lundi 29 août 2016

LES LÉGIONS DE POUSSIÈRE de Brandon Sanderson





Fleuve Éditions
collection OutreFleuve
475 pages
20,90 euros

Le pitch :

Dans les Iles-Unies d'Amérique, la célèbre académie Armedius forme les meilleurs rithmaticiens, des stratèges capables de créer en un coup de craie des armées de créatures prêtes à l'attaque aussi bien que des lignes de défense infranchissables. Fils d'un fabricant de craie, le jeune Joel est passionné par ce savoir. Quand des élèves disparaissent mystérieusement, il ne peut rester indifférent.


L'avis de Dup :

Si ce n'est pas génial ça, d'avoir un auteur chouchou aussi prolifique ? On attend la suite des Archives de Roshar, on sait qu'on doit être patient car c'est un véritable pavé qui se profile à l'horizon : qu'à cela ne tienne, en attendant voilà une nouvelle série qui commence !

Brandon Sanderson a encore trouvé un nouveau principe de magie et encore une fois, c'est génial. La Rithmatique : bienvenue dans l'univers des mathématiques. Mais contrairement à ce que pourrait nous faire penser ce nom, ce n'est pas tant vers l'arithmétique que nous allons nous pencher, mais plutôt vers la géométrie, la trigonométrie. Humm, les doux souvenirs de Terminale et de Prépas qui surgissent ! Mais il n'y a pas que les maths. Les maths elles, sont pour la défense. Pour l'attaque, il y a le dessin. Ayé, je sens que je vous ai déjà tous perdus. Attendez, les dessins arrivent !

Je reprends : les rithmaticiens créent à l'aide de simples craies sur le sol des défenses, principalement des cercles mais d'autres figures fonctionnent,  sur lesquels ils rattachent des dessins qui prennent vie dès que leurs traits sont finis : des crayolins. Des schémas basiques d'injonctions les dirigent ensuite. (Cliquer dessus pour les agrandir)


Ainsi peuvent surgir de véritables armées de chevaliers en armure armés d'épées, de dragons, de scorpions, même des licornes ! Le tout en 2D bien sûr. Pas bien méchant pensez-vous ? Que nenni, ces armes, ces crocs, ces défenses coupent, déchiquettent ou piquent, et en un rien de temps vous vous retrouvez dépecé vif. Pire, ces armées se faufilent partout, sous les portes ou entre les interstices des fenêtres. Elles se rient de la gravité et suivant les injonctions, peuvent être très rapides. 

Je rassure tout de suite les non matheux, c'est simple et bien expliqué à l'aide de nombreux schémas très clairs.


Bref, un système de magie avec des craies et des dessins c'est juste génial !

Heureusement car il y a quand même un aspect qui m'a beaucoup moins emballée, les personnages. C'est la première fois que j'éprouve aussi peu d'empathie pour les êtres de papier de cet auteur. Joel et Melody ne me semblent pas assez étoffés pour des personnages principaux au cœur de l'intrigue et souvent au devant de la scène. Ils n'ont pas charrié en moi beaucoup d'émotions et c'est pourquoi je passe à côté du coup de cœur attendu habituellement lorsque j'ai du Brandon Sanderson dans les mains. Un Joel passionné de rithmatique mais qui n'a pas le don ni l'accès à ce savoir et une Melody élève rithmaticienne qui se passerait bien de ce don.

Mais qu'importe, il y a suffisamment d'autres choses géniales que l'on croise dans ces pages, à commencer par la première double page sur laquelle on tombe en ouvrant ce livre : Les îles Unies d'Amérique ! J'adore !


Vous rajoutez à cela des trains spiromatiques d'une technologie futuriste, des chevaux mécaniques dont la perfection relègue nos équidés au rang de vulgaires mules, et le nouvel univers créé par l'auteur prend une légère teinte steampunk bien agréable. 

L'intrigue est suffisamment captivante pour entraîner le lecteur rapidement jusqu'au bout de ce premier tome. De plus l'origine de cette magie reste floue et l'incompréhension quant aux origines des attaques de crayolins sauvages centrées sur l'île de Nebrask maintient le lecteur pris au piège jusqu'au bout. Quant au dernier chapitre, un duel rithmatique acharné qui oppose le tandem Joel-Melody à toutes les meilleures équipes de l'Académie Armedius est juste grandiose, on ne peut qu'en redemander !

Les légions de poussière est un roman de fantasy young adult mais j'étendrais bien sa portée également aux ados, tout du moins ce premier tome. L'univers imaginaire issu du cerveau de Brandon Sanderson est toujours un délice et rien que pour cela il vaut le détour. J'attends néanmoins beaucoup plus de la suite, même si je me suis régalée avec ce premier opus.


vendredi 26 août 2016

THE CIRCLE chapitre 2 de Sara B. ELFGREN et Mats STRANDBERG


Chapitre 2: FEU



Editions Fleuve 
Collection Outrefleuve
Sortie le 12 mai 2016
768 pages
22.50 euros

La canicule écrase la ville d'Engelsfors, une vague de chaleur anormale étouffe la forêt environnante. Un phénomène qui inquiète les Élues, dans l'attente de la prochaine attaque des démons. Les jeunes sorcières, ébranlées par la mort d'Elias puis par celle de Rebecka, doivent encore apprendre à apprivoiser leurs pouvoirs alors que tous leurs repères s'écroulent.
Et le Conseil, loin de les guider, leur intente un procès, alors qu'une étrange animosité à l'encontre des jeunes filles se répand à travers la ville comme une traînée de poudre.
Cernées, esseulées, les Élues doivent faire front ensemble, mais les tensions au sein du cercle se font de plus en plus vives.



L'avis de Phooka:



*Attention, quelques spoilers sur le premier tome*


Les vacances d'été sont passées et le récit reprend la veille de la rentrée. Les "Elues" ont essayé de panser leurs plaies chacune à leur façon, mais rien ne fera revenir les morts. Rien ne pourra être oublié.

Ils étaient sept, ils ne sont plus que cinq, mais les absents sont paradoxalement incroyablement présents. Les démons n'ont pas disparu, bien au contraire, la menace est toujours aussi présente et comme si cela ne suffisait pas, d'autres s'ajoutent.

Ainsi "Le conseil" fait son entrée. Oui on en a entendu parler dans le tome précédent, mais cette fois, ils arrivent à Engelsfors. Et leurs intentions sont claires, ils viennent châtier Anna Karin pour usage prohibé de la magie. Ce conseil, censé les protéger et les guider, et qui n'a rien fait lors de l'attaque du démon, arrive enfin ... pour les punir.

Comme si cela ne suffisait encore pas, une autre "menace" rode. Une menace d'un autre genre. D'abord une sorte de club, "l'Engelsfors Positif", un club de "méditation" qui prône la pensée positive pour vivre mieux. Petit à petit ce "club" prend de plus en plus d'importance dans ce trou paumé d'Englesfors. Il faut dire que tout le monde y déprimait et grâce à l'EP, les gens retrouvent un but. Mais de club à secte, il n'y a qu'un pas. Surtout quand ce club est tenu par la mère de l'un des Elus décédé  ...

Tout ceci serait déjà difficile, très difficile même, à gérer pour des "élues" unies, mais l'union est loin d'être leur force. Et c'est justement ça qui fait, à mon avis, toute la saveur de la série.

Les cinq "sorcières" sont aussi différentes que l'eau et le feu. Elles ne s'aiment pas, se supportent à peine, tout en sachant que c'est leur union qui fera leur force. Et c'est une gageure !
Anna Karin est toujours aussi complexée. La campagnarde qui dorénavant habite en ville mais ne s'y fait pas. Elle porte sur ses épaules l'accident arrivé à son grand-père qu'elle adore.
Ida, la peste du lycée, toujours du côté des plus forts quitte à écraser sans regret les faibles.
Linnéa, la paumée qui vit de l'assistance sociale et dont le père, alcoolo, hante le parking du supermarché.
Vanessa, la rebelle, qui vit d'alcool et de sexe.
Et Minoo, la bonne élève, qui travaille dur pour avoir de bonnes notes mais qui est totalement transparente.

Vraiment ces cinq là n'ont rien à faire ensemble et même en faisant des efforts elles ne peuvent pas se comprendre. C'est ce qui fait tout le sel de ce récit, car à travers elles, c'est finalement notre société que l'on voit évoluer au fil des pages.  Je les aime ces cinq filles. Dans le premier opus, j'avais mes préférences, Anna Karin, Minoo parce qu'elles me sont plus proches, mais cette fois, je les aime toutes. Même Ida (oui, j'ai versé des larmes pour elle, je n'en revenais pas...) Elles sont uniques, réelles, attachantes. Elles ont toutes des failles que l'on découvre petit  à petit.

Et ne croyez-pas non plus que la magie leur arrive comme une bénédiction. Non, loin de là. Elles ont un don, oui, mais il est loin d'être maîtrisé. Elles sont censées être de puissantes sorcières, mais pour le moment elles n'en sont qu'une ébauche. 

Compte tenu de leurs "handicaps" et des dangers qu'elles doivent affronter, leur tâche est loin d'être facile ...

Le livre, malgré ses quasi 800 pages, se dévore en un rien de temps. Les chapitres sont courts et séparés eux-même en différentes parties selon le point de vue et le moment de l'action (si les filles sont ensembles ou séparées). Le rythme est soutenu, pourtant ce n'est pas de l'action à tout bout de champ, mais le lecteur est totalement happé par le récit et en veut toujours plus. Impossible de reposer le livre !

Bref, ma chronique n'est pas à la hauteur de ce roman. J'ai adoré, vraiment ce second tome. Autant, sinon plus, que le premier. J'aime ces filles, loin d'être parfaites, si humaines, si réalistes, si attachantes. Énorme coup de coeur encore une fois et déjà il me tarde d'avoir la suite entre les mains !!!






jeudi 25 août 2016

LE SEPTIÈME GUERRIER-MAGE de Paul Beorn





Éditions Bragelonne
528 pages
25 euros



4ème de couv :

Lorsque Jal se réveille, perdu et agonisant, il ne se doute pas que sa survie dépendra de son serment. Celui de défendre un village face à l'immense armée conquérante qu'il vient de déserter. Une armée menée par le plus puissant des Guerriers-Mages... Bientôt, de violents cauchemars assaillent le jeune soldat, les souvenirs de douze années de sa vie jusque-là oubliées, et avec eux, des capacités insoupçonnées... Sa promesse lui permettra-t-elle de découvrir ce qu'il est vraiment ?


L'avis de Dup :

Jal est un jeune soldat Sudien enrôlé il ne sait pas trop comment dans l'armée Ostéroise. Lassé de tuer, de massacrer du Skavien, il va décider de déserter aux abords d'une jolie vallée encore épargnée par les excès de la Grande Armée. C'est ainsi que Jal, Gloutonne son écureuil apprivoisé et Hulan vont débarquer dans la vallée de la Thorkel. Alors qu'il ne compte que passer, rejoindre la ville de Thamys-la-grande afin de mettre le plus de distance entre lui et l'armée, les événements vont tout faire pour le garder.

Ça a l'air piano piano raconté ainsi n'est-ce pas ? Et bien c'est tout l'inverse qui se passe. Dès les premières pages on rentre dans l'action. Une embuscade sur le chemin de la désertion, un combat, beaucoup de morts. Hulan mourant, Jal blessé et Gloutonne enfuie... Contraint et forcé de rester, mais pour de bonnes raisons.

Jal va apprendre à connaître les différents protagonistes de cette histoire et nous aussi. Dame Rikken, la chasseuse et la protectrice du village et de la vallée, Nola la fragile guérisseuse et son petit frère Paol qui sont des Alfings, c'est-à-dire qu'ils ont du sang d'elfe qui leur confère quelques pouvoirs magiques. Odomar, le grand géant Norrois , sorte de gros nounours au grand cœur. Et bien sûr Gloutonne... l'âme sœur de Jal... ah Gloutonne !... Eh bien non, je ne lâcherai pas le morceau. Zavez qu'à le lire !

Un cercle de compagnons hétéroclites se forme donc autour de Jal et celui-ci va endosser le rôle de défenseur de la vallée. Il ne sait d'où viennent ses aptitudes magiques à la guerre, il ne sait pas grand-chose d'ailleurs car une bonne partie de sa mémoire est un trou noir. Mais dame Rikken croît en lui et le présentera comme rien moins qu'un Guerrier-Mage ! Il va finalement prendre son rôle au sérieux et entreprendre de former tous les villageois et paysans de la vallée à l'art de la guerre. Cela apporte d'ailleurs des scènes franchement hilarantes.

Mais Jal est un vrai mystère, même pour lui, et c'est petit à petit qu'on va le découvrir. Entre la voix mystérieuse de Maître Hokoun dans sa tête qui lui assène des vérités euh... spéciales, les terribles cauchemars qui l'assaillent chaque nuit et qu'il relit au matin dans un petit carnet à ses côtés. Il ne se souvient jamais de les avoir noté mais reconnaît aisément son écriture. Il va avoir besoin de tout comprendre pour maîtriser cette magie de Guerrier-Mage qu'il sent en lui, d'autant plus que la disproportion entre les défenses qu'il a établies et l'armée monstrueuse en face est conséquente. Qui plus est, cette armée qu'il va combattre est celle qu'il vient de quitter. L'ironie de la situation ne lui échappe pas, lui qui aspire à se trouver un petit coin tranquille au soleil, à réver de liberté et d'oubli.

Paul Beorn nous conte un récit de fantasy classique mais rudement bien mené, avec un système de magie issu des elfes finement bien imbriqué au récit. Au final une quête de liberté et de paix qui passera par les armes et les combats sanglants. Des personnages extrêmement attachants... ah Gloutonne... et surtout, surtout un humour pince-sans-rire très présent qui apporte beaucoup de légèreté aux moments les plus opportuns. En bref j'ai adoré ma lecture et je suis ravie de rajouter un auteur français à la liste de mes chouchous de fantasy !



mardi 23 août 2016

Financement Ulule pour Gentlemen Mécaniques.





Voilà un joli projet bien alléchant proposé par Les éditions de l'Instant (ceux qui ont participés au Mois d'Emmanuel Chastellière connaissent bien maintenant ...)
Cette anthologie proposera 10 nouvelles (dont deux courts romans — ou longues novellas) d’auteurs du monde entier. Des américains, bien sûr, des français, évidemment, mais aussi des écrivains d’horizons plus inhabituels, venus d’Australie, de Nouvelle-Zélande, d’Espagne, du Canada, de Singapour, … Des nouvelles qui prennent place en Amérique du Sud, en Océanie, en Asie, sur Mars ou sur la Lune.








1. Tom Crosshill - En attendant la numéro 5 (Waiting for number five)

2. Tony Pi - La malédiction de Chimère (The curse of Chimère)

3. Nick T. Chan – La commande pour l’amour (The command for love)

4. Jesús Cañadas – Visez les tripes (Tiros a la barriga)

5. Aliette de Bodard - Mémoires de bronze, de plumes et de sang (Memories in bronze, feathers, and blood)

6. Vivian Caethe – Les hommes de la compagnie (The Company Men)

7. Olivia Ho - Une œuvre de femme (Working woman)

8. Dylan Horrocks - Steam Girl (Steam Girl)

9. Emmanuel Chastellière - Fly me to the moon

10. Kathleen Strivay-Luyckx - Hope



Ca se passe ICI

lundi 22 août 2016

THE DEAL de Elle Kennedy





Hugo Roman
430 pages
17 euros


4ème de couv :


Hannah est une très bonne élève et elle a un don incroyable pour le chant.


Mais quand il s’agit d’hommes et de séduction, elle perd tous ses moyens. Garrett est la star de l’équipe de hockey de l’université, mais ses résultats scolaires ne sont pas à la hauteur et il risque de perdre sa place dans l’équipe. Ils vont passer un drôle d’accord. Elle lui donne des cours et il l’aide à séduire le quaterback de l’équipe de football.

Cet arrangement original va-t-il changer leur vie ?




L'avis de Dup :

Mon Dieu, je crois que je suis irrécupérable... eh oui, encore une romance à mon actif. Je vois de loin les cheveux de Phooka se dresser sur sa tête rien qu'en apercevant la couverture ! Je vais me faire virer les amis...tant pis, j'assume. Je me suis régalée avec cette bluette, car oui, n'ayons pas peur des mots ce n'est pas the roman du siècle. Mais qu'est-ce que j'ai ri ! Cette auteur, je note vraiment son nom car elle a beaucoup d'humour et les réparties de ses personnages sont franchement excellentes. 

Suite aux examens de philo, toute la promo quasiment s'est fait rétamer, sauf Hannah. Garrett, capitaine de l'équipe de hockey et coqueluche de toutes les filles de la fac, panique. S'ils ne remonte pas sa moyenne, il est cuit pour les sélections en professionnel, or le hockey c'est toute sa vie. Il va donc la tanner pour qu'elle lui donne des cours. Mais Hannah n'en n'a rien à faire, elle est suffisamment occupée entre ses cours, sa passion pour le chant dont elle espère obtenir une bourse, et son boulot à mi-temps pour payer ses frais de scolarité. Et puis surtout, elle craque pour un autre mec, Justin quarterback de l'équipe de football américain. 

Le deal qu'ils vont passer, relisez donc le résumé, après de longues négociations est risqué et bien sûr ce qui devait arriver... arrivera. Ce rapprochement forcé va bousculer complètement ces deux personnages et leur histoire est touchante. Ils font vrais dans leur rejet mutuel du départ, vrais dans leur attirance, vrais dans leurs sentiments naissants. 

Alors quand survient la tuile (ben oui il en fallait une quand même), on ne peut que stresser, tempêter et espérer la réconciliation. Mais Hannah est têtue, Garrett est patient et Dup n'en peut plus... Et là, au moment où j'allais craquer d'ennui vu qu'on n'avait plus leurs échanges pétillants, Elle Kennedy nous a pondu une scène d'anthologie qui m'a fait exploser de rire. Je vous la retranscris en mode caché, à ne lire que si vous n'avez pas l'intention d'ouvrir ce livre, sinon ce serait dommage. Non pas qu'elle spoile entendons-nous bien, mais c'est une scène qui est insérée là où il faut, quand il faut, et se la garder pour lire ce livre est préférable. Mais pour les autres, et je pense qu'ils sont nombreux, petit passage délire cadeau ! (surligner le texte)
Page 410. 
J'atteins la porte du vestiaire au moment ou un autre joueur en sort.
- Est-ce que Garrett est dedans ?
Il a l'air surpris de me voir.
- Ouais mais...
Je passe devant lui en le bousculant et je commence à ouvrir la porte.
- Je ne crois pas que tu devrais...
Je débarque dans le vestiaire et...
Des pénis !
Doux Jésus,
Des pénis, partout !
Je suis horrifiée par ce que je vois. Mon dieu. Je viens d'interrompre un colloque de pénis. Des grand pénis et des petit pénis, des gros pénis et des pénis qui ressemblent à des pénis. Peu importe où je tourne la tête, il y a des pénis à perte de vue.
Mon cri de surprise attire l'attention de tous les pénis - euh, de tous les mecs de la pièce -, une seconde plus tard, ils - les pénis - ont tous disparu, derrière des serviettes, des mains et des casques de hockey, et moi je reste planté là, rouge comme une tomate.
Alors bien sûr il n'y a pas que ça, mais avouez que ça, c'est déjà pas mal ! Elle Kennedy traite des préjugés qui existent entre les intellos et les sportifs et c'est finement analysé. Une plume fluide et directe, une alternance des points de vue entre Hannah et Garrett qui sont chacun leur tour narrateur crée une lecture addictive que j'ai lu quasiment d'une traite. Bref je me suis régalée et comme ce n'est pas un partenariat, vous vous contenterez de cette conclusion !
Mode schtroumpf grognon on : j'aime pas les conclusions...


jeudi 18 août 2016

HOPELESS de Colleen Hoover





Fleuve éditions
Collection Territoires
504 pages 
18,50 euros



4ème de couv :


Sky, 17 ans, vit avec sa mère adoptive Karen. Après plusieurs années de scolarisation à domicile, elle débute sa dernière année de lycée dans un nouvel établissement où elle ne connaît quasiment personne. Peu importe, de toute façon, Sky ne ressent aucune émotion pour personne depuis son enfance. Alors quand elle croise Holder, le bad boy du lycée, elle est surprise de l'effet qu'il a sur elle. Sky comprend rapidement qu'Holder n'est pas celui que tout le monde croit et leur relation devient passionnée. Peu à peu, elle découvre grâce à lui la vérité sur son passé. Tous deux étaient amis et voisins dans leur enfance. Mais elle ne s'en souvient pas...



L'avis de Dup :

Colleen Hoover je l'ai découverte avec Maybe someday qui fut un gros coup de cœur. J'ai longtemps hésité devant celui-ci car je n'avais pas envie de lire une histoire annoncée d'entrée de jeu comme «désespérée». Le coup de cœur précédent me poussait à avoir confiance en cette plume maintenant connue et appréciée. Un petit tour sur Livraddict m'a suffit : note moyenne 17,8 sur 400 votants !

Sky est une jeune fille de bientôt 18 ans qui vit avec Karen, sa mère adoptive depuis 13 ans. Cette dernière l'a toujours maintenue un peu en marge de la société, loin des technologies modernes : pas de portable ni d'ordinateur, donc pas d'internet, pas même de télévision et une scolarité à domicile. Sky s'en contentait, elle avait ses passions pour les livres et le footing, et toujours la possibilité d'aller regarder des film chez Six, sa meilleure amie et voisine. On la sent très vite mature et équilibrée malgré une totale amnésie de sa prime enfance. Colleen Hoover va faire passer par Sky une quantité impressionnante de ressentis, de sentiments qui ne peuvent pas laisser indifférent. 

Et puis il y a Holder, un jeune dont la description fournie nous le fait ressentir comme craquant, charmant mais aussi assez imprévisible. On a tantôt un Holder profond, touchant, sincère puis un détail le bloque et il devient coléreux, instable, fuyant, comme s'il cachait quelque chose. On va cependant apprendre à le connaître au fil des pages et découvrir une belle âme sous cette plastique parfaite. 

La relation qui débute entre ces deux-là est sympa mais on sent bien qu'elle ne part pas sur des bonnes bases. Tout en attendant les explications que devrait nous révéler l'auteur, on se dit également que tout cela va conduire à un vrai roman à l'eau de rose, avec juste des «je t'aime moi non plus»... 

Que nenni, Colleen Hoover va dégainer coup sur coup plusieurs coups de théâtre vraiment inattendus qui à chaque fois procurent un choc et orientent radicalement le devenir de ce jeune couple. Le récit devient très vite un page turner angoissant qui parfois plonge dans l'horreur. Mais il n'y a jamais surenchère, tout est logique et s’emboîtera à la toute fin pour ouvrir les yeux de Sky sur son passé, cette prime enfance oblitérée dans sa tête. Avec beaucoup de délicatesse Holder sera là pour l'épauler, pour affronter ses démons et j'ai trouvé ce couple criant de vérité. Ce qu'ils partagent aussi bien dans les moments heureux que dans la tourmente est beau et extrêmement poignant. 

Je tiens à signaler que le titre de ce roman Hopeless prend toute sa signification dans cette histoire et sa révélation a été pour moi bouleversante. Je n'ai pas versé ma petite larme comme dans Maybe someday, mais pas loin. Que voulez-vous midinette un jour, midinette toujours. Et ce n'est pas une question de d'hormones n'est-ce-pas ? J'ai donc trouvé ma dealeuse de romance new adult parfaite pour l'été en Colleen Hoover, celle capable de m'embarquer dans une tourmente de sentiments loin d'être mièvres. Je signe et ça tombe bien, elle est prolifique la dame ! :)



mercredi 17 août 2016

Sortie de Les Douze rois de Sharakhaï Bradley de P. BEAULIEU






Sharakhaï
Tome 1–Les Douze rois de Sharakhaï
Bradley P. BEAULIEU







Sortie le 17 août 2016
Editions Bragelonne
FANTASY
GRAND FORMAT –BROCHÉ
552 PAGES
PRIX : 25 €





Grand centre culturel et marchand du désert, la cité de Sharakhaï est dirigée depuis des siècles par douze rois immortels, cruels et omnipotents. Ils ont écrasé tout espoir de liberté avec leur armée, leur unité d’élite de guerrières et leurs spectres protecteurs, les terrifiants asirim. Çeda, jeune fille des quartiers pauvres, va pourtant braver leur autorité. Le lien qu’elle découvre entre les secrets des tyrans et les énigmes de son propre passé pourrait bien changer son destin... comme celui de Sharakhaï

mardi 16 août 2016

THE AIR HE BREATHES de Brittany Cherry





Hugo New Romance
420 pages
17 euros


4ème de couv :


Tristan et Elizabeth sont voisins, ils n'ont rien en commun à part leur passé douloureux. Elle a choisi de continuer à vivre ne serait-ce que pour sa petite fille Emma. Il a choisi de s'extraire du monde. Mais Elizabeth ne l'entend pas de cette façon. Elle sait qu'ils sont tous les deux en miettes et qu'ensemble ils seront plus forts pour affronter leurs fantômes. C'est sans compter avec toutes les embûches que les habitants de leur petite ville vont mettre sur leur route. Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues.


L'avis de Dup :

Parce que l'été c'est «lit ce qu'il te plaît», une petite romance que je croyais facile et sympa s'est glissée dans ma PAL habituelle. Ce livre j'en ai beaucoup entendu parler, à droite, à gauche. Mais j'avoue que j'attendais, je guettais la chronique de Mylène qui, j'en étais sûre, allait le lire et ce fut chose faite il y a peu. Aperçu rapide, un 18/20 et «j'avais commencé à pleurer dès les premiers chapitres» ont suffit à me convaincre. Je n'en ai pas lu plus, je me suis mise en quête de le commander. Et là un miracle : première proposition de Google pour ce livre, ePub gratuit. Je clique, je charge et j'attaque.

Damned, il est en anglais mon ePub gratos ! Mais je suis motivée alors armée de ma Kobo et de mon téléphone portable bloqué sur Google Traduction, je lis. J'aime bien, mais je rame... Au bout de trois jours je n'ai lu que cinq misérables chapitres, d'une lecture hachée et laborieuse. Le plaisir attendu n'est pas au rendez-vous. Alors ni une, ni deux, je fonce chez mon fournisseur local de Hugo Roman à savoir la grande surface d'à côté et bonheur, ils l'ont ! Acheté le matin, j'en ai lu une petite partie dans la journée, et la suite et la fin m'ont accaparée la soirée et une partie de la nuit. J'ai beau avoir 56 ans, des romances new adult comme ça me broient le cœur à chaque fois. Et le pire c'est que j'en redemande... 

Ce roman de Brittany Cherry est centré essentiellement sur le deuil. Elisabeth et Tristan sont tous deux salement cabossés par la vie. Liz a perdu son mari dans un accident mais se doit de continuer à avancer pour sa petite Emma de cinq ans. Tristan n'a plus rien pour se raccrocher, il a tout perdu, sa femme Jamie et son fils Charlie huit ans. Il est en rébellion permanente et fermé à tous. Après avoir passé un an chez sa mère Liz décide de revenir chez elle et son nouveau voisin, c'est Tristan. 

Alors oui, bien sûr, c'est téléphoné, la suite est prévisible d'entrée de jeu, mais il n'empêche que cette romance est vraiment belle et poignante. L'auteur retranscrit parfaitement les émotions et je dois avouer que j'ai eu la gorge serrée vraiment très souvent. Quelle souffrance, quelles épreuves ils traversent, broyés par les petits souvenirs du quotidien qui surgissent toujours à l'improviste ou parfois simplement cachés dans les paroles l'innocentes de la petite Emma. 

Un peu de légèreté bien appréciable est apporté par Faye, la meilleure amie de Liz. Faye est complètement déjantée et grivoise, mais son côté brut de décoffrage servira souvent à secouer les protagonistes de cette belle histoire d'amour si compliquée. 

Quand on a touché au bonheur et qu'on l'a perdu, peut-on espérer le trouver à nouveau ? En a-t'on seulement le droit ? Est-ce trahir la mémoire des défunts ? Ce nouvel amour n'est-il pas simplement une fausse béquille ? Sous des faux airs de légèreté, ce roman traite de sujets profonds qui m'ont beaucoup bouleversée.



vendredi 12 août 2016

YESTERDAY'S GONE S1 E5-6 de Sean Platt et David Wright



Saison 1
Épisode 5 et 6



Fleuve Éditions
collection OutreFleuve
220 pages
11,90 euros


4ème de couv :


Luca a délivré Paola du rêve qui la gardait prisonnière. Mais le petit garçon a payé le prix fort : à son réveil, il avait vieilli de cinq ans en quelques instants. Et la Chose qui menaçait Paola n’a fait que se déplacer : elle se tient désormais au coeur du petit groupe de rescapés retranché dans l’hôtel. À l’extérieur, les créatures ne cessent de se multiplier, et attendent…

À New York, Brent et Luis sont abasourdis par l’ampleur de l’atrocité : des monceaux de corps humains recouvrent Times Square. Leur espoir : un ferry pour Black Island où un semblant d’autorité tenterait de réorganiser les restes de l’humanité.

Les premières révélations tombent comme un couperet, laissant présager que le pire reste à venir… 




L'avis de Dup :

Luca, Will et Dog Vador ont rejoint le groupe composé de Desmond, John, Jimmy, Mary et Paola pour sauver cette dernière prise dans un coma inexplicable. Ce sauvetage, Luca va le payer : il a vieilli physiquement de cinq ans en 24h et se retrouve dans le corps d'un adolescent avec une voix et un intellect d'un petit gamin. Ils sont tous retranchés dans un hôtel, dehors les monstres noirs et chitineux continuent à affluer et attendent...

Les autres rescapés que nous suivons depuis le début de cette aventure confluent vers Black Island par des moyens différents. Black Island où semble s'organiser une forme de résistance à l'envahisseur extra-terrestre ? ou tout autre chose qu'on ne saurait nommer. Tous ne vont pas l'atteindre cette zone-espoir... Certains sont mordus par les monstres errant, et on assiste à l'évolution de cette...euh...contamination qui est fort peu ragoutante ! 

Mais, est-ce vraiment la bonne solution ? Qui détient cette autorité ? Une organisation ? Des militaires ? A toutes les questions que l'on se posait en finissant les volumes précédents viennent s'en ajouter d'autres et ce troisième tome n'apporte aucune réponse ! C'est hyper frustrant et, pour l'instant, pas du tout lassant. Mais j'espère bien que cela vite bouger, dans un sens ou dans l'autre. D'autant plus que cette fois les auteurs nous laissent sur plusieurs cliffhangers sur les derniers chapitres. Car oui, le principe reste le même, c'est toujours une alternance des points de vue entre cette multitude de personnages. Me voilà donc propulsée sur les starting-blocks à attendre la suite de cette série intrigante. 

Une chronique fort courte j'en conviens, mais bien à l'image de mon temps de lecture ! J'aurai dû attendre le tome suivant pour les croquer deux par deux comme je l'avais fait au début et non faire la gourmande... Punie Dup !


Les épisodes précédents sont ICI.



mercredi 10 août 2016

Potins de Phooka #2 1/2



Ben oui les librairies ...

Un magnifique Barnes and Noble à Salt Lake City et un autre à Bend ...













Et une librairie de livres d'occasions à  SLC. Plus grande que le carrouf près  de chez moi! Le rêve!!!!
Un rayon SFFF à  tomber !



Et non, je n'ai rien acheté ! 
(Tout simplement parce que je n'arrivais pas à  choisir. ...)