lundi 1 septembre 2014

1er volet de l'INTERVIEW de Patrick Graham


Note de Phooka et Dup: Merci de ne poser qu'une seule question à la fois (deux maximum) ou au moins de n'aborder qu'un seul livre/sujet par question, pour que ce soit plus clair pour tous (par contre vous pouvez revenir poser autant de questions que vous le désirez ;))



                                                       copyright Melania Avanzato

-->

Coucou.

Mais on ne m’avait pas dit que j’allais retrouver plein de membres de Plume Libre ici ??? :) 

Heureux de vous revoir en tout cas. Pour la peine, voici en guise d’apéro un petit bout de la suite à venir de Ces lieux sont morts. Affecté par l’épisode précédent, Searl est hospitalisé dans une clinique perdue au fin fond des Rocheuses pour y subir un examen un peu particulier à base de questions déclencheuses et de clichés cérébraux. Voilà. C’est tout à vous.

À très bientôt.





Présentation de la biblio de PATRICK GRAHAM



Patrick Graham est un de mes auteurs chouchous depuis la sortie de son premier roman L'évangile selon Satan, en 2007. Depuis je suis ses parutions presque à la trace. Je dis presque car j'avais fait l'impasse sur un seul, mais je suis en train de réparer cette lacune. En revanche, ne possédant pas de blog à l'époque, point de chroniques de ces premiers monuments !

2007
L'évangile selon Satan



2008
L'apocalypse selon Marie



2010
Retour à Rédemption


2012
Des fauves et des hommes

Bientôt Dup :P

2014
Ces lieux sont morts







dimanche 31 août 2014

Sortie de Septembre 2014 chez Folio SF












Septembre

S. G. BROWNE 
 Comment j’ai cuisiné mon père, ma mère… et retrouvé l’amour

Traduit de l’américain par Laura Derajinski




Johann Bodin




Pablo DE SANTIS
 La soif primordiale

Traduit de l’espagnol (Argentine) par François Gaudry


Bruno Wagner - Yayashin



Norbert MERJAGNAN
 Treis, altitude zéro


Frédéric Le Martelot


Robert Charles WILSON Julian

Traduit de l’américain par Gilles Goullet
Aurélien Police

samedi 30 août 2014

Sortie de L'INNOCENCE chez Super 8





Éditions Super 8
350 pages
20 euros
Parution septembre 2014


Le pitch :

Il a six ans et il s’appelle Luke Nightingale. Lors d’une froide après-midi de novembre, dans une allée de Central Park, sa vie bascule. C’est là, aux abords du Muséum d’histoire naturelle, qu’il fait la connaissance de Daniel. L’amitié qui va naître de cette rencontre ne ressemble à aucune autre.
Claire, la mère de Luke, s’occupe d’une maison d’édition spécialisée dans les romans à suspense. En instance de divorce, elle n’a guère le temps de s’occuper de son fils et de son nouvel ami. Il y a pourtant quelque chose d’anormal chez Daniel. Exigeant et exclusif, il s’emploie à faire le vide autour de Luke comme s’il se nourrissait de son malheur. Ça tombe bien : Luke est souvent malheureux. Mais ne pourrait-il l’être encore plus ? Peu à peu, ce qui n’était en apparence qu’une amitié entre deux enfants prend les allures d’une manipulation terrible dont il devient vital pour Luke de se défaire.
Douze ans plus tard, alors que l’enfant devenu adulte entre à l’université, Daniel est de retour. Et le jeune homme doit désormais se battre pour garder le contrôle de son existence. Car certaines amitiés semblent destinées à ne jamais mourir…


L'avis de l'éditeur :

Dès les premières pages de L’Innocence, le lecteur est pris à la gorge par une impression de menace diffuse, qui ne fera que s’amplifier jusqu’à l’explosion finale. Chronique d’un désastre annoncé, ce thriller psychologique dérangeant et paranoïaque, vibrant d’une tension extrême, révèle un écrivain de tout premier ordre.


«Élégant et dérangeant, L’Innocence est un roman d’apprentissage au cœur duquel palpite un thriller atroce.»
Gillian Flynn

Et après Gillian Flynn, c'est Dup qui vous en parlera ! Il est dans ma PALU   \o/

vendredi 29 août 2014

Partenariat Le mois de Laurent Whale



Les Éditions CRITIC, 
qui fêtent ce mois-ci leur 5 ans d'existence, 
s'associent à Bookenstock
pour vous faire découvrir quelques ouvrages de Laurent Whale.

4 exemplaires de
Les étoiles s'en balancent.

416 pages

Le pitch :

Tom Costa est troqueur. Mais pas un rampant, non. En ce futur troublé, il survit. D’une ville-état à l’autre, à bord de son ULM, il chine et glane sa subsistance.
Et puis, il y a San, la douce, la lionne. La famille aussi.
Pourtant, venu du nord, un péril plus grand que les bandes de chiens sauvages, les hors-murs, la famine et les parias le guette.
Agir, pour ne pas mourir.Tandis que, de là-haut, LES ETOILES S’EN BALANCENT...

3 exemplaires de
Les damnés de l'asphalte

484 pages

Le pitch :

Quinze ans ont passé depuis l'invasion venue du Nord, mais le monde ne s'est pas amélioré, bien au contraire... La misère et la famine règnent sur un pays ravagé. Villes fantômes, bandes organisées, soldats de fortune et sectes d'illuminés en tout genre se partagent la route du Sud. Il faudrait être fou pour l'emprunter. Fou... ou déterminé.
Lorsque son frère est porté disparu, Miki, le jeune mécano, se met en tête de rallier la péninsule ibérique. A ses côtés, Toni, le pilote, et Cheyenne, le hors-mur, reprennent du service !
Commence pour eux un périple à travers un pays en proie aux flammes et au chaos. Et, alors que les survivants se disputent les miettes de la civilisation, une menace resurgit des abysses du monde d'avant. Un cauchemar sans nom qui pourrait bien barrer la route aux damnés de l'asphalte...

3 exemplaires de
Goodbye Billy

585 pages


Résumé :

"Si Dieu a créé les hommes, Samuel Colt les a rendus égaux."

14 juillet 1881. Old Fort Sumner. Lorsque la nuit tombe sur ce coin perdu du Nouveau-Mexique, l'Ouest américain ne le sait pas encore, mais on va l'amputer d'une légende. Tapi dans l'ombre, Billy the Kid attend son heure. Dans quelques secondes, ses actes changeront à jamais le cours de l'Histoire.
Décembre 2012, Washington, bibliothèque du Congrès. Un archiviste examine un exemplaire du Miami Chronicle daté de 1934. Soudain, une photo retient son attention : les revenants existeraient-ils ?
Tandis que les sbires d'un candidat à la présidence suppriment les dossiers compromettants de leur employeur, un groupe d'historien de choc, dirigé par Richard Benton, se met en quête de la vérité. Quel lien unit donc un jeune hors-la-loi de XIXe siècle à un requin politique de l'ère spatiale ?
Dick Benton et son équipe feront l'impossible pour le savoir.



Merci de lire attentivement les règles
de ce partenariat EN ENTIER avant de postuler !

Pour y participer, vous devez nous envoyer un mail à l'adresse suivante:


lemoisde[at]gmail[point]com


avec:

* l'adresse de votre blog
Le livre pour lequel vous postulez ou une liste où vous les classez par ordre de préférence 
* votre pseudo, si vous en avez un sur livraddict/facebook/bit-lit.com/google+ etc..
* votre nom et adresse 
* Les résultats du partenariat seront annoncés dans un billet dans les jours qui suivent. Nous ne prévenons pas les bénéficiaires par e-mail.


Si vous ne remplissez pas ces critères vous serez automatiquement écartés...



Les règles sont toujours les mêmes :

* Nous envoyer un mail pour annoncer que vous avez bien reçu le livre.

* Lire et chroniquer ce roman au plus tard le 25 octobre,( avec les liens vers Bookenstock dans votre chronique ), et nous envoyer votre lien également.

Annoncer le Mois de Laurent Whale sur votre blog au début du mois de septembre.

Venir participer au Mois de Laurent Whale en posant plusieurs questions (ou commentaires) pendant son "Mois de ...".


Le partenariat restera ouvert jusqu'à la fin du weekend. Notre choix se basera sur des critères totalement subjectifs tels le "plouf plouf" ou le "choipeau" voire même le "ça sera toi qui ..."



Octobre 2014 sera le mois de...



LAURENT WHALE

on ne se moque pas !
logo provisoire en l'absence de dame Phooka
qui en fera un tout beau qui brille dès son retour !


Voilà le logo 'officiel'


Après Patrick Graham, Bookenstock va accueillir Laurent Whale. Je (Dup) l'ai découvert récemment avec Goodbye Billy, mais Phooka le connaissait depuis pas mal de temps, enfin connaissait ses écrits plus exactement. Pour apprendre à le connaître un peu plus, chercher l'endroit et l'envers du décor, nous vous invitons à nous rejoindre durant tout le mois d'octobre 2014.

La biblio bookenstockienne du môssieur :

Whale, Laurent


Restez par là, un beau partenariat en approche !


jeudi 28 août 2014

Un "Hors-série" dans le monde de Patrick Rothfuss pour novembre !



Glandouiller sur le net a du bon tout de même... regardez ce que je vous ai pioché !




Sortie prévue en novembre !!!
Miammmm !
Et je suppose, toujours Marc Simonetti à l'illustration ♥



mercredi 27 août 2014

Fin août 2014 chez Gallimard Jeunesse



TERRE-DRAGON 1
ERIK L'HOMME


208 pages
10,90 euros


Résumé :

Aegir, 12 ans, est gardé en cage par les Naatfarirs qui ont tués ses parents. Pourquoi ? Que lui veut-on ? Quand il parvient à s'échapper, il est aidé par Sheylis, petite-fille de sorcière chassée de son village car soupçonnée de porter le mauvais oeil. Mais la jeune fille est bientôt enlevée par la secte du Crâne... Alors qu'il intervient pour défendre un vieillard aveugle maltraité par des malandrins, Aegir se transforme en ours gigantesque et met en fuite ses adversaires. Il découvre ainsi qu'il est un Dakan : une sorte d'ours-garou terrifiant, dont le pouvoir n'aurait dû se manifester qu'à l'âge de 16 ans. Par quoi a-t-il été éveillé ?  Quelle irrésistible attraction le lie à la jeune Sheylis ? Pour le découvrir, Aegir, accompagné du jeune barde Doom et du sorcier aveugle qu'il a sauvé, se lance à la recherche de Sheylis.




lundi 25 août 2014

HALF BAD 1 de Sally Green



1 - Traque blanche


Editions Milan
Hors collection
382 pages
16.90 euros



4ème de couv :


J'avais envie de vous la montrer cette 4ème de couv, car elle est belle, elle poursuit l'impression de cage de la couv, c'est un livre-objet magnifique, au toucher velouté, j'adore. Et comme je suis un poil fainéante, mais ce sont les vacances, pour lire le résumé, cliquer sur la photo !
Bon, pour les inconditionnels du résumé traditionnel, il se trouve ICI


L'avis de Dup :

Nathan est le dernier d'une fratrie de quatre enfants, sauf que lui n'a pas le même père que les trois autres. Mais d'avoir été conçu hors des liens du mariage n'est pas le plus dur pour Nathan, son problème vient de l'identité de son géniteur. Ce dernier n'est autre que Marcus, le plus grand sorcier noir de l'Angleterre. Sa mère elle, est une sorcière blanche, issue d'une longue famille blanche, comme son frère et ses deux soeurs. Lui il est Half Bad, et sa véritable nature sera révélée lors de ses dix-sept ans, à sa cérémonie d'intronisation. Et bien sûr, personne ne peut envisager qu'il soit Half Good une seule seconde...

Les sorciers noirs sont traqués, chassés partout, essentiellement parce qu'ils causent du tord aux blancs, en ne voulant pas se soumettre aux règles qui permettent de vivre en harmonie avec les béjaunes. Oui, ce terme de béjaune nous désigne, vous et moi ! Ce mot est on ne peut mieux choisi je trouve pour exprimer tout le mépris que nous inspirons aux sorciers ! Je serais d'ailleurs curieuse de savoir si c'est un terme "en anglais dans le texte" ou s'il a été inventé par la traductrice Marie Cambolieu.

Nathan, c'est un cancre dès qu'il s'agit de lire ou d'écrire, c'est un surdoué lorsqu'il dessine. Il sait qu'il n'est pas comme les autres, sa peste de soeur aînée, Jessica, ne se privant pas pour le lui rappeler sans cesse. Heureusement les deux autres, Deborah et Arran, ainsi que la grand-mère qui les élève, le soutiennent. Mais le Conseil des sorciers blancs, éminence supérieure régentant tout, ne l'entend pas de cette oreille. Et plus Nathan se rapproche de ses dix-sept ans, et plus ils prennent des délibérations, des notifications, réduisant sa liberté, tant ils se méfient. 

Puis finalement, ils vont changer d'optique et décider de se servir de Nathan pour atteindre et tuer Marcus. Après tout, tuer, massacrer, fait partie des gènes des noirs... Nathan va être enlevé, séquestré et formé comme une vraie machine de guerre. Ont-ils eu raison de miser sur ce côté half bad ? Ben, z'avez qu'à le lire, car ce livre il faut le lire. Nathan est un personnage très attachant, un ado nature, simple et intelligent, qui ne se prend pas la tête, alors qu'avec tout ce qui lui tombe dessus, il pourrait. J'ai développé une énorme empathie pour ce gamin pas tout à fait comme les autres. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il en bave, et même s'il cicatrise et guérit très vite, les douleurs avant guérison ne lui sont pas épargnées. Il a un but qui le fait avancer, et ce but pour un gamin est plus que louable : Voir, voire même entrevoir son père.

En suivant Nathan, on va voyager : Londres, le pays de Galle, L'Écosse et enfin Genève, le lac Léman et les Alpes toutes proches. On le quitte au terme de ces 382 pages, juste après sa séance d'intronisation, sur un : A suivre... Chose que je ferai avec beaucoup de plaisir. Ma première lecture avec les éditions Macadam s'avère un vrai plaisir de lecture et vous m'en voyez ravie puisque Bookenstock a été choisi comme blog partenaire pour un an. Half Bad 1 est un coup de coeur, je vais m'inscrire d'ors et déjà pour lire la suite !


Le site du livre ICI

dimanche 24 août 2014

Sortie de Le noeud de la sorcière de Deborah Harkness



Edition Orbit
Sortie le 15 octobre2014
500 pages
19.90 euros







La fin très attendue de la trilogie best-seller de Deborah Harkness.

Après avoir voyagé à travers le temps dans L’École de la nuit, le deuxième volet de la série enchanteresse de Deborah Harkness, Diana Bishop et Matthew Clairmont reviennent dans le présent pour affronter d’anciens ennemis et de nouveaux dangers. Dans le domaine ancestral des Clairmont à Sept-Tours, la sorcière et le vampire vont retrouver presque tous les protagonistes du Livre perdu des sortilèges – à une exception près. Une terrible menace pèse sur leur avenir, et elle ne se dissipera que s’ils parviennent à récupérer les pages manquantes de l’Ashmole 782. Mais ils ne sont pas les seuls engagés dans cette quête et le temps presse, car la grossesse de Diana arrive à son terme. Des vieux châteaux en laboratoires universitaires, s’appuyant sur des savoirs séculaires aussi bien que sur les sciences modernes, depuis les collines de l’Auvergne jusqu’aux palais vénitiens, Diana et Matthew, décidés à protéger leur amour défendu coûte que coûte, finiront par découvrir le secret extraordinaire que les sorcières ont percé voilà des siècles et des siècles. 

samedi 23 août 2014

INFINITY BLADE de Brandon Sanderson





Editions Panini Books
Collection Gamers
386 pages
9.20 euros




Formé au combat dès son plus jeune âge pour renverser le terrible Dieu Roi et libérer son peuple, Siris doit entreprendre le même périple que son père, et le père de son père avant lui. Contre toute attente, il réussit là où tous ses ancêtres ont échoué : il vainc le Dieu Roi en combat singulier.
Mais alors qu’il croit en avoir terminé avec cette mission sacrée, c’est là que tout commence pour lui. Siris va se retrouver plongé dans un monde rempli de guerriers et de voleurs, d’anciennes menaces et d’alliances trompeuses, d’immortels et d’ambitieux qui se verraient bien roi à la place du roi.
Sa quête épique le conduira sur les traces du seul être capable de dévoiler les mystères de l’Infinity Blade… le Forgeron des Secrets.



L'avis de Phooka:



Alors voilà, étant très sujette au réflexe de Pavlov, quand j'ai vu le nom de Brandon Sanderson, j'ai sauté sur ce bouquin, sans même regarder de quoi il s'agissait. Or, si j'avais regardé d'un peu plus près, j'aurais vu la collection, "gamers" et ça aurait peut-être fait 'tilt' dans mon cerveau de fan sandersonienne. Parce que ce recueil de deux nouvelles, est en fait basé sur le jeu vidéo (de type RPG) du même nom dont je n'avais strictement jamais entendu parler ...
Bon soyons honnête jusqu'au bout, si je l'avais su, ça n'aurait rien changé au résultat, j'aurais quand même lu ce bouquin! C'est juste pour que les fans aussi peu informés que moi, soient un peu au courant :)

Bref, nous rencontrons donc Siris le héros du jeu. Siris est un jeune homme dont le seul et unique but est de tuer le Dieu Roi. Il a été élevé dans cette unique finalité et c'est sa seule perspective. Il a 20 ans, il a passé toute son enfance à s'entraîner, ignorant les plus simples plaisirs tels que la balançoire ou le gâteau au miel. Quant le premier récit commence, il vient juste de tuer ce fameux dieu-roi et il pense rentrer au village en héros, en ayant enfin terminé la quête commencé par ses ancêtres. Ha oui, parce que Siris n'est pas le premier à se mesurer au Dieu Roi, d'autres avant lui s'y sont frottés ... sans succès. Ils se nomment les sacrifiés, ça veut tout dire non ? Siris est le premier "sacrifié" à ne pas l'être justement ...

Oui mais, quand il revient dans son village, au lieu de l'accueil enthousiaste auquel il s'attendait, il se fait purement et simplement rejeter. Les villageois ont trop peur des conséquences et de la vengeances des autres éternels, surtout que Siris ramène avec lui une épée d'une valeur inestimable, la "Infinity Blade" qui a le pouvoir de tuer les immortels. Il n'a d'autre choix que de partir sur les routes et essayer de tuer tous les éternels pour retrouver sa place parmi les siens. S'en suit donc des rencontres, des batailles et des découvertes surprenantes.

Sincèrement, je ne sais pas si j'aurais deviné que ces deux très longues nouvelles, venaient d'un jeu vidéo. Oui le récit est linéaire et plutôt simpliste, quoique ... les révélations sont nombreuses, on oscille entre science-fiction et fantasy et la victoire n'est pas toujours au bout du chemin. Bien que ne possédant pas tout le souffle grandiose des autres œuvres du maître (voir plus bas), on prend plaisir à la lecture et on ne s'ennuie pas une seule seconde, bien au contraire. Le concept est finalement assez original (attention je le répète je ne connais pas du tout ce jeu donc peut-être qu'un expert y trouvera à redire), le récit est suffisamment complexe pour tenir le lecteur en haleine et les révélations sont nombreuses et souvent inattendues.

Un livre détente donc, de la lecture plaisir et sans prise de tête. Brandon Sanderson peut mieux faire, on le sait, mais il n'empêche que ce recueil mérite d'être lu. Sans être un coup de coeur, il reste une jolie découverte et un agréable moment de lecture.



Les autres œuvres de Brandon Sanderson chroniquées sur Bookenstock:




vendredi 22 août 2014

La trilogie CROSSFIRE de Sylvia Day





Trois d'un coup. Trois pour le prix d'une chronique... parce que, avouons le, cela ne vaut pas plus. Attention, je ne dis pas que c'est nul, non non. La meilleure preuve en est que j'ai avalé des trois tomes dans la foulée en moins d'une semaine. J'ai été prise par une sorte de boulimie livresque incroyable. C'est quelque chose quand même, surtout quand on a fini et qu'il en ressort quoi ? ...pas grand chose. Un peu la même fascination qu'avec la saga Twilight, même si ce n'est pas du tout le même genre =D. Il me fallait les enchaîner, ne pas m'arrêter, et quand elle a été finie, j'étais atterrée d'avoir pu être piégée ainsi...

Revenons donc à notre Crossfire. Déjà, si on enlève du texte les scènes euh, érotiques dirons-nous, on rempli tout juste un tome sur l'histoire que traverse ce couple.

Alors on a d'un côté Eva, une jeune femme qui vient de finir ses études et va se lancer dans son premier job. Eva bien sûr est belle, et bien sûr aussi, elle ne le sait pas... Elle vient de San Diego et est embauchée à New-York. Elle emménage dans un immense et somptueux appartement ( loué par ses parents), avec son meilleur ami Cary, top model qui commence à percer dans la pub. La grosse différence avec 50 nuances de Grey, c'est qu'Eva est une jeune femme riche, à l'abris du besoin grâce à une forte somme qui lui a été léguée et que son nouveau beau-père se charge de fructifier. Sa mère en est à son troisième ou quatrième mari, tous milliardaires... Quant au père d'Eva, simple flic, il n'a jamais pu espérer épouser cette croqueuse de fortune dont il est amoureux.

Et de l'autre, on a Gideon. Rha mon dieu, même après avoir lu ces trois tomes de 400 à 450 pages, je n'arrive toujours pas à me faire à cet horrible prénom. Pas franchement glamour, donc qui ne colle pas avec la description du dit Gideon... Beau comme un Dieu, monté comme un étalon, amant performant et inépuisable =D, 28 ans... et je vous le donne en mille ? multi-milliardaire !

Pour pimenter la chose, il faut quand même que je rajoute que Cary ( lui aussi est très beau mais ça vous l'avez compris ), est bisexuel. Ses frasques sont donc... variées. :P

Que dire d'autre sinon que Sylvia Day a beaucoup d'imagination pour glisser des peaux de bananes sur le chemin que tente de se tracer ce nouveau couple explosif de la littérature érotique. Les épreuves s'accumulent et la lectrice que je suis, bêtement reste accrochée pour savoir comment ils vont s'en sortir...parce que oui, l'auteur leur a accroché aux basques de sacrées casseroles aussi !

Le côté galipettes est certes, un peu répétitif, mais bon, sur autant de pages ce n'est pas surprenant. Avec néanmoins quelques scènes...hum... efficaces :)) Autre différence avec Grey, il n'y a aucunes tendances SMBD, même si cette facette pourrait être explorée ultérieurement par l'auteur qui nous dépeint une Eva qui apprécie fortement d'être commandée, dominée. Car oui, cette trilogie annoncée ne va pas s'arrêter là, il y a clairement encore des points d'interrogations !!! Mais la "magie" est passée, ce sera donc sans moi.