vendredi 30 janvier 2015

LE NOIR EST MA COULEUR Tome 3 d'Olivier Gay



La riposte


Editions Rageot
304 pages
11.90 euros






Manon et Alexandre subissent le chantage de Jordan, le lycéen américain. Frustré que la jeune fille l’ait repoussé, celui-ci prétend l’avoir filmée en train d’utiliser ses pouvoirs de Mage noire, Alexandre à ses côtés : il menace de tout révéler à ses parents et au Conseil des Mages.



L'avis de Phooka:


Quel plaisir de retrouver Manon et Alexandre. J'adore le rythme de publication de cette série (environ un tome chaque 3 ou 4 mois), qui permet ainsi de ne pas perdre le fil.

Manon et Alexandre donc, toujours cette alternance de chapitres et de points de vue qui rendent le livre impossible à reposer. Cette fois-ci encore, je l'ai dévoré en deux soirées, incapable de m'arrêter. Manon tiraillée entre la magie des couleurs et le noir, Alexandre tiraillé lui entre son amour pour Manon (amour qu'il ne comprend pas vraiment) et ses potes vaguement délinquants.
A ce duo vient s'ajouter ce $&*!@ de Jordan !! Je ne l'aimais déjà pas dans le tome 2, mais là cela ne va pas en s'arrangeant. Il se glisse entre Manon et Alexandre pour imposer ses lois et il fait bien des dégâts. Il faut reconnaître que malgré son apparence un peu douce et chétive, Jordan est une force de la nature et on comprendra pourquoi tout au long de ce troisième opus.

Je ne veux pas en dire trop pour ne pas gâcher votre plaisir, mais ce roman est essentiellement consacré à la confrontation Jordan/ Manon/Alexandre, mais aussi à celle de la magie des couleurs contre la magie noire. Le noir est-il vraiment la couleur de Manon ? Comment peut-elle le maîtriser seule et sans se faire repérer ?

Beaucoup de questions, dont certaines ne trouveront pas encore réponse à la fin de ce tome 3. Je reconnais être très curieuse vis à vis du "noir" et de la façon dont Manon pourra (ou pas) le dompter. Les mages noirs sont-ils réellement des affreux ou au contraire sont-ce ceux qui manient les couleurs ? Olivier Gay retourne les codes traditionnels de la littérature "magique" en nous faisant douter du côté obscur de la magie noire. Et c'est un réel plaisir pour le lecteur de ne pas suivre les lois classiques du genre.

L'autre plaisir, et non des moindres, c'est évidemment de suivre les héros de la série. On le sait, je l'ai déjà dit, on déteste Jordan (et à juste titre !), mais on ne peut que s'attacher à Manon et à Alexandre. Et tout particulièrement à Alexandre d'ailleurs. Ce jeune garçon promis à un avenir incertain, qui lui, n'a rien à voir avec la magie, et au contraire y risque son intégrité physique et mentale, se sacrifie par amour. Lui qui ne croyait en rien au début de la série, devient un idéaliste romantique comme on en voit peu. Mais croyez-bien qu'il cache ce "défaut" à tous: ses "potes "bien sûr, mais aussi à Manon. Ce qui lui confère un statut de chevalier encore plus grand que ceux de la table ronde !

Quant à Manon, elle se conduit de façon plus égoïste et ne se rend pas vraiment compte de tout ce qu'Alexandre sacrifie pour elle. Mais il faut aussi la comprendre, sa magie la ronge, l'épuise et provoque de cruels dilemmes.


Un vrai régal que ce tome 3, le récit prend de la vitesse, devient plus adulte, plus dur aussi, pour le plus grand plaisir de la lectrice que je suis. Le genre de livre qu'il serait tout à fait possible de lire d'une traite en étant pas raisonnable. Si vous ne connaissez pas encore la série, je ne peux que vous la conseiller. Jeunes (à partir de 12 ans) ou adultes, elle conviendra à tous. En attendant je me réjouis que la suite sorte en juin (tome 4 sur les 5 prévus). J'ai vraiment hâte de m'y replonger. Coup de coeur évidemment !





Lire aussi:


jeudi 29 janvier 2015

QUE TA VOLONTÉ SOIT FAITE de Maxime Chattam




Éditions Albin Michel
368 pages
21,90 euros

Résumé :

Pour son vingtième roman, Maxime Chattam s’amuse à dresser le portrait d’une petite ville du Midwest américain des années 60 jusqu’au début des années 80, avec pour fil rouge l’évolution de Jon Petersen, un pervers psychopathe, de son enfance jusqu’au point culminant de sa sinistre carrière criminelle. Un roman noir à l’écriture et à l’atmosphère uniques dans la carrière de l’auteur, où tout converge vers un final aussi étonnant qu’imprévisible.
Que ta volonté soit faite est non seulement un voyage à Carson Mills, mais aussi dans ce qui constitue l’essence même du roman policier, la vérité et le crime. On songe bien sûr à Stephen King (une bourgade à la Norman Rockwell où tout le monde connait tout le monde, un vieux shérif obstiné, le poids de la religion, les secrets de famille…) et parfois aussi à Jim Thompson



L'avis de Dup :


Voilà ce qu'on appelle un puissant coup de coeur. Non pas un coup de coeur hystérique comme cela m'arrive parfois (qui a dit souvent ? levez la main ! :)), mais un coup de coeur qui vient du fond de mes tripes encore brassées par cette lecture. Et pourtant, ce n'était pas gagné. Durant le premier quart du roman j'étais envahie par un malaise tenace, entourée de remugles malodorants qui me poussaient à reposer ce livre. Mais la puissance du récit, et surtout celle de la plume de l'auteur m'ont ferrée (le soutien des copinautes aussi), et je n'ai plus été capable de m'arrêter. Quel choc, wow !


Ceux qui lisent du Chattam pour retrouver ce qu'il écrit habituellement vont en être pour leur frais. C'est vrai que l'auteur a été rangé dans une catégorie "thriller sanglant, dégoulinant...mais choc", catégorie que j'aime également je précise. Mais ce livre là est différent, c'est un OLNI dans sa production, un virage à 180°. Et d'ailleurs, regardez bien la couverture, c'est un roman de littérature générale, pas étiqueté «thriller». C'est un superbe roman noir que l'on trouve sous cette couv blanche et rouge, mais autant vous prévenir de suite, c'est "du noir de chez noir" !!!

Et là, j'avoue : oui j'aime Chattam, oui j'aime ses thrillers, mais je déclare aujourd'hui que j'aime encore plus le nouveau Chattam. Le maître mot qui clignote dans ma tête au sortir de cette lecture c'est PUISSANCE.

Puissance de l'histoire de ce personnage Jon Petersen qui incarne le mal absolu, dépeint sans surenchère et de façon neutre, ce qui n'a pas dû être facile d'ailleurs...
Puissance des personnages que l'on croise. Jon bien sûr, toutes ses victimes et en premier lieu sa femme...La bonté du shérif Jarvis Jefferson et de sa femme Rosie, l'intelligence et la gentillesse de Riley, le gamin de Jon, l'empathie maladroite du pasteur méthodiste Alezza.
Puissance du contexte dans lequel se situe cette histoire. Carson Mills, une bourgade jusque là sans histoire dans une contrée reculée, l’Amérique profonde, avant l'ère d'internet. Où le shérif veille sur son troupeau et n'a que ses neurones pour démêler ses enquêtes. Une bourgade comme il y en a tant d'autres, repliée sur elle-même, où chacun a sa place bien définie en fonction de son rang social, en fonction de ses convictions religieuses et bien sûr, où circule de lourds secrets.
Puissance de la narration froide, détachée, qui transcende complètement la violence contée. Une écriture où chaque mot est pesé et qui arrive à rendre cette violence bouleversante et suffocante à la fois. 
Puissance des images aussi, je peux vous affirmer que je ne verrai plus les coquelicots de la même manière qu'avant !

Maxime Chattam lance dès son premier chapitre choc un lasso autour du cou de son lecteur, et chaque chapitre, chaque ligne resserre un peu plus le noeud coulant. Du grand, grand art, que je salue bien bas. À lire absolument, pour tous les amateurs de romans noirs Que ta volonté soit faite est une pépite. Et vous savez quoi, j'ai écrit cette chronique le jour de la sortie des résultats du GpP 2014... et bien je prends le pari que je tiens là le prochain Book d'Or de la catégorie Thriller/Polar/Noir de 2015.

À lire également les avis des copinautes qui m'ont soutenue : Cajou  et Léa


mercredi 28 janvier 2015

Les attributions du GpP 2014



Sans blabla, bille en tête.



Léa TouchBook
Régina Falange



Paradisio




Doris
Bykiss
Mutinelle
Xapur
XL



Charlaine
Hylyirio
Jonathan
Marine
Marie



Melisende



Cocomilady



Allison



Jae_Lou



Mypianocanta



Voz'


Vos coordonnées partent aujourd'hui chez les éditeurs ;)

Bonne lecture à vous !


mardi 27 janvier 2015

LES HÉRITIERS DE L'AUBE Tome 2 de Patrick Mc Spare






Les Héritiers de l’Aube 
Tome 2 : Des profondeurs 





Editions Scrinéo jeunesse
347 pages
16.90 euros



San-Francisco, avril 1906. 



Séparés au cours de leur voyage temporel, Laure, Alex et Tom échouent dans la célèbre Cité de la Baie. Alors qu'une belle mais impitoyable démone lance sur eux ses atroces créations, ils doivent retrouver la Pierre d'Émeraude.



Hélas, même l'aide du Primo-Sorcier Raspoutine, même l'arrivée inattendue d'Alba, Héritière descendant de Nostradamus, ne pourront empêcher la catastrophe. 

« Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut », avaient annoncé les Forces des Ténèbres. S'ils n'ont jamais visité les abysses, nos quatre héros vont vite découvrir ce que le Mal réserve à la surface. Mort, feu et ruines.




L'avis de Phooka:


Il y a certains livres comme celui-ci pour lesquels je me demande toujours après ma lecture : "Mais pourquoi ai-je attendu si longtemps". Oui hein, pourquoi ? Je n'ai vraiment pas la réponse. Alors que je m'étais régalée avec le premier volume de cette série, le second a dû attendre patiemment dans ma PAL. Par contre, une fois commencé, il a été dévoré en un rien de temps.

L'action se situe dans la directe lignée du tome 1, et on rentre directement dans le vif du sujet sans autre fioriture. Nous retrouvons nos trois héritiers que nous avions abandonnés en plein milieu de la bataille d'Azincourt. Propulsés par la pierre, ils se retrouvent dans une autre époque. Cette fois-ci, c'est San Francisco qui les attend. Le San Francisco de 1906. Malheureusement leur voyage dans le temps les a séparés, et leur premier but est de se retrouver. Or ce n'est pas si facile quand on est habillé à la mode du XVième siècle et qu'on ne connaît pas la ville. D'autant plus que le danger rôde évidemment. Aussi bien le danger inhérent à la ville elle-même, bandits, magouilleurs en tout genre, mais aussi celui venant du ou des démon(s) pouvant les prendre en chasse.

Cette fois encore leur chemin va croiser celui d'un des primo-sorciers. Dans le tome précédent, il s'agissait de Nicolas Flammel, et cette fois-ci nous faisons connaissance de Raspoutine. Un sacré tempérament cet homme là ! :)

Mais Raspoutine n'est pas le seul nouveau personnage, la quatrième héritière entre enfin en scène. Il s'agit d'Alba, fille du comte de Burgos, arrivant en direct de l'Espagne du début du XVIIième siècle. Pour elle, le choc des cultures va être rude ...

Ces cinq-là vont avoir à faire face aux menaces qui les guettent. Ils devront utiliser leurs pouvoirs naissants qu'ils ne maîtrisent pas toujours très bien. Le comportement assez erratique de Raspoutine n'aide pas toujours les quatre héritiers qui doutent parfois de sa droiture. Bref, la vie n'est pas facile dans le San Francisco de 1906. 

1906, la date m'a tout de suite frappée, même si je ne me souvenais pas exactement à quelle époque "cela" se passait. Je savais que "quelque chose" allait se produire mais pas exactement quand ni comment (et surtout pourquoi) . Je n'en dirais pas plus, mais c'est vraiment un coup de génie de la part de l'auteur d'avoir utilisé un tel événement dans le contexte de l'histoire. Et surtout de cette façon. Chapeau bas !

Bref, je me suis vraiment régalée avec ce tome 2 que j'ai englouti en un rien de temps. Un deuxième opus, plus "pêchu" que le premier car on entre directement dans le vif du sujet sans avoir à expliquer quoique ce soit. Les personnages s'étoffent, s'affirment et deviennent de plus en plus attachants. Le contexte historique sert merveilleusement bien le récit. A lire d'urgence !

(Et cette fois je ne vais pas attendre longtemps avant d'attaquer le tome 3 ! )


lire les chroniques de Sia, Achille, et Ramettes






lundi 26 janvier 2015

SOUS EMPRISES de Sharon Bolton




Fleuve Éditions
Collection Fleuve Noir
488 pages
21 euros


Résumé :


À l’université de Cambridge, Evi Oliver, la psychiatre responsable des services de soutien psychologique, contacte Scotland Yard : une vague de suicides inquiétante frappe les étudiantes. Lacey Flint, jeune et jolie policière, est alors envoyée infiltrer les bancs de l’université. Une mission qu’elle compte remplir au plus vite : jouer les fragiles jouvencelles ne lui correspond guère. Mais, petit à petit, l’enquêtrice sûre d’elle et inébranlable vacille. D’étranges rêves peuplent ses nuits. D’ailleurs, s’agit-il bien de chimères ? Alors que les frontières de la réalité se brouillent et que le doute l’assaille, les griffes de l’angoisse l’étreignent et la portent au bord du gouffre. À croire que, dans l’ombre de son sommeil, quelqu’un joue de ses peurs pour mieux étendre son emprise sur elle…


L'avis de Dup :

Premier livre de Sharon Bolton que je lis, et bien je peux vous assurer que ce ne sera pas le dernier ! Démarré un soir, j'en ai lu un petit quart, impression ? ouais, pas mal - ça s'installe - me plait bien cette Lacey. Repris le lendemain soir... et finit à 2h45 !!! Et je vous promets que je n'ai pas eu à m'aider de cafés ni rien du tout. Juste l'adrénaline distillée par le récit, inondant mes veines en permanence. Quel shoot, wow ! Coup de coeur, il ne peut en être autrement !


Tout d'abord je vous conseille de lire le résumé juste au-dessus si vous voulez comprendre ce qui va suivre car je ne reviendrai pas dessus.
Après un démarrage un peu lent, malgré un prologue choc qui semble bien plus être une conclusion d'ailleurs, Sharon Bolton nous fait découvrir ses personnages principaux. Le lieutenant Lacey Flint qui sera la narratrice des chapitres la concernant, devra s'immerger dans la peau d'une étudiante en psycho à Cambridge. Même si elle en a le physique, il y a longtemps qu'elle a passé l'âge des blagues potaches et de la vie en coloc. Mark Joesbury, son supérieur et superviseur de l'opération la voudrait dans le rôle de la blonde : niaise, pâle, juste observatrice... Il va avoir bien du mal à la recadrer car Lacey est tout l'inverse. Comme en plus, dès le premier soir elle est soumise à un bizutage sévère et humiliant, elle ne va pas se laisser marcher sur les pieds et mener l'enquête sur ces lâches agissant masqués. Puis tant qu'à faire d'enquêter, de fouiner, elle va englober ces histoires de suicides !

Le récit est entrecoupé de quelques flashs back concernant les suicidés nous faisant comprendre qu'effectivement il se passe de drôles de choses sur ce campus gigantesque qu'est Cambridge. Il est également ponctué par les rapports journaliers écrits par Lacey à Mark, d'un humour acide délicieux.

Puis tout s'accélère, la psychiatre Evi Oliver qui drive Lacey dans ses "études" et qui est l'instigatrice de cette enquête, semble elle aussi sous emprise, comme si elle perdait la tête. Ce personnage aussi a une sacrée étoffe, un passé douloureux, des épreuves qui retentissent encore fortement aujourd'hui. Un caractère fort, battant, comment peut-elle bien plonger elle aussi ? Du coup Lacey s'en rendant compte, avance dans son enquête comme si elle marchait sur des oeufs, et bien sûr certains s'écrasent... Ce qu'elle découvre n'est pas franchement joli joli. Mark aimerait qu'elle fasse demi-tour, mais c'est trop tard. Elle y est, jusqu'au cou, elle commence même à faire des cauchemars comme toutes les suicidées... Et l'image du prologue qui revient inlassablement nous glacer. C'est la peur au ventre que l'on tourne les pages de ce livre. Plus on avance, plus la cadence s'accélère, c'est infernal et j'adore ça.

L'intrigue est diablement redoutable, les fausses pistes foisonnent et bien sûr je m'y suis engouffrée tête baissée ! Hormis quelques scènes décrivant certains suicides, le texte n'est pas trash. Tout se passe en subtiles manipulations et le lecteur est le premier manipulé. Ainsi nous apprécions le personnage qu'il ne faudrait pas, nous nous méfions du seul innocent de la bande ! Qu'est-ce-que j'aime ça :))

À lire absolument. Sous emprises est le cinquième roman de cette auteur. Moi je m'inscris comme fan et j'en lirai sûrement d'autres, d'autant que Lacey et Mark semblent être des personnages récurrents. Me voilà avec un nouveau couple de flics à suivre donc, pour mon plus grand plaisir !


Et cette lecture sera ma deuxième participation au challenge



dimanche 25 janvier 2015

Les sorties Folio SF de février 2015




Février 2015


Mira GRANT Red Flag
Feed, III 

Traduit de l’américain par Benoît Domis 


Couverture reprise de celle faite par les éditions Bragelonne




Jean-Philippe JAWORSKI Même pas mort
Rois du monde, I

Prix Imaginales


Couverture: Aurélien Police



Arkadi et Boris STROUGATSKI
 Il est difficile d’être un dieu

Traduit du russe par Bernadette du Crest

Édition définitive établie par Viktoriya Lajoye

Film en salle le 11 février 2015


Couverture: visuel du film d’Alexei Guerman © Capricci 

samedi 24 janvier 2015

CONCOURS Le cas Jack Spark tome 3




A l'occasion de la sortie en poche du tome 3 de la série
 Le cas Jack Spark: Hiver nucléaire deVictor Dixen,
 les éditions Gallimard et Bookenstock
 vous proposent de gagner:
 1 exemplaire de ce roman.





Pour le gagner c'est très simple, expliquez-nous avant le 14 février ce qui vous a le plus marqué dans les 2 tomes précédents.




Comment gagner (ou du moins essayer :)) ce roman:

- Un mail sur bookenstock.concours(at)gmail.com avec l'intitulé du concours qu'on ne s’emmêle pas les crayons.

Dans ce mail, vous répondez à la question ci-dessus.

Tout mail jugé discourtois envers les mémés sera mis à la poubelle d'office (les mémés sont à cheval sur la courtoisie)

Le gagnant sera désigné par tirage au sort et les résultats publiés quand les mémés seront prêtes.

Les mémés de Bookenstock ne sont pas responsables si madame La poste ou tout autre pigeon voyageur, perd le livre en court d'acheminement.

vendredi 23 janvier 2015

Il paraît que j'ai 5 ans !





5 ans !

Ça leur a monté à la tête :
les mémés, puis les vénérables...
Elles ont même fait des cartes à mon nom !
Nan mais, z'avez vu à quoi elles servent leurs cartes ?

Au secours la blogosphère,
aidez moi, faites quelque chose !


jeudi 22 janvier 2015

LE ROMAN D'UN NON-MORT de Arthur Tenor




Éditions Scrinéo
320 pages
16,90 euros


Résumé :

Il aurait dû mourir sur le champ de bataille à Verdun en 1916, mais en 2016 il sera toujours de ce monde, avec la même apparence de jeune homme de 17 ans. Gabriel Lambertini n’est pas un vampire, encore moins un monstre du genre lycanthrope. Il est un être humain de chair et de sang, dont le destin est figé entre la vie et la mort, et l’âme perpétuellement assoiffée d’amour. Gabriel est un non-mort qui n’aspire qu’à une chose… vivre… ou mourir !

L’heure du choix approche.


L'avis de Dup :

Verdun 1916. Un n-ième assaut se met en place. Gabriel, tout juste 17 ans fait partie de la chair à canons lancée sur le terrain. Il aurait dû y rester, comme tant d'autres, mais la Mort lui donne le choix. 2016, hormis le code vestimentaire, Gabriel est le même. Il doit changer de "vie", de lieu de vie plus exactement pour ne pas avoir à justifier de son éternelle jeunesse. C'est un non-mort. Il ne dort pas, ne mange pas. Sa source d'énergie ? L'amour.

C'est à partir de cette très jolie donne qu'Arthur Tenor tisse son histoire. Son originalité en fait un roman pour ado et même pré-ado à part. Sa fausse simplicité va plaire, car on est loin, bien loin du roman d'amour à l'eau de rose. Pour "non-mourir" Gabriel doit donc se nourrir d'amour. Attirer autour de lui le plus de gens possible. Il doit susciter l'admiration, mieux, l'adulation, et s'il en a le charisme, il en a surtout l'expérience depuis cent ans que ça dure. Mais ce flux d'amour ne doit aller que dans un sens : vers lui. S'il a le malheur d'éprouver à son tour un sentiment amoureux ou même amical, toute son énergie vitale s'échappe. Mal-être, angoisse, perte de contrôle, catalepsie pouvant aller jusqu'au coma.

Tout allait bien pour Gabriel jusqu'à ce que se présentent quelques grains de sable dans son plan de non-vie. Le plus petit s'appelle Pierre, son voisin de table au lycée dont le lien d'amitié enfle bien trop. Le second, un peu plus gros, s'appelle Cassandra. Cette fille le trouble et visiblement c'est réciproque. Mais des situations comme celles-ci, il sait bien comment les gérer. C'était sans compter le troisième grain de sable conséquent, le charismatique commandant Antoine Rochand qui rode autour de lui depuis que Chloé, une lycéenne qui draguait ouvertement Gabriel, a été retrouvée morte non loin du caveau familial de ce dernier.

Et puis on a toujours cette interrogation qui nous trotte dans la tête : pourquoi Gabriel et pas tous les autres jeunes et moins jeunes, décimés sur le charnier de Verdun ? 
Sur fond d'enquête policière Arthur Tenor creuse les relations qui peuvent exister entre les vivants et les non-morts, et plus largement avec la mort elle-même. Une très belle réflexion sur l'immortalité surtout. L'auteur met en scène des personnages sympathiques et attachants que l'on suit avec beaucoup de plaisir. Vous rajoutez à cela une écriture fluide et totalement maîtrisée et cela vous donne un roman pour nos pré-ado à offrir de toute urgence. À noter également que c'est un one-shot, pour ceux que les séries font fuir !