jeudi 18 décembre 2014

LES CHEVAUX DE TROIE de Jordan Leto



1 - Le châtiment de Niobé


Rokh Éditions
Format epub

Résumé :

« D’ici quelques jours, vous allez recevoir un courrier de votre banque. Il ne s’agit pas d’une erreur. Ne les appelez pas pour le vérifier. Ne faites rien. Sinon reprendre le cours normal de votre vie. » 
Ce mail est signé Diane. Pas de nom de famille. Juste Diane. À travers tous les États-Unis, des milliers de personnes, surendettées par la crise des subprimes, voient leur dette purement et simplement effacée. Bientôt, on découvre que le phénomène est mondial. Les banques semblent désarmées devant ces attaques sur leurs systèmes informatiques, pourtant hyper-sécurisés. La section cyber-criminalité du FBI est aussitôt saisie de l’affaire. Le jeune agent spécial Xander Kelly, fraîchement diplômé du MIT, prend la tête d’une cellule atypique, constituée de hackers « repentis ». Leroy « King » Baraka, un compteur de cartes surdoué qui a piraté les principaux sites de poker en ligne. Oscar Galopin, un prêtre qui a « nettoyé » certains comptes sulfureux de la Banque du Vatican. Et Ping, dont on ne sait pas grand’ chose sinon qu’il a réussi à pénétrer les serveurs de la NSA, qu’il est chinois, et qu’il a fait la Légion Étrangère. L’opinion publique prend fait et cause pour le pirate informatique. Journalistes, banquiers, FBI, bien sûr, tous se posent la même question. Qui est donc ce hacker qui se prend pour Robin des Bois ? Qui est Diane ? Et comment peut-il espérer que les banques vont se laisser faire sans réagir ? Mais peut-être que Diane n’est pas le seul à vouloir renverser les ordres établis…


L'avis de Dup :

Avec un pseudo fort symbolique, en très peu de temps Diane s'est fait connaître partout dans le monde. Mais surtout aux Etats-Unis où la crise des subprimes a endetté une grande partie de la population. Ce Robin des Bois hacker qui redistribue à sa guise l'argent des banques, effaçant d'un clic les dettes de tout le monde, a sa côte de popularité au plus haut. Quand, après cette action purement informatique, survient une vague de meurtres de hauts dirigeants des grandes institutions bancaires, l'affaire prend un autre tournant. Diane a-t-elle changé son fusil d'épaule ? Quelqu'un d'autre serait entré dans la danse ?

Xander Kelly, embauché au FBI et s'occupant de l'informatique, a pris la direction de la Cellule, une section de cyber-criminalité, formée pour traquer Diane. Il devra surtout gérer trois prisonniers en semie-liberté pour l'occasion : trois hackers brillants purgeant une peine de prison (Baraka, Galopin et Ping, cf résumé). Si Xander est le personnage principal de ce roman, ces trois là l'accompagneront souvent, pour notre plus grand bonheur, car ils apporteront beaucoup de connaissance, d'humour et de sens de la répartie...sauf Ping qui n'ouvre pas souvent la bouche.

Mais il n'y a pas que la Cellule qui enquête et qui traque Diane. Nous allons suivre également les réunions du Directoire, une sorte de Banque des Banques, pour faire un parallèle avec la Police des Polices ! 

Dans un tout autre lieu, on suit un lieutenant de police, Gigi MacKenzie et son binôme à l'humour lourdingue, Monahan. Gigi c'est une sorte de Brienne de Torth, aussi féminine que bavarde ! Mais elle est consciencieuse et surtout tenace. Ils enquêtent sur une mort suspecte lors d'un exorcisme.

Ailleurs encore, au large des USA, une exploration scientifique des fosses marines encore vierges, va découvrir un véritable cimetière sous-marin. Plus d'une centaine de corps, enfin plus des squelettes que des corps pour la majorité, sont retrouvés lestés. Les ordres de "disparitions" sont-elles le fait de la CIA, du Pentagone ? Il y a du remous parmi les dirigeants des instances supérieures, quelles soient politique, militaire, ou judiciaire... D'autant que les meurtres continuent à s'accumuler, concernant à chaque fois un ripou dans son domaine.

Le lecteur nage dans le flou complet, en tâchant de comprendre comment toutes ces affaires vont être liées. Mais il suit chaque intrigue avec intérêt et beaucoup d'attention parce que c'est un brin compliqué. Jordan Leto s'attache à bien nous expliquer la donne, les tenants et les aboutissants de chaque histoire. Peut-être un peu au détriment de l'action, mais qu'importe : c'est passionnant et très instructif. J'ai beaucoup apprécié l'aspect médical bien creusé des différents troubles du sommeil, la profondeur des explications neurologiques concernant l'EMI (Expérience de Mort Imminente), le mystère des relations parapsychiques indéniables entre les jumeaux monozygotes. Un peu moins le côté économique je l'avoue, avec le marché mondial du diamant où l'art de blanchir de l'argent, mais celui-ci était contrebalancé par le personnage jovial qui nous dispensait ces cours : Galopin, notre curé français hacker.

Ce premier roman de Jordan Leto est un sacré pavé bien dense : 510 pages numériques cela doit bien donner du 600 pages papiers ! Il demande du temps pour le parcourir et l'assimiler, mais la récompense est au bout, car il est très intéressant. Sous couvert de dialogues légers ou plein d'humour l'auteur nous dépeint les travers de la société actuelle, sans complaisance ni langue de bois. Il dénonce une nouvelle forme de colonialisme, le colonialisme de classe, le colonialisme social.
Les intrigues développées sont compliquées mais tiennent la route car parfaitement étayées, leurs imbrications bien pensées. Un sacré puzzle que je vous conseille grandement de découvrir. Pour ma part je serai là, avec plaisir, pour la suite de l'aventure !

mercredi 17 décembre 2014

CADEAUX Numéro 4



Voici maintenant les Éditions Rageot 
qui ont fait cette année une rentrée fracassante dans nos coups de cœur !




Ils nous proposent :

Un premier lot avec,



Et un second lot comprenant :



Pour tâcher de les gagner, il vous suffit de VOTER et élire vos livres préférés
cela se passe ICI



Rappel des cadeaux précédents :


mardi 16 décembre 2014

LES OUTREPASSEURS Tome 2 de Cindy Van Wilder




Les Outrepasseurs, Tome 2

 La Reine des Neiges





Gulf Stream Editions

18 euros
463 pages
Sortie le 04 septembre 2014


Les Outrepasseurs viennent enfin de capturer la dernière fée libre, Snezhkaïa la Reine des Neiges. Ils ignorent qu?ils viennent de déclencher une malédiction qui risque de les anéantir. Peter, qui supporte de moins en moins de se plier à la volonté de Noble, tente de retrouver le Chasseur pour mettre fin à cette lutte séculaire?


L'avis de Phooka:


Entrons tout de suite dans le vif du sujet. En entamant ce deuxième tome, j'avais encore bien en tête le premier. Je pensais naïvement que j'allais me plonger dans la suite directe. Or, il s'est passé un peu de temps entre les deux volumes. Du temps pendant lequel nos héros ont progressé et évolué. Peter en particulier, est devenu amer, combatif et méfiant. C'est vrai, il l'était déjà un peu dans le récit précédent, mais cette fois c'est sans aucune commune mesure avec le jeune homme que j'avais laissé à la fin du tome 1.

Du coup, j'ai eu cette impression bizarre d'avoir "raté un épisode". Comme si je lisais le tome 3 sans avoir lu le tome 2. Il me manquait des choses et je me sentais un peu perdue.
Puis petit à petit, les explications sont venues et tout est rentré dans l'ordre. J'ai enfin compris les motivations (ou plutôt les "démotivations") de Peter. A ce moment, le récit a réellement pris son envol.

Cette fois-ci, nous sommes ancrés dans le présent. Un présent dominé par les outrepasseurs et surtout par leur chef, "Le Balafré", le lion qui dirige toute la meute. Je devrais dire qui terrorise toute la meute. Tous les autres outrepasseurs sont sous sa coupe et ils lui obéissent au doigt et à l’œil. Hors de question de lui désobéir, cela ne traverse même pas l'esprit de ses ouailles. 

De dominés dans le passé, les outrepasseurs sont devenus dominants. Leur puissance économique est sans limite.  Ils sont même devenus les maîtres du monde, mais à quel prix ?

Alors quand Peter commence à montrer des velléités de rébellion, c'est le chaos. D'autant que Peter va s'allier à leur pire ennemi .... Évidemment ce n'est pas facile pour lui, mais il ne peux plus accepter le despotisme des outrepasseurs.

Peter est un garçon agaçant et attachant. En cela il est incroyablement réel, c'est sans doute ce qui rend ce personnage si attirant. Il n'est pas stéréotypé, il n'est pas "construit pour plaire", loin de là. Il a ses défauts et ses qualités. Il est tiraillé entre sa loyauté vis à vis de sa famille et ses convictions profondes. Il sait qu'en défendant ses idées, il fera du mal à sa mère et ça le ronge, mais il ne peut pas accepter le monde tel que le façonnent les outrepasseurs.

Passé les premiers chapitres dans lesquels je me suis sentie un peu perdue, le déroulement du récit m'a happée jusqu'à la fin. L'auteur a su rebondir avec brio sur cette damnation des outrepasseurs. Au lieu d'en faire des victimes, elle en fait des bourreaux et c'est une très belle réussite. La surprise est au rendez-vous, le suspense toujours présent et les rebondissements multiples. Bref, une très belle lecture qui convient aussi bien aux ados qu'aux adultes. Vite, la suite !!!



lundi 15 décembre 2014

LA MAISON DES MAGES de Adrien Tomas




Éditions Hélios
606 pages
11,90 euros

Le pitch :

Quand le Bien et le Mal n’existent pas, seuls restent les choix.

Tiul est le plus mauvais étudiant de La Maison des mages, plus intéressé par les filles des tavernes que par l’art qui permet à ses confrères de manipuler les forces de ce monde.
Anthalus est un mercenaire de bas étage qui vit au jour le jour entre tueries et trahisons.
Qiruë, craintive et chétive, est la dernière représentante du peuple moribond et décadent des Elfes, méprisée et haïe par ses supérieurs.
Alishr est un jeune écuyer malingre qui rêve de devenir paladin, malgré les brimades et l’ostracisme dont il est la victime.
Ce ne sont pas des héros, et il est probable qu’ils ne le deviennent jamais.
Pourtant, alors que la mystérieuse Maison des mages, qui apporte aide et éducation aux populations, tisse son réseau tentaculaire au cœur des Six Royaumes, le destin du monde va heurter le leur de plein fouet et les jeter face à des forces magiques aussi anciennes que l'univers.
C’est avec et contre elles qu’ils devront écrire la légende des siècles à venir.


L'avis de Dup :

J'étais ravie d'avoir dans mes mains ce beau petit pavé. Non, ce n'est pas antinomique, petit car format poche, pavé car 600 pages ! J'admirai la couv, sobre mais accrocheuse, puis je l'ouvris. "Horreur, malheur !", c'est le tome 2 d'une saga : Les Six Royaumes et bien sûr je n'ai pas lu La Geste, le premier. Renseignements pris auprès de copinautes (merci Zina), pas de soucis, ils peuvent se lire indépendamment. Et je confirme, quel plaisir de lecture, rien ne m'a manqué, vraiment !

Je ne suis pas assez calée pour classer ce roman dans une catégorie, moi la seule chose que j'ai envie de dire : c'est de la fantasy et de la bonne ! On a des hommes, des nains, des elfes, des garous, etc... On a un deuxième monde parallèle, avec des esprits sans corps mais pleins de pouvoir, d'où est issue la magie. On a également des Immortels, vous savez, des Buveurs obligés de se nourrir de sang. Mais que du sang des traîtres... j'adore. Trois types de magie s'affrontent : les mages ou manciens qui manipulent la magie des éléments, les sorcières qui jouent avec la magie des mots et les chamanes qui se servent de la magie des esprits animaux.

Ce roman de Fantasy donc, est construit en trois grosses parties. Ces parties sont divisées en une multitude de petits paragraphes de quelques pages seulement et concernent à chaque fois un personnage différent. C'est un roman choral et moi j'aime beaucoup, même s'il faut s'accrocher car les personnages sont très nombreux, cette diversité fait toute la richesse de ce roman. Elle permet très vite, avec l'aide de la carte située au début, de se repérer au sein de ces six royaumes, d'appréhender les forces en présence, de comprendre les tensions entre les différentes factions, et elles sont nombreuses aussi ! Les rebondissements se multiplient, beaucoup de paragraphes se terminent en mini-cliffhangers, et le suivant nous renvoie à l'autre bout du continent, au sein d'un autre groupe de personnages. Inutile de dire que cette construction booste la lecture.

Vous rajoutez à cela une écriture fluide et agréable, et ce roman se lit en deux-deux. Enfin non, en deux plus deux plutôt ! Parce que c'est 600 pages, mais 600 pages de chez Mnémos : police petite, interlignes serrées et marges réduites au minimum... On a l'impression que l'auteur s'est amusé à construire son histoire à l'image de plusieurs puzzles construits en parallèle et qui se complètent à la toute fin seulement, apportant enfin la vision globale. Stupéfiant !

Les personnages sont sympathiques, il y a les bons, les méchants, mais aussi et en majorité, les ni-bons, ni-méchants, à l'image de Tiul. Ce jeune mancien désabusé, ayant baissé les bras durant ses études, préférant la compagnie des chopes d'alcool et des prostituées à celle de ses camarades et professeurs. Il est nul, mais il le sait, il s'en amuse et comme il a pas mal d'humour, c'est délicieux. 
A l'image d'Anthalus, le nain mercenaire, vendant ses talents sans scrupule au plus offrant. Sans scrupule, vraiment ?  Mais non, je ne vais pas tous les énumérer, je vous rassure.

De la Fantasy dont la trame est soit classique, le Bien et le Mal qui s'affrontent, mais dans un monde unique. Avec une vision à part de l'auteur qui fait se confronter, s'affronter deux notions opposées : d'un côté la sauvegarde de la Nature, et de l'autre l'évolution, le Progrès et sa pollution. Les images employées pour ça sont originales. Le seul bémol que j'émettrai sera sur les deux avant-derniers paragraphes concernant Esmée puis Tiul, qui donne un happyend à l'ensemble et me laisse une impression de fausse note. Mais bon, cela ne concerne que moi et en plus cela touche six malheureuses pages seulement sur six cent, donc relativisons !

Je crois que je pourrais vous parler de ce livre encore pendant des heures. Mais j'ai pitié de vous alors je conclus. Un excellent roman de Fantasy que je vous conseille vivement de découvrir. Il y a dans cette Maison des Mages tous les ingrédients parfaitement dosés pour que ce livre vous régale. J'ai découvert un nouveau bon cuisinier et pense goûter très bientôt ses autres plats disponibles, La Geste et Notre-Dame des Loups.

Un autre avis chez Zina.


dimanche 14 décembre 2014

Sortie de Kushiel 3 de Jacqueline Carey



L'Avatar


Editions Milady
sortie le 5 décembre 2014



Phèdre nó Delaunay porte la marque de Kushiel, qui lui vaut d’éprouver à jamais le plaisir dans la souffrance. Mais elle n’a jamais oublié Hyacinthe, son ami d’enfance, et elle cherche depuis dix ans la clé qui le libérerait de l’asservissement. Car il a conclu un pacte avec les dieux pour se sacrifier à la place de son amie et sauver sa patrie. Aussi Phèdre saisit-elle la dernière chance de le secourir. Une quête qui la conduira au bout du monde, à la merci de seigneurs de guerre déments et cruels, et face à un pouvoir si terrifiant que personne n’ose en prononcer le nom…

Laissez-vous séduire par un monde vénéneux peuplé de conspirateurs, de monarques assiégés et de seigneurs de guerre barbares… et surtout par Phèdre, une héroïne hors du commun.

samedi 13 décembre 2014

CADEAUX Numero 3





Qui est-ce qui surveille notre GpP 2014 ? 



Et oui, vous l'avez compris !
Venez vite voter si vous voulez avoir une chance de gagner cette pépite !!!




Les Éditions Robert Laffont en offrent 
5 exemplaires !!!

Alors venez vite VOTER




Petit rappel des cadeaux précédents :

le second avec Super 8 Éditions



Sortie de Duane est amoureux de Larry Mc Murtry




Editions Sonatine
sortie le 15 janvier 2015



Duane a 64 ans. Il a perdu sa femme dans un accident de voiture, et ne s'en remet pas. Réalisant un vieux rêve, il est parti en Égypte pour tenter de soulager son chagrin, mais le retour à Thalia, la petite ville texane où il a passé toute sa vie, s'avère bien difficile : ses amis sont partis (quand ils ne sont pas morts), son entreprise, désormais dirigée par son fils Dickie, se porte très bien sans lui, ses filles l'ennuient et son cœur est en train de le lâcher. Heureusement, il y a l'amour... ou plus précisément la poitrine d'Annie Cameron, une jeune géologue particulièrement affriolante embauchée par son fils, et qui ne semble pas insensible aux charmes de notre héros. Il y a aussi Honor Carmichael, sa psychanalyste lesbienne, avec laquelle Duane s'est lancé dans une sorte de défi aux lois de l'attraction. Jim Harrison a écrit à propos de Larry McMurtry : " Son talent est démesuré, aucun de ses romans ne peut vous laisser indifférent. " On comprendra pourquoi à la lecture de ce roman au style inimitable, débordant d'humour et d'une incroyable humanité.


vendredi 12 décembre 2014

LE DERNIER ROYAUME acte III de Morgan Rhodes





Le dernier royaume
Acte III
Le Ralliement des Ténèbres








Editions Michel Lafon
448 pages
15.95 euros




VOLER LE POUVOIR… RAVIVER L’ESPOIR

CLEO, la princesse d’Auranos, est prête à tout pour reconquérir son trône. Pour cela, elle doit retrouver les Quatre Sœurs, ces cristaux qui renferment la puissance des éléments. 

MAGNUS, le prince limérien, a vu la rébellion organisée par Jonas étouffée dans le sang. Désormais il doit choisir son camp, celui de sa famille, ou celui de la justice.

L’EMPEREUR KRAESHIEN ne recule devant aucune bassesse pour dominer le continent de Mytica et dérober sa magie. 

LES SENTINELLES n’ont d’autre choix que de rallier Lucia l’enchanteresse à leur cause s’ils veulent survivre. 
Mytica a été unifiée dans le fer et dans le sang. Ce nouveau royaume est gouverné d’une main impitoyable par Gaius. Le roi machiavélique n’a qu’un objectif : s’emparer des Quatre Sœurs et détourner leur pouvoir pour anéantir ses ennemis. Plus que jamais, celui qui s’appropriera la magie décidera du destin du monde. Pour le meilleur… ou pour le pire.



L'avis de Phooka:



C'est amusant car ayant fini ma lecture de ce troisième opus, je jette un coup d'oeil à mes chroniques des deux précédents. Or je pourrais quasiment faire un copié-collé de ce que j'ai écris à la fin de chaque volume.
Non pas que l'action ou le récit se répète non, loin de là. Tout progresse et évolue de façon très réussie.
Seulement j'y retrouve exactement les mêmes qualités ... et les mêmes (tous petits) défauts.

Ce que j'apprécie par dessus tout dans cette série, c'est cette volonté d'écrire une histoire à la trame extrêmement classique avec des personnages qu'on pense avoir vu mille fois, pour mieux nous en détourner.
La belle, très belle, princesse Cléo, fille de l'ancien roi d'Auranos, se retrouve mariée au fils de l'assassin de feu son père. On pourrait l'imaginer rebelle et conquérante et c'est ce qu'elle est ...enfin presque. Parce qu'en fait elle est indécise et timorée, malgré l'image qu'elle veut bien donner. Son manque d'implication provoque bien des dégâts, voire même des morts.
D'ailleurs en ce qui concerne les morts, l'auteur n'y va pas avec le dos de la cuillère. Elle n'hésite pas à faire disparaître des personnages importants, de ceux auquel le lecteur s'est attaché.
On y retrouve aussi Jonas, LE Rebelle, celui qui a provoqué cette insurrection ... et qui l'a ratée. D'ailleurs on a l'impression qu'il rate à peu près tout ce qu'il fait. Et lui aussi provoque des morts parmi les protagonistes de l'histoire ... Il se croit amoureux de la belle Cléo et il compte sur elle pour l'aider.
Et puis il y a Magnus, le prince auquel est mariée Cléo. Magnus, fier et sans pitié, tel son père le roi Gaius. Magnus est un personnage ambivalent, soufflant le chaud ou le froid. On ne sait pas ce qu'il pense au fond de lui-même, on se sait jamais non plus de quel côté sa loyauté va pencher. D'ailleurs lui non plus ne le sait pas, c'est sans doute le héros le plus torturé du roman. Sans compter que pour tout arranger, il est, depuis toujours , amoureux de sa sœur ... Pas banal hein !

Cette fois-ci, une autre menace se présente. Comme s'il n'y avait pas assez de problèmes et de conflits, un royaume voisin et puissant, le royaume de l'empereur Kraeshien, a des velléités de conquêtes ...

Et tout ce petit monde court après "les Quatre Soeurs", des joyaux contenant la magie de ce monde ... Chacun a ses raisons de les vouloir, des raisons fort différentes selon le contexte ...
Les trahisons vont bon train et les morts aussi ....

Cette fois encore, j'y ai trouvé quelques longueurs, mais beaucoup moins que dans les tomes précédents. Ma lecture a été cette fois-ci totalement fluide.

En tout cas, ce Dernier Royaume, est une série jeunesse originale et réussie. Elle sait surprendre et s'éloigner des idées reçues. Le lecteur pense toujours savoir comment le récit va se dérouler ... et il se trompe lourdement. Bref, je ne peux que conseiller. C'est une lecture agréable, pleine de suspense et de surprises. A découvrir sans hésitation !


Lire aussi:

Le dernier royaume - Acte 1
Le dernier royaume - Acte II

jeudi 11 décembre 2014

WIDDERSHINS 2 de Ari Marmell



2 - LE PACTE DU MENSONGE


Éditions Lumen
406 pages
15 euros


Résumé :

Widdershins est devenue une légende parmi les siens. La voleuse sans peur, aux capacités physiques presque surnaturelles, est désormais la tête brûlée de la guilde des Dénicheurs et – sans le moindre doute – la plus audacieuse de tous. Mais beaucoup la blâment pour les étranges événements qui ont secoué la cité et une ombre descend, toujours plus menaçante, sur Davillon : le nouvel évêque de la ville manigance, un mystérieux noble semble suivre Widdershins partout où elle va, et une créature à glacer le sang hante les rues la nuit…
Toujours accompagnée d’Olgun, le dieu espiègle qui met tout son pouvoir à son service, la jeune aristocrate devenue voleuse va devoir affronter la menace qui plane sur la cité, sans tomber entre les griffes de la Garde de Davillon, où elle a pourtant quelques alliés inattendus.



L'avis de Dup :

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé la compagnie de Widdershins et de son dieu Olgun. Mais aussi de me replonger dans ce monde si singulier avec ses 147 dieux autorisés et quelques autres qui officient en douce, comme Olgun. Tour à tour voleuse ou aristocrate, Widdershins endosse également une autre casquette maintenant, celle de tenancière de taverne. Mais suite aux événements ayant eu lieu au tome 1, un marasme économique sévit sur la cité. Le clergé restant a bien du mal à rassembler ses ouailles, et l'insécurité est de plus en plus perceptible malgré un renforcement notable des rondes de la Garde.

Si précédemment Widdeshins a eu à lutter contre des forces démoniaques qui s'attaquaient au pacte sacré des dieux davillonais, cette fois ci l'auteur lui a concocté un vilain croque-mitaine qui semble n'en avoir qu'après elle. Et quand je dis vilain, je suis gentille, parce que sa description fait peur ! Je trouve que cette hideuse créature est génialement amenée, issue des anciennes croyances populaires, sortie tout droit d'une comptine. On explore ainsi les contes et légendes de ce monde, par petites touches, tout au du long du roman et c'est très plaisant.

L'humour de l'auteur est toujours présent, aussi bien dans ses descriptions que dans ses dialogues. Parfois même un peu trop, et c'est dommage car on finit par avoir une impression d'humour forcé, ou qui ne tombe pas toujours au bon moment. Cependant cette lourdeur est largement contrebalancée par l'intrigue tarabiscotée qu'il nous a concocté cette fois-ci. Ce père fouettard qui va hanter les rues de Davillon, massacrer tout être vivant avec une nette préférence pour les enfants. Il veut visiblement régler un compte avec Widdershins, et du coup celle ci va entraîner dans la tourmente tous ceux qui tiennent à elle, et ils sont nombreux. Elle va devoir créer des alliances, pactiser avec ses pires ennemis et, le plus dur, accepter de l'aide !

Les chapitres vont défiler, Ari Marmell proposant de découvrir son histoire en suivant tour à tour les différents personnages. Vous rajoutez à cela beaucoup d'action et ce livre se lit d'une traite ! L'écriture de cet auteur est vraiment simple et fluide, tout-à-fait adaptée aux ados. Donc si je résume, de l'action, beaucoup d'action, des personnages sympathiques, de l'humour et une histoire originale dans un monde vraiment à part font de Widdershins une série agréable à lire, à suivre. Je rajoute même que vu la fin de cet opus, j'ai hâte de retrouver notre voleuse et j'espère bien que l'auteur trouvera une solution pour la consoler !

mercredi 10 décembre 2014

CADEAUX Numéro 2



rentre dans la danse
du GpP 2014




avec

5 lots 
comprenant




Pour participer, il suffit de VOTER !






Sortie de Deux gouttes d'eau de Jacques Expert




Editions Sonatine
sortie le 22 janvier 2015



Une jeune femme est retrouvée morte dans son appartement de Boulogne-Billancourt, massacrée à coups de hache. Elle s'appelle Élodie et son ami, Antoine Deloye, est identifié sur l'enregistrement d'une caméra de vidéosurveillance de la ville, sortant de chez elle, l'arme du crime à la main. Immédiatement placé en garde à vue, Antoine s'obstine à nier malgré les évidences. Il accuse son frère jumeau, Franck, d'avoir profité de leur ressemblance pour mettre au point une machination destinée à le perdre. Quand Franck Deloye arrive au commissariat central pour être entendu, le trouble est immense : il est impossible de différencier les deux hommes, qui se ressemblent, littéralement, comme deux gouttes d'eau... Le divisionnaire de la PJ en charge de l'enquête, Robert Laforge, un homme réputé pour sa compétence mais aussi son intransigeance et ses éclats incontrôlés, va devoir tirer au clair avec son équipe ce véritable casse-tête. Lequel des deux jumeaux ment, lequel est le bourreau, lequel la victime ? On retrouve dans ce nouveau roman tout ce qui fait l'univers de Jacques Expert : l'observation sans empathie de personnalités troublées, perverses, abîmées, qui ne savent plus exactement quelles sont les limites de leur identité ou de leur mission, y compris chez les enquêteurs.


mardi 9 décembre 2014

AMERICAN FAYS d'Anne Fakhouri et Xavier Dollo





Editions CRITIC
Sortie le 06 novembre 2014
Relié toilé
400 pages
23 euros




Ce Chicago de 1925 a tout du chaudron prêt à exploser ! Entre les Leprechauns mouillés dans la fabrication de faux billets et les gangs qui s'activent en coulisses pour s'emparer des marchés de l'alcool et des speakeasies, autant dire qu'il y a de l'orage dans l'air. Et tandis qu'Al Capone tente de retrouver son influence sur la ville, voilà que des Drys, farouches partisans de la Prohibition, sont atrocement assassinés.


Scarface devient, aux yeux des autorités, le suspect idéal. Furieux et persuadé que les Fays sont dans le coup, il charge une bande de chasseurs de Fays, les No Ears Four, de débusquer les véritables coupables.



Pour Old Odd et son équipe, les ennuis ne font que commencer. Contraints de plonger dans les entrailles d'une ville corrompue et en proie aux guerres des gangs, les quatre nettoyeurs ont intérêt à se serrer les coudes s'ils veulent survivre à la tempête qui s'annonce. Car, quand la Fayrie est impliquée, mieux vaut ne pas trop traîner dans l'oeil du cyclone !





L'avis de Phooka:



Chicago, les années 20. La prohibition bat son plein, la pègre domine la ville.

Les No Ears Four, à la botte de Capone, roulent leurs bosses dans ce monde impitoyable. Les No Ears Four, c'est Old Odd, Bix, Bulldog et Jack the Crap. Quatre personnages hors du commun et très différents les uns des autres. Old Odd, comme son nom l'indique c'est le "vieux", le chef quoi, celui qui prend les décisions. Bix, c'est le jeune, un peu fougueux, trompettiste et fan de musique noire (ce qui est un sacré défaut à l'époque), Bulldog c'est le garde du corps de Old Odd. Son nom résume bien le personnage. Jack c'est le tueur, il n'hésite pas, il tire, il tue.

Ces quatre là vont se retrouver mêlés à une étrange histoire dans les bas-fonds de Chicago. Ha oui, il faut préciser que dans cette version de Chicago vue par Xavier Dollo (oui,oui "notre" Thomas Geha) et Anne Fakhouri, la ville héberge de nombreux habitants assez peu ordinaires. Les Fays du logis côtoient les Leprechaun et autres nymphes, les croiser n'est pas rare, loin de là.

Dans ce Chicago parallèle, il se trame d'étranges choses qui impliquent humains et Fays. Nos quatre héros vont s'y retrouver mêlés et ce ne sera pas une sinécure.

Un roman atypique, bourré de clichés, nerveux et dense. American Fays est clairement un livre à part, qu'il est difficile de classer. Urban fantasy ? Mouais, beaucoup de gens le classent dans cette catégorie. Moi je dirais plutôt, coup de folie, roman déjanté. On sent que les auteurs se sont fait plaisir. Ils ont revisité des "classiques" tels les "Incorruptibles" (que ce soit la série ou le film de De Palma), pour mieux les détourner à leur sauce Fay-érique.

Un atmosphère parfaitement reconstituée, de l'action, du suspense, le grain de folie nécessaire. Tout y est ... ou presque.

Ben oui "presque" et ça me peine de le dire parce que, si j'ai pris du plaisir à ma lecture, je n'ai pas été totalement convaincue (pardon ô grand Thomas et grande Anne, moi qui suis fan de vos écrits !). D'abord j'ai eu un peu de mal à m'approprier les personnages. Il m'a fallu du temps pour les apprivoiser, pour les cerner et les comprendre. Par contre, une fois acquis, on ne peut plus les oublier c'est certain.
Ensuite, la seconde chose qui m'a perturbée c'est la ville. Il se trouve que je connais Chicago et que c'est une ville que j'adore. Or, on ne la voit pas ... et moi ça m'a manqué. Je sais c'est sans doute idiot de ma part, mais je m'étais réjouie à l'idée de passer un moment de lecture dans cette ville précisément
Et puis j'ai trouvé le côté Incorruptible, un peu trop prononcé, un peu trop caricatural parfois, on avait presque l'impression d'être dans un épisode de la série (oui je suis assez vieille pour l'avoir suivie:)).

Bon la liste de mes "griefs" semble longue, mais en réalité ce ne sont que des détails (mes remarques sur Chicago ne gêneront sans doute que moi), les personnages sont vraiment originaux, et inoubliables, le récit est prenant. Mais il me manque la petite touche qui aurait fait pencher la balance vers un coup de coeur.

Un dernier point sur lequel je tenais à insister, c'est la beauté du livre en tant qu'objet. Une pure merveille que je suis fière d'avoir dans ma bibliothèque. Bravo aux éditions CRITIC pour cette oeuvre d'art. Si vous cherchez un cadeau de Noyel, il est tout trouvé croyez moi.

La beauté du contenant alliée à la qualité du contenu en font un ouvrage à posséder pour tout amateur de SFFF, c'est une évidence. Mais je regrette quand même de ne pas pouvoir en faire un coup de coeur. Quel dommage !