mardi 24 mai 2016

SILVER - Tome 2 de Kerstin Gier



Livre deuxième

Editions Milan
Sortie mars 2016
342 pages
15.20 euros





La vie de Liv n'est pas de tout repos : aux prises avec une famille recomposée au bord de l'explosion, elle doit protéger sa soeur, frappée d'étranges crises de somnambulisme. Sans compter que Secrecy, la mystérieuse blogueuse du lycée, se met à dévoiler ses secrets les plus intimes ! Et si tout cela avait un lien avec la sombre présence qui hante ses nuits ?




L'avis de Phooka:




Comme toujours, ma mémoire de poisson rouge faisait que je ne me souvenais plus trop du premier tome de cette série, mais le souvenir qui me restait c'était que le concept était original et que j'avais beaucoup aimé ma lecture. Donc je me suis lancée avec plaisir dans la lecture de ce second tome et les souvenirs sont aussitôt remontés en surface.

Cette fois aucun temps mort, l'action reprend exactement là où on l'avait laissée après les événements du tome 1. Liv a toujours un peu de mal à accepter que sa mère soit amoureuse d'Ernest et l'ai emmenée elle et sa soeur Mia, dans la maison cossue de ce dernier. Du coup, elles vivent avec Grayson et sa sœur Florence. Grayson qui depuis leur expérience malheureuse ne s'aventure plus dans le monde des rêves.

Ha oui, que je vous explique un peu, le concept !

Liv, Grayson, mais aussi Henry, Arthur et quelques autres, ont la possibilité de se "déplacer dans leurs rêves". Ouais bon c'est pas facile à expliquer. Disons que, lorsqu'ils sont endormis et rêvent comme tout un chacun, ils entrevoient une porte qui leur permet d’aboutir dans un couloir. Un couloir plein de portes qui elles-mêmes aboutissent dans les rêves d'autres personnes. Chaque personne a une porte qui correspond à sa personnalité et qui peut être améliorée/décorée/renforcée si celui qui est derrière sait comment faire.
Ainsi, les "initiés" peuvent-ils se rencontrer en rêve. Rêves qui deviennent  bien réels, chacun y participant pleinement. Mais "réels", ça veut dire aussi que cela peut devenir dangereux et vu ce qui s'est déjà passé, Grayson a donc décidé de ne plus y mettre les pieds. Il aimerait que Liv en fasse de même, mais Liv elle, se sert de ses rêves pour y retrouver Henry, son amoureux, initié lui aussi. Après tout que risquent-ils puisqu'Anabel, celle qui avait conclu un pacte avec les démons est enfermée dans un asile psychiatrique ?

Mais Mia, la jeune sœur de Liv commence à faire de plus en plus de crises de somnambulisme et si elle est sujette à ce type de crise depuis longtemps, celles-ci deviennent vraiment de plus en plus fréquentes et surtout de plus en plus risquées car Mia se retrouve souvent dans des situations périlleuses. Liv s'en inquiète ...

Ce que j'aime dans cette série, c'est que rien n'est couru d'avance et rien n'est (trop) stéréotypé.
Liv n'est pas la coqueluche de son école, elle n'est ni super belle, ni super intelligente. Elle a son caractère qui l'amène à faire des gaffes. Il en est de même pour Mia. Henry est assez réservé et on en sait peu sur sa vie en famille (et du coup on imagine le pire). Mais ce qui est vraiment la réussite de ce roman, c'est cette capacité à contrôler ses rêves et à s'en servir pour rencontrer d'autres gens. Une capacité à la fois contrôlée et contrôlable, mais donc on ne peut user que si l'on dort ...évidemment! C'est quand même une limitation du procédé. Les héros du récit se rencontrent et interagissent à la fois dans la vie réelle et dans leur vie onirique pour certains. Le récit se bâtit ainsi sur deux niveaux et le rythme est vraiment intense. 

Cerise sur le gâteau, le roman est ponctué d'intermèdes dans lesquels nous découvrons les pages du blog de Secrecy, la terrible commère de l'école dont on ignore totalement l'identité. Ce qu'on sait c'est qu'elle est incroyablement bien renseignée et qu'elle (ou il ?) ne se gène pas pour dévoiler les secrets de tout un chacun et faire courir toutes sortes de rumeurs.

Bref, une lecture vraiment très agréable avec du rythme, des mystères, des secrets et du suspense. Un moment de détente bien agréable dont j'attends la suite avec impatience !


Ha si ! Il y a un défaut ... la couverture  ! Moi je la trouve très moche, et pas du tout adapté ni révélatrice du contenu. Je la trouve mièvre ... mais bon, c'est un avis perso.


lundi 23 mai 2016

L'ÉPÉE DE L'HIVER de Marta Randall





Les moutons électriques
236 pages
19,90 euros


Le pitch :



Dans le pays glacé de Cherek, lord Gambin de Jentesi va mourir et le chaos menace.
Durant les quatre décennies de sa toute-puissance, Gambin a tenu sa province d’une main de fer. Tandis que complotent ses quatre héritiers possibles, le peuple de Cherek observe avec inquiétude les péripéties de la passation de pouvoir. Car si la puissance de Gambin passe tout entière à ses héritiers, Cherek risque de voir compromises les promesses d’un avenir meilleur et de retomber dans l’obscurantisme. Dans cette atmosphère empoisonnée, un tissu d’intrigues se tisse autour de Lyeth, femme lige du seigneur de Jentesi, qui déteste l’homme cruel qu’elle a servi.




L'avis de Dup :



Gambin, le seigneur de la province de Jentesi est mourant. Comme le veut la tradition, Lyeth sa femme lige parcourt les villages isolés pour annoncer la nouvelle et convoquer les représentants des différentes guildes à Jentesi pour la passation de l'Épée. Lyeth est une cavalière, de la grande guilde des cavaliers, respectée et crainte. Partout où elle passe, les sentiments de peur, voire de haine des villageois à son égard lui colle à la peau. Mais elle sait que celle-ci ne sera jamais aussi forte que celle qu'elle éprouve pour Gambin et sa cruauté. Lyeth attend avec impatience ce décès qui la libérera de son serment. 


Son chemin sur les routes enneigées, les pentes glacées, les rivières gelées du froid pays de Cherek va l'amener à croiser Emris, un jeune orphelin servant dans une auberge. Mue par une impulsion soudaine et charmée et irritée par l'affront et l'irrespect qu'il lui témoigne, elle va le "réquisitionner", comme son grade le permet, et le ramener avec elle. Ensemble ils vont cheminer vers la capitale de la province : Jentesi, au bord du fleuve gelé et son château sur le Rocher qui se dresse au milieu des flots figés. 

J'en profite pour ouvrir une parenthèse sur la somptuosité des décors glacés décrits par Marta Randall. Ce voyage qu'elle nous offre dans Cherek aux côtés de Lyeth est de toute beauté. La magie se poursuit lorsque nous découvrons Jentesi, la ville, son Rocher et son château. Les descriptions sont justes magnifiques. J'avais l'impression de me mouvoir dans un magasin de verroteries scintillant de mille feux, et malgré les batailles, les meurtres, les courses poursuites, d'évoluer dans une ambiance ouatée. Magique, vraiment ! Fin de la parenthèse. 

Lyeth et Emris vont débarquer dans un véritable panier de crabes, où les héritiers potentiels affûtent leurs arguments, complotent, en douce ou non, assassinent pour servir leurs desseins. Jandi, grand maître de la guilde des cavaliers sera sauvagement assassiné et Lyeth va mener l'enquête pour éclaircir cet horrible meurtre et venger son mentor. C'est ainsi que cette Fantasy épique va basculer gentiment mais sûrement en thriller médiéval ! 

Mais ce n'est pas la seule des surprises que nous réserve l'auteur. Alors qu'elle nous a bien ancré dans son monde médiéval et glacé, elle laisse échapper l'existence d'un télégraphe qui hélas, ne fonctionne pas toujours avec les rigueurs de l'hiver de cette province. Puis plus loin encore, d'un sommet Lyeth observe la dernière invention de la guilde des forgerons : une machine infernale crachant de la fumée de son immense chaudière alimentée au charbon. Une machine qui roule sur un ruban d'acier reliant une ville à l'autre, et tractant des chapelets de plateformes où s'entassent des quantités de marchandises, mais aussi des petites maisonnettes équipées de confortables banquettes pour transporter des hommes... On découvre donc une société en pleine mutation où Lyeth et sa guilde ont du souci à se faire ! 

Une touche de steampunk est amenée de-ci, de-là, par le biais d'un personnage loufoque, féru de cartomancie et d'astrologie : Maranta, nièce de Gambin qui défend ses droits à la succession de son oncle par justification cosmique. :))  
«Le Ménestrel de Maranta exhibait un œil artificiel taillé dans une émeraude. Un temps, il avait arboré un mécanisme d'horlogerie dont l'iris faisait un tour complet tous les quarts d'heure, à la grande joie de Maranta et pour le plus grand dégoût de tous les autres.»
Mais ce que j'ai le plus aimé dans ce roman c'est de voir évoluer la relation entre Lyeth et Emris. C'était passionnant, remuant, surprenant, parfois émouvant. 

Bref vous l'avez compris, j'ai adoré cette lecture. Je ne sais si elle s'inscrit dans une saga ou si c'est un one shot. La fin est suffisamment ouverte pour justifier une suite, même si c'est une véritable fin qui répond à toutes nos questions. Et puis j'avoue que j'aimerais beaucoup découvrir plus avant cet univers dont nous n'avons visité qu'une province. Donc madame Randall, messieurs des moutons électriques, je me tiens prête pour décliner les quatre saisons !


dimanche 22 mai 2016

(*^_^*) Vénérables potins #5


Cette semaine ....


Phooka a aimé:


  • Ne pas faire de potins le week-end dernier, trop la flemme ! :

  • Aller voir Captain America avec le gamin

  • Voir Hero Corp en match d'impro contre la ligue 1pro38 avec Simon Astier, Arnaud Joyet, Sebastien Lalanne, Jennie Anne Walker et Emilie Arthapignet. Etre juste devant et trouver ça génial une fois encore (on était déjà allé les voir la fois précédente)





  • Mais Phooka n'aime pas: traîner sur Blood song tome 3 alors que le bouquin est bien !


Dup a aimé:

  • Prendre du bon temps à Nice et dans la région. De belles balades, randos, restos...
 
Nice et sa promenade des anglais


Menton


L'Estérel


Le cap Ferrat



  • Et Cannes... en plein festival :P  La foule, le monde costaré, froufroutant, et surtout cocotant. La seule belle image que j'en garde, la superbe luminosité du couchant sur le port.






vendredi 20 mai 2016

REVER de Franck Thilliez




Éditions Fleuve noir
598 pages
21,90 euros



4ème de couv

" Pour la plupart des gens, le rêve s'arrête au réveil. " 

  Si ce n'étaient ses cicatrices et les photos étranges qui tapissent les murs de son bureau, on pourrait dire d'Abigaël qu'elle est une femme comme les autres. 
  Si ce n'étaient ces moments où elle chute au pays des rêves, on pourrait jurer qu'Abigaël dit vrai.
  Abigaël a beau être cette psychologue qu'on s'arrache sur les affaires criminelles difficiles, sa maladie survient toujours comme une invitée non désirée. Une narcolepsie sévère qui la coupe du monde plusieurs fois par jour et l'emmène dans une dimension où le rêve empiète sur la réalité. Pour les distinguer l'un de l'autre, elle n'a pas trouvé mieux que la douleur. 
  Comment Abigaël est-elle sortie indemne de l'accident qui lui a ravi son père et sa fille ? Par quel miracle a-t-on pu la retrouver à côté de la voiture, véritable confetti de tôle, le visage à peine touché par quelques bris de verre ? Quel secret cachait son père qui tenait tant, ce matin de décembre, à s'exiler pour deux jours en famille ? Elle qui suait sang et eau sur une affaire de disparitions depuis quelques mois va devoir mener l'enquête la plus cruciale de sa vie. Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même.



L'avis de Dup :

Abigaël et une fille du Nord et c'est à Lille qu'elle a ouvert son cabinet. Elle est psychologue, spécialisée en criminologie et c'est très fréquemment qu'elle seconde la section de recherche de la gendarmerie de Villeneuve-d'Ascq. Abigaël est une jeune femme forte, qui s'est élevée quasiment toute seule, une mère décédée alors qu'elle était enfant et un père toujours absent, travaillant aux douanes, couvrant les trafics en tous genres mais surtout de stupéfiants. Et aujourd'hui, elle élève seule une gamine de 13 ans, Léa.

Pourtant elle a une sacrée béquille Abigaël, depuis qu'elle est toute petite elle souffre d'une forme grave de narcolepsie. Outre le fait que ses journées sont ponctuées de petites siestes d'un quart d'heure durant lesquelles elle rêve ou cauchemarde, elle est sujette également à des crises de cataplexie. Une émotion forte, que ce soit de tristesse, de bonheur ou de peur et elle tombe, en vrac. Vidée de tout tonus musculaire, une sorte de paralysie flasque dont la durée est variable mais pendant laquelle elle reste parfaitement conscience. Juste incapable du moindre mouvement, même si en tombant elle s'est cassé ou tordu quelque chose comme c'est souvent le cas. Pour contrer ces crises, les espacer au maximum, elle est soignée au Propydol. Ce médicament plus connu sous le nom de GHB ou la drogue du violeur, qui à haute dose inhibe la volonté et efface la mémoire. Ce sont des micro-doses qu'elle doit prendre, mais elle se rend compte que malgré tout, l'impact sur ses souvenirs est bien réel. Sa jeunesse n'est plus qu'un trou noir. 

Depuis presque un an, elle seconde la gendarmerie sur une affaire d'enlèvement d'enfants. Le criminel l'a annoncé, il y en aura quatre, ni plus, ni moins. Trois sont déjà entre ses mains... Nous sommes le 5 décembre 2014 lorsque le roman commence. Franck Thilliez va nous balader dans un espace-temps assez court, entre deux dates clés. Le 6 décembre où aura lieu un terrible accident, Abigaël s'en sortira avec quelques contusions mais son père et sa fille décéderont. Et le 24 juin 2015, la fin de l'enquête, la fin de la quête d'Abigaël pour comprendre la tourmente dans laquelle elle est plongée. On va faire sans arrêt des allers-retours sur cette ligne du temps, mais sans aucun artifice du genre flash-back and co, juste un point de repère au début de certains chapitres. C'est déstabilisant au début mais ça fonctionne plutôt bien. Il faut juste s'accrocher et bien suivre. À l'instar de L'anneau de Moebius ce n'est pas une lecture que l'on peut étaler dans le temps et reprendre facilement. 

Et pour brouiller les cartes, il est très fort l'ami Thilliez. Il se sert de la narcolepsie de son personnage principal pour passer du rêve à la réalité, ou plutôt du cauchemar à la réalité devrais-je dire, sans qu'aucun indice ne le signale. On vit donc nous aussi avec cette maladie, on est aux premières loges et c'est juste incroyable, flippant. Les rêves d'Abigaël sont tellement réels, que comme elle, on ne sait plus distinguer le vrai du faux. Et comme elle, on a envie de se faire mal pour savoir si tout cela est vrai ou non, car c'est la seule façon d'être sûr qu'on est bien éveillé : éprouver de la souffrance. 

Et bien sûr, les circonstances de cette terrible affaire de kidnapping, qui se mêlent avec les points d'interrogations concernant l'accident et le passé dangereux, si ce n'est douteux, de son père, embrouillent encore plus le tout ! 

Mais l'auteur a fait en sorte que son héroïne soit super attachante. Malgré toutes les épreuves que la vie lui a fournies, elle reste une battante. Et lorsqu'il la malmène encore et la jette dans la tourmente, on ne peut que la suivre, car on a envie de l'aider, envie de la voir sortir enfin la tête hors de l'eau.

Monsieur Thilliez vous êtes vraiment machiavélique. J'aurais adoré assister à la genèse de ce roman dont l'intrigue est tordue et complexe. Vous avez vraiment l'art et la manière de créer de grands psychopathes qui sont épouvantables tant ils sont crédibles de par leur vécu. Vous avez l'art et la manière surtout de brouiller les cartes pour ne pas faciliter la tâche du lecteur. Car oui, c'est une lecture qui se mérite ce REVER. Il faut s'accrocher mais franchement, la récompense se trouve au bout ! Gros coup de cœur ! Foncez, il sort le 26 mai ! 



jeudi 19 mai 2016

Sortie de Les Filles de l’orage Kim Wilkins chez Bragelonne




Les Filles de l’orage
Kim Wilkins





Editions Bragelonne

COLLECTION : FANTASY

GRAND FORMAT – BROCHÉ

408 PAGES
PRIX : 25,00 €
Sortie le 15 juin 2016








Victime d’un sortilège, le roi du Thyrsland est dans le coma. Si ses ennemis viennent à l’apprendre, ce sera le chaos. Craignant pour sa vie et l’avenir du peuple, ses cinq filles entament un périlleux voyage afin de le sauver, plaçant tous leurs espoirs dans une mystérieuse adepte de la magie vivant aux frontières du nord. Personne n’ose affronter la fille aînée du roi, Bluebell, soldate féroce et tatouée, chef de guerre prétendument invincible. Or ses soeurs – Ash la loyale, Rose la belle, Willow la pieuse et Ivy l’incertaine – ont chacune des secrets qui, s’ils étaient révélés, risqueraient d’avoir des conséquences désastreuses… pour le royaume tout entier.

mercredi 18 mai 2016

Sortie du Haut-Royaume, Les Sept Cités Tome 3 de Pierre Pevel





Haut-Royaume, Les Sept Cités
Tome 3 - La Basilique d’Ombre
Pierre PEVEL







Editions Bragelonne
COLLECTION : FANTASY
SEMI FORMAT – BROCHÉ
328 PAGES
PRIX : 17,90 €
sortie le 18 mai 2016





La mort a frappé et Iryän Shaän ne désire plus qu’une chose : se venger. Aveuglé par la colère, il va combattre des factions puissantes dont certaines s’affrontent en secret depuis des siècles, quand les Dragons Divins régnaient sur le monde. Mais rien n’arrêtera Iryän : ni homme, ni drac, ni prince-dragon. Quitte à tout perdre, y compris la vie…

Le nouveau Thilliez sort fin mai !


Et rien que la couv me plait :))



Fleuve éditions
Collection Fleuve noir
600 pages !
21,90 euros


Le pitch :

Si ce n'étaient ses cicatrices et les photos étranges qui tapissent les murs de son bureau, on pourrait dire d'Abigaël qu'elle est une femme comme les autres.
Si ce n'étaient ces moments ou elle chute au pays des rêves, on pourrait jurer qu'Abigaël dit vrai.
Abigaël a beau être cette psychologue qu'on s'arrache sur les affaires criminelles difficiles, sa maladie survient toujours comme une invitée non désirée. Une narcolepsie sévère qui la coupe du monde plusieurs fois par jour et l'emmène dans une dimension ou le rêve empiète sur la réalité. Pour les distinguer l'un de l'autre, elle n'a pas trouvé mieux que la douleur.

Comment Abigaël est-elle sortie indemne de l'accident qui lui a ravi son père et sa fille ? Par quel miracle a-t-on pu la retrouver à côté de la voiture, véritable confetti de tôle, le visage à peine touché par quelques bris de verre ? Quel secret cachait son père qui tenait tant, ce matin de décembre, à s'exiler pour deux jours en famille ? Elle qui suait sang et eau sur une affaire de disparitions depuis quelques mois va devoir mener l'enquête la plus cruciale de sa vie. Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même.


Exit Sharko et Hennebelle, 
bonjour Abigaël !
:))

Ma chronique sortira vendredi ;)



mardi 17 mai 2016

Sortie du Haut-Royaume, Les Sept Cités Tome 2 de Pierre Pevel



Haut-Royaume, Les Sept Cités
Tome 2 - Le Serment du Skande
Pierre PEVEL







Editions Bragelonne
COLLECTION : FANTASY
SEMI FORMAT – BROCHÉ
352 PAGES
PRIX : 17,90 €
Sortie le 18 mai 2016





Samarande, un an plus tard. Iryän libère Svern, son complice et ami qui croupit en prison. Pour y parvenir, il se met à dos une redoutable bande de malfrats, mais ce n’est pas le pire danger qui le menace. Un vieil ennemi est de retour et d’autres apparaissent, tout aussi dangereux.

lundi 16 mai 2016

Sortie du Haut-Royaume, Les Sept Cités Tome 1 de Pierre Pevel





Haut-Royaume, Les Sept Cités
Tome 1 - Le Joyau des Valoris
Pierre PEVEL






Editions Bragelonne

COLLECTION : FANTASY
SEMI FORMAT – BROCHÉ
288 PAGES
PRIX : 17,90 €
Sortie le 18 mai 2016




Dans la cité corrompue de Samarande, Iryän Shaän, voleur aux yeux de drac, est engagé pour voler un précieux diadème. Il s’acquitte de sa mission mais les joyaux qui ornaient le diadème sont dérobés peu après. Pourquoi ? Par qui ? Pour se disculper, Iryän et ses complices devront le découvrir et vaincre par la ruse et le fer de nombreux adversaires : voleurs, assassins, mages et spectres.



dimanche 15 mai 2016

Le prochain Adrien Tomas







On ne sait pas encore grand chose sauf cette magnifique couverture d'Alain Brion et que ça se passe dans les Six Royaumes ...



Chez Mnémos

A suivre ...

vendredi 13 mai 2016

Les résultats du partenariat pour le 15/15 d'Emmanuel Chastellière






En ce vendredi 13, la chance (et la main heureuse de Bookenstock) a désigné:




Andrée La Papivore
Ramettes
La Licorne
Lune
Amarüel
MarieJuliet




Un grand merci aux Editions de l'instant et à Emmanuel Chastellière qu'on attend de clavier ferme le 15 juin.

Vous allez recevoir Le village prochainement. Merci de nous signaler la réception et on compte sur vous à partir du 15 juin pour le 15/15 d'Emmanuel Chastellière.




Pour ceux qui ont raté le part, vous pouvez pré-commander le livre ici:

http://www.leseditionsdelinstant.com/#!a-paraitre/rn0c2