mardi 3 mars 2015

LES OUTREPASSEURS - 1 - de Cindy Van Wilder



1 - LES HÉRITIERS



Gulf Stream Éditeur
350 pages
18 euros


4ème de couv :

-Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.
- Nous ?
- Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la Marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille, à présent. Vous combattrez ensemble. (Il baissa le ton de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux. »

Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat et découvre que l’attaque le visait personnellement. Emmené à Lion House, la résidence d’un mystérieux Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis des siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Les révélations de ces derniers vont changer le cours de sa vie…


L'avis de Dup :


Quand Peter se fait attaquer un soir par deux molosses type pitbulls enragés dans son jardin, puis sauver par un renard, il a de quoi halluciner. Mais quand en plus ce renard se transforme sous ces yeux et devient sa mère, il a de quoi perdre les pédales. Et Peter n'est pas au bout de ses surprises, sa vie d'ado peinard, classique, bascule complètement. 

Lorsqu'il cherche des explications, sa mère s'enferme dans un mutisme complet puis va laisser à un homme qui lui est inconnu le soin de la révélation. Ce Noble, car c'est son nom, est aussi effrayant que repoussant. Il est méprisant et plein de morgue. Mais ce qui intrigue bien plus Peter, c'est que sa mère qui habituellement ne s'en laisse pas conter, lui semble absolument soumise.

Et il n'est pas le seul ado à découvrir cette étrange histoire qui remonte les siècles et se situe en plein Moyen-Age. Ils sont une quinzaine tous réunis avec leurs parents autour de Noble. Cependant on va très peu les suivre dans ce tome. Cindy Van Wilder va plutôt accentuer son récit sur le début de cette incroyable histoire qui a démarré en décembre 1206 en Île-de-France. L'auteur se révèle une formidable conteuse qui nous ensorcelle avec ses contes et légendes d'un autre temps. Tout y est pour nous plonger dans l'ambiance : les descriptions, le vocabulaire et même le parler paysan de l'époque. Ce récit est envoûtant et pourtant je vous avoue que les contes de Fés (oui, oui sans E) à la sauce Van Wilder n'ont rien de tendre. 

Alors même que ce livre s'adresse aux adolescents, elle ne prend aucune pincette et c'est un aspect que j'ai beaucoup apprécié. Les sentiments, les envies des personnages sont exposés sans aucun voile ni fausse pudeur. Pour ados non "chochottes" donc :)). C'est sombre et plein de mystères, c'est angoissant et en même temps très rythmé comme récit. Bref en un mot c'est passionnant... et complètement déstabilisant lorsque l'on fait quelques brefs retours en 2013 aux côtés de Peter !

Mais c'est super bien fait car tout cela nous amène à la fin de ce volume, où Peter découvre son sombre héritage: il est un Outrepasseur. Il n'a pas le choix, il va devoir faire avec. Et vous aurez beau chercher entre mes lignes, vous n'y trouverez pas la définition. Don ? Malédiction ? C'est ce qu'il va en faire qui le déterminera, et bien sûr on ne le saura qu'en lisant la suite ! Ça, en revanche, c'est bien la malédiction des lecteurs : devoir trouver un peu de temps pour lire la suite et pouvoir assouvir sa soif de savoir.


L'avis de dame Phooka qui a découvert dame Cindy en preum's ICI pour le tome 1 et pour le tome 2.




lundi 2 mars 2015

RUSH, contrat 4 de Phillip Gwynne




Editions Casterman jeunesse
304 pages
15 euros





Dom n'ira pas à Rome : à une place près, il a manqué la qualification pour les jeux olympiques de la jeunesse. Mais La Dette se moque des règles sportives. Elle exige qu'il se rende en Italie. Et ce que la Dette exige, elle l'obtient. Une fois à Rome, Dom recevra son quatrième contrat : trouver E Lee Marx, le célèbre archéologue sous-marin, et le convaincre de l'accompagner en Australie. Ce voyage au pays de ses ancêtres sera l'occasion d'en apprendre davantage sur sa famille, de sombres révélations qu'il n'obtiendra qu'au péril de sa vie ...



L'avis de Phooka:


Quatrième tome de la série et donc quatrième contrat pour Dom, qui n'a pas d'autre choix que de l'accepter. Cette fois-ci il doit ramener le célèbre archéologue E Lee Marx en Australie. Mais pour ça, Dom doit aller à Rome et comme par hasard il se retrouve sélectionné pour les jeux mondiaux de la jeunesse qui se passent où ? A Rome bien sûr!! Or Dom sait pertinemment qu'il est arrivé quatrième de la course de sélection, derrière son ami Rashid, mais la photo du finish montre juste l'inverse. La Dette a vraiment beaucoup de pouvoir. Dom est tiraillé entre son amitié pour Rashid qui le pousse à renoncer à ces jeux et son obligation de remplir ses contrats vis à vis de la Dette sous peine de "perdre une livre de chair" ...

On comprend bien que devant de tels enjeux son choix est inexorable, ou plutôt son absence de choix.
Dom se retrouve donc à Rome et la situation va vite devenir inextricable, surtout qu'il s'est mis en tête d'en profiter aussi pour se rendre à San Lucas, le village de ses ancêtres. Et croyez-moi c'est une très très très mauvaise idée.

On retrouve dans ce quatrième opus, tout ce qui a plu dans les trois précédents. De l'action, du suspense, un héros sympathique et débrouillard et surtout du mystère. Il se confirme effectivement que certaines personnes de l'entourage très proche de Dom sont au service de la Dette (et non je ne vous dirai pas qui). Mais cette fois-ci, on découvre aussi que sa famille lui cache probablement des choses ...

Dom a toujours le don de se fourrer dans des situations impossibles, mais il est suffisamment débrouillard pour s'en sortir. Et quand il ne peut pas s'en sortir seul, la Dette vient à son secours.

Tout comme dans les autres contrats de la série certaines facilités sont apportées au scénario, et Dom se sort un peu trop facilement de certains pièges, mais peu importe parce que ce choix d'écriture permet de donner un rythme d'enfer au récit.

Une fois de plus le roman se lit à toute allure et avec beaucoup de plaisir. C'est du thriller jeunesse, très réussi, au rythme enlevé et avec un héros fort sympathique. Les personnages secondaires sont un peu moins fouillés mais comportent un voile de mystère sur leur rôle réel dans le récit qui les rend tout aussi intéressants.

Donc je maintiens toujours mon avis sur cette série, riche, pleine de suspense, sans aucun temps mort. A mettre entre toutes les mains sans hésitation !


Les contrats précédents :

dimanche 1 mars 2015

Interview de Cindy Van Wilder Tome 1








Cindy Van Wilder attend ici vos questions, mais avant ça, nous lui laissons la parole :


Le paradoxe pour l’écrivain : lui/elle, qui aime tant parler des autres, se trouve subitement en panne d’inspiration quand il s’agit de se présenter !Néanmoins, comme les ladies Phooka et Dup m’ont gentiment ouvert cette tribune pour m’y exprimer, il fallait bien que je trouve quelque chose.J’ai donc pioché quelques lettres au hasard et voici ce que cela a donné…

 M pour Muse : Ah la Muse, cette inséparable compagne que j’évoque souvent, soit pour râler – un de mes exercices favoris – soit pour la féliciter quand elle m’apporte une étincelle d’inspiration (et cela n’arrive pas tous les jours, laissez-moi vous le dire).Qui est Muse ? Oh, c’est bien simple. D’abord, rien à voir avec l’image que l’on se trimballe depuis l’antiquité grecque. Ma Muse à moi vit dans mon esprit – inutile d’appeler les services psychiatriques, je vous assure que nous allons bien ! – c’est un animal tête de mule (un peu comme moi, d’ailleurs) et qui aime me souffler des idées en général quand j’en ai le moins besoin.Je regarde une série ? Je me promène ? Je lis ? Muse guette l’opportunité pour me dire « Oh et si tu reprenais tel personnage pour en faire ceci… » « Et si… »Vous voyez l’idée. Je me la représente souvent sous les traits d’un chat – et oui, j’en ai un (en vrai), en cela je ne déroge pas au cliché de l’écrivain avec son félin !La Muse peut être agaçante, irritante, mais je ne l’échangerais pour rien au monde.


P comme potes : Là, j’ai une pensée particulière pour mes potes auteur, publiés ou en passe de l’être. Qui de mieux placé pour vous comprendre que quelqu’un qui passe par les mêmes stades que vous ? Quand vous reprenez pour la 150e fois le même passage et que vous n’arrivez toujours pas au résultat que vous voulez, qui sonnait si bien dans votre esprit et, à présent que vous l’avez écrit, semble être le pire truc que vous n’ayez jamais sorti de votre clavier (soyons modernes) ? Qui de mieux placé, dans ces moments-là, pour vous encourager, vous soutenir, vous dire « Fais une pause » ou au contraire « Remets-toi au taf ! » ? J’ai eu de la chance de connaître ces personnes, qui sont devenus mon filet de sécurité au quotidien, mes critiques les plus aiguisés comme ceux qui m’entraînent dans leurs délires (ou me font des blagues !). L’écrivain cloîtré dans sa tour d’ivoire ? Très peu pour moi.


L comme lecteurs : Que serait un écrivain sans ses lecteurs ? Un narrateur solitaire… Plutôt triste comme image. Parmi les lecteurs, qu’ils soient bloggeurs, Booktubeurs, twittos qui adorent me recommander des titres (mon portefeuille ne vous remercie pas !) ou tout simplement, qui adorent papoter (comme moi en somme), je peux dire que j’ai fait de très belles rencontres. Et que c’est loin d’être fini !


G comme Gulf Stream Editeur : ou encore comme Paola Grieco, mon éditrice, qui n’a pas hésité à faire le pari un peu dingue de sortir les Outrepasseurs de sa pile à lire, et, encore plus dingue, de le publier. Nantes aura toujours une place à part dans mon cœur.


Enfin, B comme Belgique : j’ai beau beaucoup aimer la France, je préfère l’expression « écrivain francophone » puisque je viens donc du pays du chocolat, des frites et de la bière (que je n’aime pas d’ailleurs – je sais, sacrilège !). Et au-delà de ces images d’Epinal – clin d’œil à une ville et à un festival que j’aime tout particulièrement – j’aime à penser que la Belgique m’aura donné le goût pour la diversité, un penchant certain pour les situations surréalistes et une bonne dose d’humour !


Hum. Pour quelqu’un qui avait du mal à parler d’elle, je pense que je me suis montrée plutôt bavarde !






*********************************************









Bonjour Cindy !! Tout d'abord j'ai vraiment hâte de pouvoir échanger quelques mots avec toi aux Imaginales... Une petite question de super curieuse : ta réaction quand tu as su que les Outrepasseurs allaient être édités ? (j'accepte les descriptions de mimiques, les cris, etc...)

PS : je ne sais pas si c'est ici qu'on pose les questions (c'est une première pour moi !)



Cindy:



ah ah les lecteurs ont un oeil de lynx :) Hello Rêves et Imagines, moi aussi, j'ai hâte de me retrouver aux Imaginales :) Pour la réaction quand j'ai reçu le "oui" définitif... Il faut se représenter le contexte : je me trouve au bureau - puisque je travaille à plein temps, n'ayant pas encore l'opportunité de vivre de ma plume - et si mes collègues ont l'habitude de mes périodes d'exubérance, je pense que me voir sourire et pousser de petits cris en dansant sur place était quand même assez hors de mes habitudes pour qu'elles me demandent ce qu'il se passait.Les pauvres. Non seulement elles ont dû entendre toute l'histoire - et celle-ci comportait beaucoup de points d'exclamation ! - mais en plus, elles m'ont payé un Pizza Hut par la suite (je n'ai pas encore découvert si c'était pour me faire taire ou me féliciter. Ou les deux ^^ ) 

P.S : j'espère que c'est bien ici que je réponds ;-)









Bonjour Cindy. 



Quelle chouette présentation ! Je n'ai pas pu m’empêcher de souligner la ville d'Epinal que tu mentionnes avec son festival et comme je m'y rend cette année, je me demandais si j'aurai le plaisir de t'y rencontrer? :)



Ceci ne comptant pas vraiment comme une question (bien que je veuille la réponse hein ;) ) je poursuit. Je vais commencer ma lecture aujourd'hui du tome 1 (Merci encore à Gulf Stream et à Dup Et Phooka pour ça <3 ) donc avant de papoter de l'histoire que je dois encore découvrir (et quand je dis "doit" je ne le vois pas comme un devoir mais comme un droit, un privilège et une grande envie hihi) je voulais parler du métier de l'écrivain. Quelles sont tes habitudes d'écriture? Madame la Muse et le chat sont présents à tes côtés quand ils le veulent bien :p mais sinon comment s'organise l'écriture d'un roman? Es-tu plutôt papier ou ordi pour les premiers jets? Fais tu un plan global, minutieux ou au contraire te laisses-tu porter au fure et mesure sans savoir vraiment où ça te portera. Tes personnages sont-il capricieux et t'ont emmenée sur des chemins insoupçonnés contre ton bon vouloir? (Bon je te laisse répondre à ça et je repasserai :p C'est le 1er jour je ne voudrais pas de faire fuir si vite :p )



Cindy:




Aucun souci :D

Pour les Imaginales, oui, j'attends avec impatience le mail officiel d'ailleurs :)

Sinon pour les questions sur l'écriture... Alors, il faut savoir que je ne suis pas du tout quelqu'un qui planifie tout à l'avance, loin de là ! Plusieurs potes auteurs élaborent des synopsis très complets, savent exactement ce qu'il va y avoir à telle scène et combien de signes le bouquin va comporter... Moi, en général, je n'en ai aucune idée ! Ce que j'aime savoir avant de me lancer, c'est le contexte de début, les thèmes avec lesquels je vais pouvoir jouer, les personnages ainsi qu'une vague idée de la fin. Et ensuite... hop ! écriture (sur ordi, car sur papier, vu mon écriture - un désastre ! - j'ai abandonné). J'appelle ça la phase de prise de connaissance. Ce qui explique qu'une fois arrivé à la moitié environ de la première version, Muse me souffle souvent "c'est chouette, hein, mais... si tu faisais ça autrement ? Et si ce perso, là..." Bref, c'est à ce moment que je me lance dans une réécriture totale de la première version. Un fonctionnement qui peut sembler étrange ainsi, à première vue, mais qui me plaît bien ;)Donc je suis au croisement entre la bordélique totale et le planificateur munitieux, je dirais ^^ J'aime savoir (vaguement) où je vais, mais j'aime aussi être surprise au détour de l'intrigue (et sur ce point, mes persos ne me déçoivent jamais ^^ )



Sia


Bonjour Cindy !

Pour ma part, j'ai découvert le premier volume des Outrepasseurs avec grand plaisir, et le tome 2 sera lu dans peu de temps. Maintenant que le tome 3 est terminé, as-tu d'autres projets dans les tuyaux ? Si oui, peux-tu nous en dire un peu plus ?

  


Cindy:



Hello la Miss !



Oh oui, des projets, je n'en manque jamais (Muse non plus, d'ailleurs...) En ce moment, je bosse sur une histoire en un seul tome - une première pour moi ! - et intitulé "Qui, de nous deux ?" Un huis clos contemporain sur une île paradisiaque et surtout... très isolée :D Je peux dire en tout cas que je m'éclate, c'est un exercice très différent de celui des Outrepasseurs, le ton comme les personnages n'ont rien à voir et c'est un défi très intéressant à relever :)







Francis Ash

Bonjour Cindy,

Ravi de te trouver ici entre ces lignes et bravo pour ta très chouette présentation !
Je vois que tu y évoques Nantes avec une certaine émotion. Est-ce à l'occasion des Utopiales que tu as parlé des Outrepasseurs à Paola Grieco ? Fut-ce difficile pour toi, grande bavarde devant l'éternel, de parler de ton manuscrit en direct à un éditeur ? Et, tout à fait entre nous bien sûr, Gulf Stream était-il le premier éditeur à qui tu proposais ton superbe projet ?
À très bientôt :





Cindy:



Mon cher Francis (je peux t'appeler comme ça, depuis le temps :p )En ce qui concerne les Utopiales, c'est à l'occasion de ce festival que j'ai pu rencontrer une partie de l'équipe de Gulf Stream - à savoir Paola Grieco, éditrice, et Angela Léry, attachée de presse - en chair et en os ;) Inutile de dire qu'il s'agit d'une date gravée dans ma mémoire (même si cette dernière s'avère souvent de poisson rouge ^^ ) Nous avions déjà eu des échanges par mail, à ce moment.

ah ah, je peux me montrer bavarde, mais cela dépend des sujets... (si, si, je vous assure!) En fait, lors de cette rencontre, nous avons beaucoup parlé des inspirations des Outrepasseurs, de la suite - puisqu'à ce moment, je n'avais toujours pas reçu les corrections du premier tome ! - de la manière dont Gulf Stream voulait promouvoir cette saga (toujours intéressant à savoir!) Bref une prise de contact qui a été très fructueuse.



Non, Gulf Stream n'était pas mon premier choix, pour la bonne raison que j'ai d'abord démarché auprès des éditeurs spécialisés en SFFF. Je ne pensais pas que les Outrepasseurs volume 1 pouvait intéresser une plus jeune génération - comme quoi, j'avais tort :D - et je n'avais donc pas pensé aux éditeurs jeunesse et YA. Il a fallu une idée de celle que j'ai surnommée la marraine des Outrepasseurs pour que je tente ma chance auprès de Gulf Stream :)Et oui, à très bientôt ! :)




Ramettes

Bonjour,

Je suis ravie de découvrir l'intérieur après avoir rêvé devant la couverture... a ce sujet : as-tu eu ton mot à dire pour le choix de la couverture et ce système de rabat ? C'est magnifique soit dit en passant mais vu que je couvre mes livres sans scotcher sur le livre j'ai bien fait rire ma fille ! (oui les lectrices aussi on des habitudes bizarres).

Une autre question technique : pourquoiii des chapitres aussi longs ? moi qui ait horreur de m'arrêter au milieu d'un chapitre c'est une torture... mais les yeux qui se voilent de fatigue on eut raison de ma curiosité ! (encore une manie de lectrice)

Bon je laisse les autres questions pour plus tard ... mais c'est dur de ce retenir !

Merci pour ta présence 




Cindy:




Bonjour,
ah la couverture... Elle suscite toujours beaucoup de commentaires ! Alors, il faut savoir qu'en général, les auteurs n'ont pas grand'chose à dire sur la couverture de leur roman, c'est un des domaines de l'éditeur. Cela peut sembler arbitraire - et je ne dis pas que les résultats sont toujours formidables, entendons-nous ! - néanmoins, dans mon cas, je n'ai franchement pas à me plaindre (et c'est un euphémisme !)Je ne pense pas que j'aurais pu imaginer d'aussi belles couvertures. Gulf Stream m'a effectivement tenue au courant de leur conception, surtout au moment de choisir entre divers graphismes, et j'ai pu donner mon avis. Néanmoins, quand j'ai vu la version définitive - et encore plus quand j'ai pu la tenir entre mes mains ! - je suis tombée à la renverse !



Ah, je comprends pour les chapitres longs... En fait, ce n'était pas du tout une intention de ma part. Dans ce premier tome, j'ai vraiment voulu respecter l'alternance passé/présent, entre les plongées de Peter et le déroulement de l'histoire au Moyen-Âge. Je comprends parfaitement que ces passages puissent sembler longuets, effectivement. C'est un truc que j'ai retenu pour les volumes suivants des Outrepasseurs, qui, eux, sont divisés en chapitres traditionnels ;)



A bientôt !



Elodie 


Bonjour,

J'ai commencé ma lecture hier soir, la fatigue ayant eu raison de moi, je n'ai lu que la partie de Peter. Beaucoup de mystères dès le début, je me pose milles et une question sur les outrepasseurs, les familles, les animaux et j'avoue par moment je flippe un peu aussi :p Et je me demandais d'où était née l'idée, la légende, l'histoire des outrepasseurs?



ps) J'ai hurlé pendant ma lecture avec "Les ferreurs" Note en bas de page: "Voir tome 2" c'est cruel ça !!! Tu n'es pas la première à me faire le coup :p Pourquoi les auteurs sont-il aussi sadique avec leur pauvre lecteur?



Cindy:



Hello la Miss,
Ah, désolée de t'avoir faite hurler avec cette note de bas de page (si, si, je t'assure :D ) Bon, en même temps, c'est une garantie que tu auras la réponse dans le second tome (Comment ? Ah, c'est une preuve de sadisme littéraire ? Damned ! )

Pour les inspirations des Outrepasseurs, elles sont nombreuses ! En premier lieu, il y a bien entendu le Roman de Renart. Je l'ai découvert tout gosse, avec un magnifique album illustré (que j'ai perdu entre temps hélas!) et qui me fascinait complètement. Il est ressorti de mon imagination vingt ans plus tard et je n'en suis pas vraiment surprise. Ensuite figurent les contes de fées. Non pas les versions Disney, mais celles, bien plus sombres, plus crues, plus marquantes aussi, qui n'étaient pas encore soumises à la censure et l'édulcoration. Et il y a de quoi faire...Des lectures plus contemporaines, comme le Trône de Fer (hé oui, je suis une fan absolue) ou d'autres auteurs SFFF, qu'ils soient francophones, anglophones - peu importe leur horizon - m'ont aussi beaucoup influencée. Idem pour des auteurs de littérature plus générale, qui ont bercé mes années de collège et de lycée, comme Zola (... si, si. )

Bref, les Outrepasseurs viennent d'un background très divers, avec pas mal d'influences - et pas seulement européennes - et moi-même, je n'en ai pris conscience qu'au fil de l'écriture :)




Ramettes

Kikou,

Les chapitres longs ne sont pas longuets puisque ça fuse, on pas le temps de souffler ! ... D'ailleurs ça commence super fort entre le prologue et le début du chapitre ...
Je n'aime pas Noble... c'est peut-être normal ! Il est vraiment très cruel et affreux ... ça devait être très amusant à écrire un rôle de méchant méchant, non ?





Cindy:



Bon, ça me rassure alors !Ah ah pour Noble, tu n'es pas la première à me le dire :) Je te laisse découvrir plus avant...En fait, ce qui m'intéresse dans la création des personnages - et c'est valable en général - ce n'est pas de créer des rôles "cadrés", dans le sens où les personnages ne peuvent pas sortir de ce cadre. Au contraire, j'aime développer les zones de gris dans les personnages, les rendre humains, au point qu'on ne puisse pas d'un coup d'oeil les classer ou leur mettre un label gentil/méchant. Je pense que c'est beaucoup plus intéressant de laisser le lecteur se faire sa propre opinion à leur sujet.En tant que lectrice, c'est ce type de personnages qui remporte complètement mon adhésion, qui me fait vibrer, rire ou pleurer, qui me touche. Et c'est ce que j'essaie de placer dans mes intrigues : des personnages loin d'être parfaits, avec leurs qualités, leurs défauts, leur passé, leurs imperfections, leurs envies... C'est un point très important pour moi.






Ramettes 


Bon j'en suis qu'au début et c'est vrai que Noble doit défendre son territoire.... mais je ne peux en dire plus !

Question plus générale... Tu as su tout de suite que ça serait une trilogie et non pas une saga interminable ?

Je crois que ce sera ma dernière question du jour !



Cindy:


J'ai beau être fan du Trône de Fer, je ne pousse quand même pas le sadisme à imiter son auteur en tous points et à livrer des pavés tout en sachant que ce ne sera pas la fin ! (sorry George, si tu me lis...)Plus sérieusement, oui, le format trilogie s'est imposé, de par la structure de l'histoire et le développement des personnages. Bien sûr, le lecteur verra de lui-même pour ce qui est de cette division en 3 tomes :)En tout cas, elle m'a semblé logique dans le cadre des Outrepasseurs :)



Le mois de Cindy Van Wilder





Ce mois de Mars 2015, nous avons le grand plaisir d'accueillir Cindy Van Wilder, auteur de la série Les Outrepasseurs. Pour ceux qui ne la connaissent pas, voici une petite présentation:





Lire les chroniques de:

-Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.

- Nous ?



- Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la Marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille, à présent. Vous combattrez ensemble. (Il baissa le ton de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux. »

Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat et découvre que l’attaque le visait personnellement. Emmené à Lion House, la résidence d’un mystérieux Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis des siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Les révélations de ces derniers vont changer le cours de sa vie…











Lire les chroniques de:



Les Outrepasseurs viennent enfin de capturer la dernière fée libre, Snezhkaïa la Reine des Neiges. Ils ignorent qu?ils viennent de déclencher une malédiction qui risque de les anéantir. Peter, qui supporte de moins en moins de se plier à la volonté de Noble, tente de retrouver le Chasseur pour mettre fin à cette lutte séculaire?



Et une nouvelle:

Au service des insectes




Lune

samedi 28 février 2015

vendredi 27 février 2015

Partenariat Le mois de Manon Fargetton



s'associent à Bookenstock
pour vous faire découvrir Manon Fargetton

Elles proposent plusieurs exemplaires des romans suivants :



LA NUIT DES FUGITIFS
Paru le 18 février

( c'est la suite du Suivant sur la liste, mais ils peuvent se lire de façon indépendante )

pas encore chroniqué... mais bientôt.
le pitch en attendant :




Trois ans après avoir échappé au Pr Klein, Morgane et Izia sont réunies par Nathan, leur ami décédé et réincarné en intelligence artificielle. Elles veulent récupérer la vidéo de Klein, qui y révèle l’identité des commanditaires de son projet.



Au cours d’un huis-clos angoissant, les adolescents hybrides héros du Suivant sur la listetentent de découvrir la vérité sur leurs origines et de trouver leur place dans une société qui les exhibe comme des bêtes de foire.




LE SUIVANT SUR LA LISTE



JUNE  #1 Le Souffle


Merci de lire attentivement les règles
de ce partenariat EN ENTIER avant de postuler !


Pour y participer, vous devez nous envoyer un mail à l'adresse suivante:


lemoisde[at]gmail[point]com


avec:
* le livre pour lequel vous postulez
* l'adresse de votre blog
* votre pseudo, si vous en avez un sur livraddict/facebook/bit-lit.com/google+ etc..
* votre nom et adresse 
* Les résultats du partenariat seront annoncés dans un billet dans les jours qui suivent. Nous ne prévenons pas les bénéficiaires par e-mail.


Si vous ne remplissez pas ces critères vous serez automatiquement écartés...



Les règles sont toujours les mêmes :

* Nous envoyer un mail pour annoncer que vous avez bien reçu le livre.

* Lire et chroniquer ce roman au plus tard le 25 avril 2015,( avec les liens vers Bookenstock dans votre chronique ), et nous envoyer votre lien également.

Annoncer le Mois de Manon Fargetton sur votre blog au début du mois d'avril

Venir participer au Mois de Manon Fargetton en posant plusieurs questions (ou commentaires) pendant son "Mois de ...".


Le partenariat restera ouvert plusieurs jours ;). Notre choix se basera sur des critères totalement subjectifs tels le "plouf plouf" ou le "choipeau" voire même le "ça sera toi qui ..."



Avril sera le mois de...



Manon Fargetton




C'est avec beaucoup de plaisir que nous allons accueillir durant tout le mois d'avril cette jeune auteur découverte depuis peu sur Bookenstock. C'est Phooka la preum's qui a tâté de son thriller jeunesse, tandis que moi, je me frottais à sa trilogie fantastique. 

Verdict : sous le charme les mémés Vénérables!

Nous vous proposons donc de la découvrir un peu plus. Sa plume bien sûr, et pour cela un super partenariat va suivre très bientôt, mais aussi son actualité littéraire, ses pensées, sa vie, ses manies... tout quoi ! Nous allons aller à l'encontre du dicton du mois en essayant d'enlever un à un les fils qui la recouvre.


Pour mémoire, Manon Fargetton c'est :




Et pour l'instant sur Bookenstock c'est :

Fargetton Manon



jeudi 26 février 2015

LE SECRET DE L'INVENTEUR de Andrea Cremer




Éditions Lumen
407 pages
15 euros



Résumé :


Imaginez un monde où l'Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d'Amérique... Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, seize ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d'autres fils et filles de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la ville flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l'aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l'Empire, et lui sauve la vie. Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, où elle attend comme tout le petit groupe d'amis qui l'entoure de rejoindre la lutte quand elle atteindra sa majorité, l'équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses compagnons, tous ne sont pas ce qu'ils prétendent être, et l'existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace... Des décharges de métal de l'Empire, infestées de rats d'acier, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !


L'avis de Dup :


Énorme coup de cœur. Pour ceux qui craignent mes envolées lyriques, sortez le parapluie ou passez votre chemin... On est bien d'accord que la couverture de ce livre est juste sublime. Et bien je vous dis que les descriptions de ce monde fait de machines et d'automates, de sous-marins et de dirigeables, de rouages mécaniques en tous genres, sont à l'image de la couverture. À chaque début de chapitre un fond grisé le rappelle.



Rappel pas forcément nécessaire tant ce texte cliquette, crisse, grince, tintinnabule à nos oreilles. J'ai adoré cette ambiance faite d'inventions les plus loufoques et les plus décalées. La description de New-York et sa Cité Flottante est juste féerique, on en prend plein les mirettes. Et pourtant le clinquant côtoie la misère, un monde de laisser-pour-compte, d'esclaves ou de réfugiés où la rébellion court. Et comme l'auteur mêle avec brio ce côté steampunk avec un méli-mélo de religion, de croyances et de nécromancie, c'est juste passionnant !

L'intrigue que l'auteur met en place part d'un corollaire très simple: et si l'empire britannique avait gagné la guerre de l'indépendance américaine? Nous sommes au début du 19ème siècle, Napoléon a fini ses ravages en Europe et la révolution industrielle chère aux américains serait vouée à la répression de leur peuple plutôt qu'à leur épanouissement.

Cette histoire est portée par des personnages que j'ai adoré. Charlotte bien sûr, qui est une ado entière et franche, passionnée et loyale du haut de ses seize ans. On ne peut que l'aimer. Mais celui qui remporte mon adhésion totale c'est Jack. Alors lui vraiment, je ne l'ai pas aimé, je l'aime ! Charmeur, taquin mais que je sens profondément sincère derrière ses mensonges. Et il me tarde vraiment de le retrouver, en espérant qu'il va réussir à se dépatouiller de la situation inextricable dans laquelle il Andréa Cremer l'a plongé. C'est le personnage torturé au possible, mais avec tellement d'excuses. En revanche son charismatique frère aîné Coe, je m'en méfie comme de la peste.

Parce que j'ai adoré cette histoire, ces personnages, parce que je n'ai pas trouvé un seul temps mort dans ce roman et parce que le dénouement est douloureux et frustrant, je suis déjà sur les starting-blocks pour en lire la suite. Énorme coup de cœur, mais ça je l'ai déjà dit. Un seul conseil, ruez-vous dessus.


mercredi 25 février 2015

En mars chez Fleuve Éditions, le dernier tome de La Dague et la Fortune !


LA DAGUE ET LA FORTUNE # 3

La loi du tyran



sortie prévue le 12 mars prochain


La paix est revenue sur le royaume d'Antéa. Mais le trône, le Régent, Geder Palliako a de plus grandes ambitions. Il veut pacifier le monde, par l'épée et le sang, sous la banière de la déesse araignée. 
Clara, ancienne baronne d'Osterling, veuve en disgrâce depuis l'insurrection matée, a reconnu les signes annonciateurs de guerre. Seule, pour l'instant, elle va se dresser contre le fléau en marche.
Et sur la côte hallskarie, un autre incendie couve, un feu en sommeil depuis bien longtemps : un dragon a survécu...

Miammmm !
J'espère bien vous en parler avant...



mardi 24 février 2015

L'EVEIL DES MACCHABS Tome 2 de Ty Drago




L'éveil des Macchabs
 Tome 2 : La reine des Macchabs




Editions Bayard Jeunesse
517 pages
14.90 euros



Ouvrez les yeux : vous êtes parmi eux... Vous ne connaissez pas les Macchabs ? Tant mieux pour vous ! Car seule une poignée d’adolescents, appelés les Clairvoyants, peuvent les voir tel qu’ils sont : des cadavres puants animés par des entités venues d’ailleurs et qui veulent tous nous éradiquer... Ces ados sont devenus un véritable commando, auto-baptisé les Fossoyeurs. Grâce au jeune Will, ils sont parvenus à éliminer le Maître des Macchabs. Mais le combat est loin d’être gagné. Car arrive aussitôt leur Reine, plus redoutable encore. D’autant plus redoutable qu’elle endosse l’identité de Lilith Cavanaugh, responsable des Affaires Civiles de la ville de Philadelphie. Or, la mère de Will vient de recevoir un colis envoyé il y a quelques années par son défunt mari, Karl Ritter, le seul adulte qui ait jamais été capable de voir les Macchabs. Dans ce colis, destiné à Will, Karl dévoile toute la vérité. Susan, qui n’a pas eu la moindre nouvelle de son fils depuis quatre mois, ne sait pas vers qui se tourner... et elle commet une terrible erreur. Elle décide de rendre l’affaire publique en se confiant à une certaine Lilith Cavanaugh...




L'avis de Phooka:



Dans le tome 1, nous faisions connaissance de Will, ce jeune collégien de 12 ans, embarqué dans une aventure incroyable au sein des Fossoyeurs, un groupe de jeunes gens tous capables de voir les "macchabs". Les "macchabs" ce sont ces envahisseurs qui pour pouvoir s'installer sur terre, doivent prendre possession d'un corps défunt. Des zombies en quelque sorte sauf qu'ils sont bien plus intelligents, forts et rapides. Le problème, pour nous terriens, c'est que seuls quelques ados peuvent les voir réellement tels qu'ils sont. Pour toutes les autres personnes, on ne voit que l'enveloppe, c'est-à-dire une apparence d'humain ordinaire. Le but des macchabs est de prendre le pouvoir, en particulier en essayant de se faire élire ou nommer à des postes hauts placés. Lors du premier opus, une bataille avec été gagnée par les Fossoyeurs. Ils avaient réussi à éliminer la tête de pont de l'invasion. Un rude coup pour les macchabs, mais une bataille gagnée ne permet pas de remporter la guerre ....

Cette fois-ci c'est la reine des macchabs elle-même qui va se déplacer pour prendre la tête de l'invasion, sous l'identité de  Lilith Cavanaugh, une femme haut placé dans l'administration de la ville. Et croyez-moi, elle a des pouvoirs autrement plus puissants que son prédécesseur. Les Fossoyeurs vont avoir fort à faire pour combattre cette nouvelle menace. Heureusement, ils font des progrès dans la connaissance des macchabs et surtout dans les moyens de les tuer. Mais les macchabs eux aussi progressent dans leur connaissance des Fossoyeurs et cette fois-ci la mère et la soeur de Will vont être en danger. Elles ignorent tout des macchabs, des Fossoyeurs et de tout ce qui se trame. Pour elles, Will a disparu depuis des mois, elles ne savent pas ce qu'il est devenu. La mère de Will pense qu'il est vivant et c'est tout naturellement qu'elle va demander l'aide de Lilith Cavanaugh ...

C'est un vrai plaisir de retrouver Will. Il va avoir 13 ans, cela fait déjà des mois qu'il est chez les Fossoyeurs, qu'il se terre avec les autres dans des souterrains infâmes et humides. Sa seule envie c'est de rentrer chez lui et de serrer sa mère dans ses bras, ce qui le rend terriblement touchant. Mais touchant, il l'est aussi par son comportement. Il est le héros, oui, mais il ne faut pas oublier que c'est un gamin de 13 ans qui n'est pas toujours capable de prendre le recul nécessaire pour jauger le danger et qui a une furieuse tendance à foncer tête baissée. Il est courageux, trop courageux, au risque parfois d'y laisser sa peau et seule la présence d'autres Fossoyeurs, en particulier celle d'Helen ou de Burgermeister, lui permet de sauver sa peau. C'est ça qui rend ce héros si particulier, il est loin d'être un super-héros, il a ses failles, et ses faiblesses malgré son courage inébranlable. Il a besoin des autres pour réussir, mais il est aussi celui que les autres suivent et qui leur permet de se dépasser.

Cette série est vraiment une belle réussite. Ce deuxième opus confirme tout le bien que je pensais du premier, avec de l'action et des frissons, des héros aux personnalités fouillées. C'est un beau pavé de plus de 500 pages mais qui se dévore en un rien de temps. De plus le livre est de belle facture, avec une couverture très réussi et un papier de qualité supérieure. Une belle réalisation que je ne peux que conseiller aux petits ( à partir de 12 ans quand même car ça fait peur parfois), mais aussi aux plus grands.


lundi 23 février 2015

MIETTES DE SANG de Claire Favan




Éditions Toucan Noir
410 pages
18 euros

4ème de couv :


Le lieutenant Dany Myers est officier de police dans une petite ville du Midwest américain. Son père y était capitaine et lorsqu'il a brutalement disparu, Dany a tout naturellement voulu prendre la relève. Mais cet "héritage" est encombrant et il est mal perçu par ses supérieurs. On lui confie plutôt les tâches subalternes et ses collègues gardent leurs distances. 

Sa vie sentimentale est aussi une suite d'échecs. C'est un homme seul et pessimiste. 
Jusqu'à ce qu'il soit, par hasard, confronté à un bien étrange suicide que ses supérieurs veulent classer au plus vite...Mais Dany a un défaut, il est têtu. 

L'avis de Dup :

Mon premier Favan. Et là je dis quelle erreur mes amis, quand on sait que c'est son quatrième ! Je les ai vus passer sur certains blogs, j'ai continué à faire la sourde oreille. L'an dernier, j'ai même acheté Apnée Noire directement après avoir lu la chronique de Pierre Faverolle... et je ne l'ai pas lu. Il a fallu une seconde couche avec Belledenuit pour que je tente ma chance avec Masse Critique. Il me fallait peut-être une échéance, et je l'ai eue grâce à Babélio. Miettes de sang, un livre, un mois pour le lire et le chroniquer.

Quatre cent pages avalées en deux soirées qui m'ont valu deux courtes nuits d'affilées, mais quel plaisir de lecture. Et c'est une auteur gonflée que je découvre. Parce que construire tout un roman centré sur un personnage qui est LE anti-héros par excellence, il faut des "corones"!

Lieutenant à la Police Départementale de Poplar Bluff, Dany est le souffre-douleur de toute l'équipe. Il sait qu'il a eu ce poste par piston, en hommage à son père disparu alors qu'il avait sept ans, qui en était le capitaine. Du coup il n'ose jamais la ramener et écope de toutes les corvées : la sortie des écoles, les rondes de nuit, de préférence le weekend... Il fait sans cesse le dos rond, et l'on a plus d'une fois envie de le secouer. Mais son calvaire ne s'arrête pas à sa vie professionnelle car "chez lui" l'attend son dragon de mère. Il a 34 ans, il rampe et obéit à M'man : rentrer à l'heure, se coucher tôt, l'emmener à l'église le dimanche matin, la totale quoi ! Bien sûr, côté vie sentimentale c'est la bérézina aussi. Il est amoureux, il la voit presque tous les jours et il n'ose pas. On a l'impression qu'il s'excuse en permanence d'exister. Et c'est là le grand tour de force de Claire Favan, car ce Dany elle arrive à nous le faire aimer. Non pas par pitié, mais simplement parce qu'il est terriblement humain. Il a toutes les capacités requises pour ce métier, le raisonnement logique, le bon questionnement, l'intelligence des déductions, seulement il n'ose pas. Sauf quand il est loin des autres, seul, éloigné des regards moqueurs, goguenards, méprisants...

Je me rends compte que je ne parle que du personnage alors qu'il y a tant à dire également de l'intrigue construite par l'auteur. Classique, elle n'en est pas moins hyper bien ficelée et intrigante à souhait. Elle est glaçante aussi, parce que les découvertes de Dany sont de plus en plus malsaines, c'est l'escalade dans l'horreur. Mais attention, n’interprétez pas mal ce dernier terme, car même si des meurtres égrainent le fil de son intrigue, jamais Claire Favan ne appesantit sur les détails gores et/ou sensationnels. Dany va découvrir la vraie nature de sa brigade criminelle, corrompue jusqu'à la moelle où ils se couvrent tous mutuellement : violence conjugale, alcoolisme chronique, proxénétisme, et même pédophilie...

Une écriture simple et nerveuse nous entraîne à toute allure vers la fin de l'enquête... qui n'est pas la fin du roman. L'auteur n'en a pas fini avec son lecteur, il n'était pas assez KO à son goût. Un final en apothéose où toute la subtilité du choix du titre éclate. 
Excellent. 
À lire absolument.
Coup de coeur évidemment. 


tous les livres sur Babelio.com



Ce Miettes de sang sera ma 5ème participation au challenge de Zina





dimanche 22 février 2015

Les sorties chez Folio SF en mars 2015 (remises en vente)




Remises en vente



Alain DAMASIO Aucun souvenir assez solide




Alain DAMASIO La Horde du Contrevent





Alain DAMASIO La Zone du Dehors





Jean-Philippe JAWORSKI Janua vera






Jean-Philippe JAWORSKI Gagner la guerre





Christopher PRIEST La Machine à explorer l'Espace





Christopher PRIEST Les extrêmes






Robert Charles WILSON Spin






Robert Charles WILSON Axis