs à plusieurs casquettes !

Petit bilan avant de lui laisser la parole pour le mot de la fin :

Ce 15/15 aura donné lieu à quatre pages d'itv participative :


Son roman Le village aura récolté à ce jour presque toutes les chroniques attendues :




MarieJuliet


Et maintenant on lui laisse la main pour le mot de la fin !



Bonjour à toutes et tous ! 

Qui a dit que le temps passait vite ? 
Je ne sais pas, mais dans la série "clichés", je suis bien parti pour décrocher le premier prix avec une telle phrase d'accroche ! J'espère que vous aurez trouvé mon roman ou mes réponses un peu plus originaux que ça !
Nous voilà donc déjà sur le point de conclure ce mois2. 
Sans surprise et malgré un soupçon d'appréhension de ma part, j'ai pris beaucoup de plaisir à répondre à vos questions. Qu'elles concernent l'intrigue du roman, ses personnages, sa fin, mon métier de traducteur... Bon, finalement, nous n'aurons pas discuté d’astronomie ou de tatouages, mais, qui sait, une prochaine fois peut-être ? En tout cas, je suis fier de constater que le roman vous a plu et que pour certain(e)s d'entre vous ce fut même un coup de cœur. J'ose croire que mes futurs projets, annoncés ou pas, seront à la hauteur de vos potentielles attentes ! 

Au sujet du village lui-même, sa vie n'est heureusement pas finie ! Finalement, cela fait à peine un mois que le roman est disponible pour de bon. Et je crois qu'il devra aussi compter sur le bouche-à-oreille pour continuer sa route. D’ailleurs, justement, si ça vous dit de le soutenir en en parlant autour de vous, il existe suffisamment de plateformes d'avis de lectures pour ne pas n'en citer qu'une ! ;-) Ensuite, je l'ai mentionné ailleurs, mais je devrais sous peu proposer quelques "scènes coupées" sur mon site, notamment deux interludes. Il me semble que ceux-ci ont souvent beaucoup intrigué les lecteurs, donc ce sera une manière pour vous d'en apprendre davantage sur cet univers, si ça vous dit !  Et si vous souhaitez garder le contact au-delà de ce mois, n'hésitez pas, ça me fera plaisir ! Outre mon site déjà mentionné et forcément plus personnel qu'Elbakin.net, vous pouvez jeter un œil ou me suivre sur mon compte Twitter https://twitter.com/Gillossen ou Facebook https://www.facebook.com/emmanuel.chastelliere par exemple. :-)  
Enfin, comment conclure sans remercier bien bas Phooka et Dup, pour leur confiance, leur enthousiasme et leur investissement sans faille dans ce partenariat ! Moi qui à la base les avais contactées uniquement pour leur proposer de chroniquer Le Village, j'ai été touché de les voir faire confiance à un auteur débutant. 
Finalement, dans la vie, il faut oser. :-)

mercredi 13 juillet 2016

Partenariat spécial le "mois de" Adrien Tomas



PARTENARIAT COMPLET !


Les Éditions Mnémos sont à nos côtés pour vous proposer un partenariat 
du feu de Dieu qui accompagnera ce Mois2 !



6 exemplaires du tout prochain roman d'Adrien Tomas 
Le Royaume rêvé
qui sortira en août 2016



304 pages


Le pitch :

Ils sont les héritiers des clans nordiques.
Ils rêvent d’unifier et de pacifier leurs terres.
Cet espoir se transformera-t-il en cauchemar ?

Voici la geste des jeunes héritiers des clans du Nord et de leurs compagnons. Voici la geste des princes otages, de celles et ceux qui ont pour projet d’unifier les marches du Gel pour en faire leur royaume rêvé, puissant, sûr et juste, gouverné avec sagesse.

Mais leur chemin vers cette quête sera semé d’embûches : le respect du peuple s’arrache dans le sang et les larmes, et la victoire sur leurs ennemis demandera de grands sacrifices. Lorsque le Nord, déjà affaibli par les querelles des Quatre Citadelles, devient la cible des mandragores, redoutables créatures issues des sombres enchantements des Elfes, le doute n’est plus permis : ils sont la dernière chance de survie des marches du Gel. Pour les combattre, les lames, le verbe et la magie seront leurs seules armes.


3 exemplaires de 
La geste du sixième royaume
édition prestige


Le pitch et la chronique ICI





Pour postuler à ce partenariat, il suffit d'un mail, si vous êtes ok avec les règles.


LE MAIL :

adresse : lemoisde[at]gmail[point]com
intitulé : partenariat le mois de Adrien Tomas
avec :
* l'adresse de votre blog
* votre pseudo, si vous en avez un sur livraddict/facebook/bit-lit.com/google+ etc..
* votre nom et adresse 


Les résultats du partenariat seront annoncés dans un billet dans les jours qui suivent. Nous ne prévenons pas les bénéficiaires par e-mail.

LES RÈGLES :

* Nous envoyer un mail pour annoncer que vous avez bien reçu le livre.

* Lire et chroniquer ce roman au plus tard le 25 septembre 2016, avec les liens vers Bookenstock dans votre chronique , et nous envoyer votre lien également.

* Annoncer le Mois de Adrien Tomas sur votre blog au début du mois de septembre.

* Venir participer au Mois d'Adrien en posant plusieurs questions (ou commentaires) pendant son "Mois de ...".


Le partenariat restera ouvert plusieurs jours. Notre choix se basera sur des critères totalement subjectifs tels le "plouf plouf" ou le "choipeau" voire même le "ça sera toi qui ..."






PARTENARIAT COMPLET !
Les résultats tout bientôt ;)



Septembre 2016 sera le mois de ...



ADRIEN TOMAS




C'est avec un immense plaisir que nous recevrons en septembre Adrien Tomas. Quand on allie gentillesse et talent, on vient forcément faire un "Mois de" sur Bookenstock, non ?

Si quelqu'un au fond de la salle ne connait pas Adrien Tomas, voici une vue rapide de sa biblio en images:





Prix Imaginales 2012




                     












Nouvelles





  • Ophëa, in Reines et Dragons, Éditions Mnémos, coll. « Anthologies », 2012, 204 p.
  • Quarante-huit pour cent, in Semi-Hommes, Éditions Asgard, 2013, 230 p. 
  • Les Fabuleuses aventures de Roger le nécromancien et Loulou le Barbare, in Millefeuille littéraire, Librairie Bédéciné, 2015, 324 p.
  • Le troll de sa vie, in Anthologie Trolls et Légendes, Editions ActuSF, coll. « Les Trois Souhaits », 2015, 304 p.
  • Trolls, licornes et bolognaise, in Trolls et Licornes, Éditions Mnémos, coll. « Anthologies », 2015, 224 p.
  • Le Pacte des Trois, in Mon Cheval mon espoir, Éditions Rageot, coll. « Hors collection », 2015, 160 p. 
  • L'énergie du Désespoir, in Fées et Automates, Éditions Mnémos, coll. « Anthologies », 2016, 221 p. 




Et voici les chroniques sur Bookenstock:

mardi 12 juillet 2016

MADAME X de Jasinda Wilder





Éditions Michel Lafon
333 pages
16,95 euros


Le pitch :


Je suis Madame X.

Je suis la meilleure dans mon domaine.

Engagée pour métamorphoser les fils incultes et superficiels de riches et puissants hommes d'affaires, Madame X est à la pointe du raffinement et de la culture. Elle les éduque et leur apprend à avoir confiance en eux, à s'exprimer correctement et à savoir se comporter dans le beau monde. C'est un professeur sévère et exigeant.
Mais derrière ce vernis sophistiqué, Madame X est une femme à la dérive, piégée par un sombre passé dont elle a tout oublié et par la protection d'un homme séduisant qui prétend posséder son corps... et son âme. Madame X le craint et le désire violemment à la fois.
Et même si les murs de son penthouse dans lequel elle surplombe Manhattan la rassurent, elle rêve aussi d'évasion. Mais elle ne connaît rien ni personne. Jusqu'au jour où cet autre homme apparaît...



L'avis de Dup :


Petit craquage de la Dup devant cette couverture très suggestive. Avec en plus dessus, comme accroche «poétique, provoquant, torride». J'étais donc curieuse de voir comment on pouvait allier le premier terme avec les deux autres... Elle est assez bonne l'excuse ?

Je dois quand même dire que, même si Jasinda Wilder a une écriture fluide et agréable à suivre, j'ai cherché durant les quelques 300 pages le côté poétique de la chose et ne l'ai pas trouvé ! Mais qu'importe, le reste m'a convaincu. 

Tout d'abord le style de narration choisi par l'auteur, qui est original et peu fréquent. Elle fait de son personnage principal Madame X, la narratrice. Jusque-là rien de nouveau sous le soleil, mais lorsque cette Madame X pense ou décrit les personnes qu'elle rencontre, elle emploie le tu. En revanche, elle vouvoie dès qu'elle s'adresse à eux. Ce décalage permanent accentue le sentiment de froideur qu'elle met dans ses dialogues. Elle se veut non pas méprisante mais hautaine, froide, afin d'éviter qu'un quelconque lien affectif puisse se créer entre elle et ses clients. Mais le lecteur, par le biais du tu, sait ce qu'il en est, connait ses moindres pensées et sait combien cette froideur n'est qu'une façade. 

Alors justement, nous parlons lecture torride, Madame X, des clients. On pourrait penser que... Et bien non ! Madame X reçoit dans le salon de son appartement cossu, pour une durée n'excédant jamais plus d'une heure et pour une somme astronomique, des fils à papa destinés à reprendre la succession des affaires paternelles. Elle doit modeler ces gosses de riches en futurs requins, sûrs d'eux mais pas trop, développer la classe naturelle que devrait leur conférer ce statut de PDG... et la tune qui va avec !

À côté de ce boulot dans lequel elle excelle, on découvre qu'elle est en quelque sorte prisonnière de cet appartement, filmée, surveillée, des gorilles prêt à intervenir au moindre geste déplacé d'un de ses clients. Cela pour le compte de Caleb Indigo, son protecteur, celui qui vient lui rendre visite la nuit pour des séances...très hot ! Il exige, il prend. Il commande, il gère ses moindres soupirs. Et il repart. Toujours. 

Ce nom X, c'est elle qui se l'ait choisi. Même si elle a 26 ans, ses souvenirs démarrent il y a 6 ans, après une violente agression donc elle ne garde que quelques souvenirs diffus qui viennent la hanter dans des cauchemars récurrents. Avant, c'est le black-out complet : amnésie anté-rétrograde complète. Et c'est Caleb qui l'a ramassée, "retapée", et qui gère aujourd'hui sa vie de A à Z. Et elle, cette Madame X, elle l'a dans la peau. Syndrome de Stockholm ? À vous de le découvrir. 

Forcément, il est tout pour elle, mais ce qu'il lui donne n'est pas assez. Il faut avouer qu'il est sacrément énigmatique le gars Caleb. J'ai rarement rencontré de personnages aussi taiseux. Il a beau être beau comme un dieu et monté comme un étalon, il m'a émoustillée autant qu'un glaçon... 

Alors lorsque l'occasion se présente, via un autre beau gosse, de prendre la tangente, malgré les risques, malgré ses nounous baraquées et armées, Madame X fuit. À partir de là, cela devient carrément plus page-turner : actions, suspense, découverte du monde réel, questionnements. On ne voit plus passer les pages et c'est la fin ! 

Jasinda Wilder a fort bien mené ce récit dont le pitch est original, peu classique dans ce genre de littérature, et dont la fin est surprenante quoique discutable (héhé...z'avez qu'à le lire non mais) , il n'en reste pas moins que j'aimerais beaucoup lire la suite. Comment ça c'est encore une excuse ?