mercredi 23 avril 2014

Résultats du concours CAHIR de La Dernière Terre



Les gagnants de :



dessiné par Alexandre Dainche
et désignés par mon choipeau sont :

Blandine L.
Emma T.
AcrO
Mariejuliet
Jean-Michel G.

 Les filles, j'ai besoin de vos adresses !
Le mâle, je l'ai déjà :)


Rq : Aucun mail ne sera envoyé aux gagnants. En cas d'absence de nouvelles, dans une semaine sera procédé un nouveau tirage au sort pour les lots non réclamés.





mardi 22 avril 2014

CORPUS PROPHETAE de Matt Verdier




Éditions Mnémos
424 pages
21 euros

4ème de couv :

Sur autorisation du Saint-Siège, Montalescot, le meilleur biographe de sa génération, est choisi pour revenir sur les traces du messie et infiltrer son entourage. Ce voyage, le plus importante de sa carrière, le précipite dans un road trip dément à travers le temps et le secret de la chrétienté. Dans cette sombre enquête au plus proche du Christ, il va croiser des personnages troubles aux secrets bien gardés, mais il devra aussi affronter ses propres démons… Prisonnier d’un présent qu’il déteste, traqué par un passé qui l’a brisé et rattrapé par un futur impossible, il entrouvre la porte d’un des plus grands mystères de l’humanité.



L'avis de Dup :

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : ÉNORME COUP DE CŒUR !
Ne perdez pas de temps, foncez de suite acheter ce bouquin, il est énorme !!!

Au sens propre d'abord, parce que 420 pages chez Mnémos cela équivaut bien à un 600 pages chez les autres à cause du format ; du vrai grand format, de la police ; plus petite que celle utilisée classiquement partout, et vous rajoutez à cela des marges très réduites et vous comprenez pourquoi.

Énorme par la qualité de l'intrigue développée. Le thème en est pourtant galvaudé tant on a pu lire de romans sur la réalité du Christ et de tout ce qui entoure les origines de la chrétienté. Là où l'auteur fait fort, fait différent des autres, c'est qu'il jongle avec différentes époques par le biais de voyages temporels, car dans le futur on aura inventé cette fameuse machine à remonter le temps ! Si la majorité du roman se situe fin des années 70... mais de 2000 et non de 1900, quelques passages ont lieu bien sûr dans les années 30, mais aussi, accrochez vous, dans les années 4000 ! Et je peux même vous dire que ce qu'on y découvre n'est pas joli-joli, même que ça fait froid dans le dos...
Bref, une vision de l'avenir fort lointain glaçante, une vision de l'avenir proche très crédible. Une situation qui permet de commenter avec humour et cynisme le présent actuel, qui permet également d’échafauder quelques évolutions du monde de la chrétienté assez... euh, osées ! Et non, je ne vous dirai rien, zavez qu'à lire cette pépite. Juste que cela m'a fait beaucoup rire. Quel utopique ce Matt Verdier !

Énorme pour la profondeur des personnages. J'ai adoré ce Vincent Montalescot. Un homme cabossé par la vie, qui patauge pour s'en sortir, et qui malgré toutes les épreuves que lui fait subir l'auteur, reste profondément humaniste. J'ai vraiment souffert avec lui...mais je ne vous dirai pas pourquoi, là non plus ! Le destin d'Edgar Kain, le mentor de Vincent, est lui aussi tragique et prend aux tripes, même si parfois on ne sait pas de quel côté le ranger : les gentils ou les méchants ? Quant aux méchants, l'auteur sait en créer des pas sympas du tout, voire même psychopathes pour certains, là je pense à Gabriel. Mais la palme revient à Cornelia Giasparone dont je vous tairai le rôle... mais alors elle, quelle saloperie ! Scusez, mais il n'y a pas d'autres termes qui la définissent mieux.

Énorme également par l'écriture totalement maîtrisée de l'auteur. Et c'est un premier roman ! Maîtrise de l'équilibre entre l'action très présente, allant parfois à un rythme infernal qui empêche littéralement le lecteur de reposer le livre, et des moments de réflexions profondes nécessaires pour comprendre le pourquoi de l'évolution proposée, le pourquoi de cette situation. Mais maîtrise également de l'équilibre entre les dialogues et la narration. Certains passages sont magnifiques, je n'ai pas arrêté de prendre des notes, mais maintenant il va falloir que je fasse un choix pour ma chronique :(
L'aube et son armée de nuages bruns n'avaient fait qu'une bouchée de la nuit, répandant une lumière infectieuse pour guider les proies dans leur fuite. Pour aider les braconniers dans leur traque.
Ou alors, comme je le disais à Phooka, comment plomber l'ambiance en deux petites phrases :
La morsure de la nuit cicatrisait au-dessus du bois qui ceignait la Golspie House. Une aube d'outre-tombe s'apprêtait à sortir de son caveau pour infecter le monde, au-delà des Highlands.
Et une petite dernière, car celle là, elle me fait trop rire :
Il avait la mine grave. Ses traits semblaient tous se rejoindre sur son front en une sorte de réunion de crise. 
Énorme je vous dis !!!

Retenez bien ce nom, Matt Verdier, je pense qu'on va en entendre beaucoup parler. Je ne sais de quelle année du futur nous vient cet ovni d'auteur, mais s'il daigne rester quelques temps parmi nous, ce sera avec grand plaisir que je lirai ses prochains romans !


lundi 21 avril 2014

Sortie de FINAL FANTASY VII






FINAL FANTASY VII – On the Way to a Smile contient sept histoires courtes qui font suite au jeu vidéo




Auteur : Kazushige NOJIMA
Editions Lumen
Nbre de pages : 288
Format : 14 x 22,5 cm
Prix de vente : 19,90 €
Parution : 3 avril 2014
Thèmes : Aventure - Fantasy


FINAL FANTASY VII. Comment Denzel a-t-il perdu ses parents ? Pourquoi Cloud s’éloigne-t-il de Tifa après l’ouverture du Septième Ciel ? Dans quelle quête Barret s’embarque-t-il en compagnie de Cid ? Yuffie parviendra-t-elle à combattre la maladie qu’on appelle désormais Géostigma ? Red XIII trouvera-t-il sa place parmi les hommes ou parmi les bêtes ? Retrouvez les personnages emblématiques du légendaire RPG dans les deux années qui suivent les événements de FINAL FANTASY VII, et faites encore un bout de chemin avec eux…

dimanche 20 avril 2014

Sortie de Dualed d'Elsie Chapman




Editions Lumen
Auteur : Elsie Chapman
Nbre de pages : 352
Format : 14 x 22,5 cm
Prix de vente : 15 €
Parution : 6 mars 2014
Thèmes : Dystopie - Survival
A partir de 14 ans

Toi ou ton double... Un seul pourra survivre Dans la ville fortifiée de Kersh, avant d’atteindre son vingtième anniversaire, chaque citoyen doit éliminer son Alter ego, un jumeau génétiquement identique, élevé dans une autre famille. Le compte à rebours se déclenche un beau matin, et chacun a trente petits jours pour affronter son autre moi. West Grayer est fin prête. Elle a quinze ans, et s’entraîne depuis des mois et des mois pour affronter son Alt. Survivre, c’est accéder à une vie normale, terminer ses études, avoir le droit de travailler, de se marier, de mettre au monde des enfants. Mais un grain de sable imprévu vient gripper la machine, et West se met à douter : est-elle vraiment la meilleure version d’elle-même, celle qui mérite un avenir ? Pour rester en vie, elle doit cesser de fuir… son double d’abord, mais aussi ce qu’elle ressent, et qui a le pouvoir de la détruire. 

Frénétique et imprévisible, le premier roman d’Elsie Chapman est un thriller qui vous prend à la gorge, une chevauchée infernale de la première à la dernière page.


samedi 19 avril 2014

Les éditions LUMEN






Lumen c'est une nouvelle maison d’édition à destination de la jeunesse, des adolescents et des jeunes adultes


Alors évidemment ça nous "parle" sur Bookenstock.

Voici ce qu'en dit leur dossier de presse:


Des textes de qualité, une langue impeccable, des traductions fidèles : 

une littérature jeunesse qui prend ses lecteurs au sérieux 

Lumen, c’est...

• Des romans d’évasion et de divertissement jeunesse, adolescents et jeunes  adultes

• 16 titres en 2014, dont 10 nouveautés

• Des ouvrages en grand format, couverture souple

• Un prix de vente abordable (15 €)

À retrouver en librairie dès le 6 mars




Les premières sorties:



Wizard Tome 1


Auteur : Diane Duane
Nbre de pages : 336
Format : 14 x 22,5 cm
Prix de vente : 15 €
Parution : 6 mars 2014
Thèmes : Magie - Aventure - Fantasy


Soudain, quelque chose interrompit son mouvement. Un petit livre perdait un fil, et son ongle s’était accroché dessus. Elle plissa les yeux. Ah ! Un de ces guides consacrés aux métiers : Comment devenir pilote, Comment devenir chercheur, infirmier, écrivain… Mais celui-là s’intitulait… Comment devenir un sorcier en dix leçons ! Nita extirpa le volume du rayonnage, ébahie, et se plongea dans la lecture. Non, impossible ! se dit-elle au bout d’un instant. Elle referma le livre et le tint serré dans sa main, immobile, en proie à un mélange de confusion, d’incrédulité… et d’euphorie. Si c’était une plaisanterie, elle était géniale. Et si ce n’en était pas une… »



Auteur : Ari Marmell
Nbre de pages : 416
Format : 14 x 22,5 cm
Prix de vente : 15 €
Parution : 3 avril 2014
Thèmes : Aventure - Dark fantasy - Magie

Dans une autre vie, elle s’appelait Adrienne Satti, mais à présent, elle n’est plus que Widdershins. Gamine des rues, devenue noble, puis voleuse – la vie ne l’a pas épargnée. Orpheline très jeune, elle a connu la pauvreté et le luxe les plus extrêmes. Revenue aux ruelles sombres d’où elle était sortie, elle a désormais une réputation de voleuse parmi les plus intrépides… Mais ses talents suffiront-ils à la sauver de la ténébreuse conspiration qui ronge inexorablement les entrailles de la cité de Davillon ? Découvrez Widdershins, l’aristocrate devenue voleuse, qui connaît mille façons de couper une bourse et autant de charmer ducs et barons dans les salons de la noblesse !

vendredi 18 avril 2014

CENT VISAGES de Thomas Geha








Editions Rageot
Sortie le  08 avril 2014
9.90 euros
224 pages




2025, aux environs d’Évry. Adolescent, Gregor appartient à la frange marginalisée de la population. Alors qu’il pénètre dans un entrepôt en quête de nourriture, il surprend le criminel Cent Visages et est agressé par un inconnu qui lui injecte un produit dans le bras. Gregor s’échappe grâce à une clandestine qui lutte contre le pouvoir autoritaire en place et l’entraîne à Paris chez les militants de la Capucine. Mais ne cherchent-ils pas à l’instrumentaliser ? Et quels liens les relient à Cent Visages ?

Dans un État policier qui abuse du contrôle biométrique, Cent Visages (ou Sans Visage ?), qui a trouvé un procédé pour voler les identités, est le criminel le plus redouté. Lui fait face Gregor, qui tente de recomposer son histoire familiale. Un thriller d’anticipation de Thomas Geha où chacun se cache derrière un masque.


L'avis de Phooka (et mini-Phooka)



On ne va quand même pas vous présenter Thomas Geha, ici, sur Bookenstock. Si par hasard un de nos blogolecteurs était tombé dans une faille temporelle et avait raté les deux "Mois de" qui lui étaient consacrés, je lui conseille d'aller jeter un oeil ici. Thomas Geha c'est un de nos chouchous et il a même réussi à convertir Dup à la SF, excusez du peu, alors ça si c'est pas un talent de ouf je ne sais pas ce qu'il vous faut ...

Cette fois-ci Thomas se lance dans du "jeunesse" et pas chez n'importe qui, mais chez Rageot, ce qui constitue quand même un joli gage de qualité. Son roman est une dystopie, on reste dans de la SF donc, mais de la SF proche aussi bien au niveau de la civilisation (malheureusement) que de la date. On se retrouve donc dans notre futur immédiat. Un futur dans lequel les inégalités n'ont fait que se renforcer, au point qu'un fossé infranchissable s'est creusé entre les "pauvres", les "réfracs" qui vivent dans des ghettos, et les riches qui eux vivent dans le luxe dans les villes. Villes inaccessibles pour les réfracs puisqu'ils n'ont pas de système biométrique de reconnaissance.  Ce système biométrique est d'ailleurs à la base du clivage de cette société, ce n'est pas uniquement la richesse qui fait fracture mais aussi, et surtout, le refus d'être "pucé" et ainsi d'être fiché et traçable à chaque moment de votre vie. Mais cette "pseudo" liberté a un prix et il est élevé. Vous ne faites plus partie de la société, vous n'avez plus le droit d'existence, vous devez vous cacher et éviter à tout prix de vous faire repérer. D'où les ghettos et la pauvreté ... A cette époque la liberté a un prix vraiment exorbitant.

Gregor est un "réfrac"; Jeune ado, il vit depuis toujours dans le ghetto avec sa mère adoptive, Faustine. La vie est dure, la nourriture difficile à trouver. Il a l'habitude d'aller parfois piller des entrepôts dans l'espoir de trouver de quoi manger pour lui et les siens. Jusqu'au jour où il va rencontrer Cent visages, ce mystérieux personnage masqué dont les agissements font trembler les clandestins, car il a la possibilité de "voler leurs identités". A partir de cette "rencontre" mouvementée, la vie de Gregor va changer du tout au tout. Il est obligé de fuir et son seul espoir réside dans une organisation clandestine: La Capucine.

A travers ce récit, Thomas Geha, nous offre une vision du futur très sombre, mais aussi très réaliste. Il y pointe les défauts de notre société: clivage, fracture sociale, pistage etc.. Notre société de plus en plus Big Brother. Mais il y montre aussi des excès plutôt "drôle" tels ces parisiens qui se baladent dans la rue avec des casquettes au logo clignotant ou des vêtement au dos desquels on voit des publicités holographiques. La "Geha's touch", un peu d'humour dans ce monde de brute. Mais de l'humour ciblé et furieusement réaliste quand on voit actuellement les gens qui se promènent avec leurs fringues de marques à grand renfort de logos immenses ...


Je suis surprise par contre d'avoir lu que Thomas Geha faisait un hommage au anciens héros masqués,mais ne vous y trompez pas, il ne s'agit pas de Robin des bois. Car si Cent visages est effectivement masqué, ses vraies motivations n'ont rien à voir avec l’altruisme...Il est plutôt du côté sombre de ce type de héros. Et si Cent visages, le roman, parle bien de Cent visages, le criminel, le vrai héros est bel et bien Gregor que le lecteur suit tout au long de ses péripéties. Il va se retrouver au coeur de l'action, un peu malgré lui et va devoir non seulement prendre parti, mais aussi décider de son futur et de celui de beaucoup de gens. Et tout ceci ne se fera pas sans risque.

A travers Gregor, nous découvrons cette société pourrie, la vie de villes et la vie des champs, les "résistants", les sans noms, bref c'est un joli cliché d'une société qu'on ne souhaite pas et un joli livre à mettre dans les mains de nos ados et pré-ados ... au cas où !

Bien sûr, tous les points sont exagérés, amplifiés, parfois un peu "faciles". Pour un adulte, ça peut parfois sembler un peu trop caricatural, mais il s'agit d'un roman jeunesse après tout et le contexte marquera les esprits à coup sûr. Un roman "social", mais sur fond d'aventure trépidante, le tout agrémenté de la jolie plume de Thomas Geha, permettant ainsi de faire réfléchir nos mômes sans leur prendre la tête. Mon "cobaye", mini-Phooka, 12 ans est une cible idéale. Il a incroyablement réagi à ce roman, pestant, s'insurgeant, les inégalités l'ont vraiment rendu "dingue", je suis sûre que pour Thomas ça aurait été un plaisir que de voir mon gamin lire Cent visages et y réagir aussi fortement. La conclusion de sa lecture a été "il a drôlement du talent cet auteur".

Et je crois que je vais rester sur ces mots car quoi de mieux que "Il a drôlement du talent cet auteur" !



Un autre avis chez Lune




Présentation de la biblio de Thomas/Xavier
Interview 1 de Thomas/Xavier
Interview 2
Interview 3
Interview 4
Interview 5
Bilan du mois de Thomas
Son mot de la fin et quelques réponses de plus

jeudi 17 avril 2014

M.O.N.S.T.R.E. - Tome 2 - de Hervé Jubert



LARMES DE SIRÈNE


Éditions Rageot
220 pages
9,90 euros

4ème de couv :

Onde fait partie du groupe M.O.N.S.T.R.E. mais cultive aussi un espace mental secret. Son tempérament d'artiste, sans doute...
Elle évacue son stress par impulsions, comme une bombe électromagnétique, et déclenche parfois contre son gré des catastrophes électroniques...
Sentimentale, elle attire Milo. Protectrice, elle parvient à communiquer avec une sirène.
Mais qui est le traître qui les menace tous ?
Et s'il y avait un monstre en vous ?



L'avis de Dup :

Wow ! Et bien je peux vous dire que Hervé Jubert est passé à la vitesse supérieure avec ce tome 2. Alors que le précédent était "bien mais sans plus", là, tout est monté d'un cran.

Les personnages sont plus profonds, on apprend à mieux les connaître. Surtout Onde et Milo se dévoilent et prennent de l'ampleur. Ils accaparent notre cœur et les épreuves qu'ils traversent en sont pour nous également. J'ai une énorme tendresse pour ces deux ados, leurs peines, leurs fêlures résonnent au fond de moi. Amitié, trahison, amour, jalousie sont bien exploités par l'auteur.


© livrement.com




L'intrigue elle aussi est beaucoup plus complexe. Dans cet opus qui concerne Onde, il s'agit d'une sirène qu'il leur faudra sauver puis protéger du chasseur invisible et manipulateur. D'autant qu'il a des alliés ce chasseur, et pas des moindres... Manipulation, doute, trahison, déception sont l'autre versant des émotions charriées par ce récit.

L'argent n'étant toujours pas le facteur limitant nous sillonnons la planète tantôt en hydravion ( là, la crédibilité en a pris un coup : Milo capable de piloter, décoller mais surtout atterrir, amerrir, simplement grâce aux heures passées plus jeune sur un flight-simulator...mouais ) en direction du Tchad, vers les lacs d'Ounianga, en plein désert. Tantôt en jet privé pour se rendre dans la station de ski de Ruapehu, en Nouvelle Zélande. Je vous conseille d'ailleurs de suivre leurs déplacements via Google Earth, c'est superbe !

Le tout servi par une écriture fluide et agréable. Une sauce qui plaira à coup sûr à nos vos ados, mais assurément aux plus grands également. Moi j'en fais un coup de cœur... malgré le nombre de points d'interrogation et l'inconfort certain dans lequel l'auteur laisse notre équipe de MONSTRE dans les dernières pages ! Rhaaa ! Je n'attends plus qu'une chose, la suite, et vite ! 
Et toujours une superbe couverture signée Magali Villeneuve.




mercredi 16 avril 2014

Concours uniquement pour les fans de...




mais pas que...

aussi pour les fans de Magali Villeneuve et Alexandre Dainche,
mais aussi les fans de belles illustrations tout court.

Bookenstock vous propose de gagner
le beau dessin de Cahir, réalisé par
Alexandre Dainche
que voici :
(le dessin, pas le Nalex :))



au format 10 x 15
5 exemplaires !
( je les ai entre mes mains et je peux vous dire qu'elles sont magnifiques ces cartes postales )



Comment faire ?

- Un mail sur bookenstock.concours(at)gmail.com avec l'intitulé CAHIR (attention, n'oubliez pas, il y a un autre concours en cours en ce moment ( ICI, venez voir !)

- avec la réponse à la question suivante : Quelle est la nationalité de Cahir ?

Pour vous aider voici les liens vers mes chroniques  Tome 1 et Tome 2

Vous avez jusqu'au lundi de Pâques (21 avril) minuit, résultats mercredi 23 avril (si tout se passe bien !), donc, FONCEZ !!!



mardi 15 avril 2014

LE DERNIER ROYAUME Tome 2 de Morgan Rhodes



Tome 2: Le roi du sang



Editions Michel Lafon jeunesse
Sortie le 10 avril 2014
pages
15.95 euros




Présentation de l'éditeur:


Les royaumes d’Auranos et Paelsia sont tombés, annexés à Liméros et à son roi du Sang, Gaïus. Au même moment, dans les cendres d’Auranos, se réveille une magie ancestrale. Un pouvoir tel qu’il pourrait changer le destin du monde. Pour le sauver… ou le détruire.

CLEO : l’héritière d’Auranos est désormais captive, promise à l’assassin de l’homme qu’elle aimait. Résistant à l’envahisseur, elle s’unit aux rebelles paelsiens et espionne le roi pour eux.

MAGNUS : toujours inquiet pour sa sœur, le prince héritier de l’Empire part à la recherche des Quatre Sœurs, des cristaux censés contenir une magie absolue.

LUCIA : l’Enchanteresse rencontre en rêve Alexius, une Sentinelle du Sanctuaire qui lui annonce qu’elle doit impérativement apprendre à contrôler son pouvoir exceptionnel avant qu’il ne la consume.

JONAS : le paysan paelsien est désormais à la tête de la résistance contre l’envahisseur, prêt à tout pour venger son frère et son peuple.
Lorsque le roi du Sang annonce qu’une route doit être construite à travers les montagnes interdites, il déclenche une chaîne d’événements cataclysmiques qui changeront le monde à jamais.

DOMINEZ LA MAGIE.



L'avis de Phooka:


Je pourrais faire court et dire: relisez ma chronique du tome 1 et vous aurez un bon aperçu du tome 2 ! 
Bon je sais, ça ne se fait pas et c'est un peu trop succinct.
Et pourtant ...

On retrouve dans cet opus tous les personnages du précédent .... moins les morts bien sûr (et je ne vous dirais pas qui ). Et des morts il y en a dans ce roi du sang aussi, parce que Morgan Rhodes n'est pas tendre avec ses personnages. Si elle n'en est pas encore au point d'un GRR Martin, disons qu'elle lui fait honneur. En effet, les héros de cette série sont plutôt malmenés. Mais soyons honnête, c'est aussi ça qui fait le charme de ce roman, car sinon il risquerait d'être terne ou du moins de ne pas se démarquer de la masse de fantasy jeunesse qui sort chaque mois. Dans cette série, non seulement les personnages sont attachants mais surtout ils sont atypiques dans le sens où il sont "trop typiques" ! Oui je sais je ne suis pas claire, mais ce qui me plaît c'est que les personnages sont presque trop "classiques" de ce type de roman. La jolie princesse, le beau rebelle, le méchant-mais-néanmoins-beau-prince etc etc ... Du coup, le lecteur se laisse berner et pense savoir à l'avance comment vont se nouer les relations entre les différents protagonistes du récit. Que nenni ! Vous aurez tout faux ! Et c'est un réel plaisir de voir que les situations n'évoluent pas dans un sens  (trop) attendu. 
La jolie princesse Cléo, héritière du trône, captive du diabolique roi Gaïus et promise contre son gré, au fils de celui-ci, Magnus, pourrait aider les rebelles contre l'envahisseur, mais son indécision et/ou son manque de réaction va coûter cher en vies humaines.
Magnus lui, est présenté comme un homme sans cœur. Toujours amoureux de sa sœur, Lucia, il est lui aussi marié contre son gré (avec Cléo donc). Mais est-il vraiment cet homme diabolique que l'on suppose ?
Quant à Lucia, la sœur (c'est bon vous suivez?), elle semble tellement frêle et innocente qu'on est choqué lorsque sa magie lui "échappe", faisant d'elle une sorte de monstre.
Et puis il y a Jonas, le chef des rebelles ... qui semble se tromper sur chaque décision qu'il prend ..
Et il y a tous les autres, les personnages secondaires à qui l'on s'attache, Brion, Lys et même cette reine controversée, la mère de Magnus dont l'image oscille entre le bien et le mal.
N'oublions pas Aaron, toujours présent, toujours odieux ...

Entre tous ceux-là vont se nouer des relations, voulues ou forcées, bonnes ou mauvaises, mais ils devront interagir qu'ils le veuillent ou non. Le royaume est en péril, mais pas que ... Parce qu'il y a une chose dont je n'ai pas encore parlé, ce sont les sentinelles, ces gardiens de la magie censés être des protecteurs de l'humanité. Quels sont leurs réels desseins ? Pourquoi manipulent-il Gaïus, cet homme assoiffé de pouvoir ? On se pose beaucoup de questions à leur sujet. Questions qui restent encore sans réponses à la fin de ce deuxième tome. Il faudra donc attendre la suite pour espérer y voir plus clair.


Alors après ce long bavardage, pourquoi donc ai-je dit au début que cette chronique ressemblait à la première ?
Parce que comme le tome 1, j'ai dévoré celui-ci avec gourmandise.
Parce que comme le tome 1, j'ai apprécié ma lecture.
Parce que comme le tome 1, les personnages réservent de belles surprises et ne font clichés que pour mieux les détourner.
Parce que comme le tome 1, je trouve malgré tout qu'il y a quelques longueurs et que le déroulement du récit pourrait être un peu plus rapide.
Parce que comme le tome 1, je vais attendre la suite avec impatience.




lundi 14 avril 2014

CARROUSEL FUNESTE de Fenriss



1 - LA MARQUE D'YSENGRIN


Éditions Midgard
354 pages
15 euros

4ème de couv :

Paris, de nos jours. Tandis que l'automne fauche ses dernières feuilles, plusieurs destins, apparemment sans liens entre eux, vont pourtant s'entremêler au travers d'une terrible affaire de meurtre de masse. C'est le cas de deux amis accidentellement impliqués dans le massacre, Samuel et Richard, ainsi que du commissaire Franco et de son ami l'inspecteur Markez, deux vieux routards de la Criminelle en charge de l'enquête et complètement dépassés par les événements. 
Mais l'affaire affectera également la jeune et rebelle Esperanza, poursuivie pour une raison qu'elle ignore elle-même, sans parler du baron Lupin, le seul d'entre tous qui soit conscient qu'un plan machiavélique est à l'œuvre et qu'il met en danger le monde Ordinaire tout autant que celui de l'Agartha, un monde proche du nôtre perdu entre rêve et imaginaire. Alors que le carrousel funeste se met en branle, qui survivra à la terrible morsure de l'hiver approchant ?


L'avis de Dup :

Paris, aujourd'hui. Esperanza, pas encore majeure, fuit pour la deuxième fois . La première fois c'était du domicile familial : une mère trop lâche et un beau-père entreprenant et brutal. Elle a été "recueillie" par Alfonso, le patron d'un bar qui recrute des escort-girl très jeunes, trop jeunes. De Charybde en Scylla... Mais si elle fuit, c'est parce qu'elle a été témoin d'une rencontre entre son patron et un inconnu qui désirait le rester. Instinctivement elle a su qu'elle était en danger, d'ailleurs le gorille à ses trousses depuis deux jours confirme ses craintes. Quartier latin, Boulevard Saint Michel, Esperanza se noie dans le flot des parisiens et des étudiants.

Scène ordinaire dans l'Ordinaire. L'Ordinaire de Fenriss c'est donc le Paris d'aujourd'hui. Cet Ordinaire est côtoyé par un autre Paris, le royaume d'Agartha. Un peu comme un Paris du passé. Mais là où cela se corse, c'est que c'est le passé d'un peu toutes les époques. Ainsi on y retrouve Messire de Morlay, Grand Maître des Templiers ( 1300 ), la Médicis ( 1550), le roi lui s'appelle juste Masque-de-fer mais sa garde rapprochée n'est autre que la fine équipe de gascons D'Artagnan, Athos, Portos et Aramis ( 1625). A la cour du roi on croise le Comte Saint germain, Beaumarchais et le chevalier d'Éon tout enrubanné (tous des alentours de 1750). Mais également le grand Vidocq qui complote ( 1850). L'assassin du roi n'est autre que le Dr Petiot (1900), le fameux Petiot, cuisinier à ses heures, argh ! Sur Montmartre règne la douce dame Poulain (fin 1900). 

Tout cela serait un brin banal, alors Fenriss y a rajouté quelques personnages fictifs célèbres ! Ainsi nous croisons en Agartha Quasimodo et Esméralda qui règne sur Notre Dame bien sûr, Arsène Lupin sur la cour des miracles et Titi Gavroche qui traîne dans les rues de Paris. Ces deux derniers, en plus, peuvent passer d'un monde à l'autre et c'est ainsi qu'Esperanza va être "cueillie" par Titi.

Le sous-sol parisien, c'est-à-dire le métro, les égouts et les catacombes correspondent en Agartha aux Abysses. Domaine peuplé d'êtres inférieurs et immondes, dirigé par l'Archonte Impensable qui fomente en permanence la guerre contre le roi. Mais en surface aussi ce n'est pas cool, cela complote à tout va, ouvertement ou en douce. Arsène Lupin essaye de démêler les ficelles d'un complot impliquant l'Ordinaire et Agartha, sans réaliser qu'il est la marionnette de quelqu'un d'autre. Qui est le maître véritable du jeu ? Quel est le rôle d'Esperanza dans tout cela ?

Et bien, pour le savoir il vous faudra lire ce roman, et, si vous êtes comme moi, sans doute aussi le suivant pour comprendre ce qu'il en retourne... J'avoue que je n'ai pas tout compris ! Cependant l'écriture est fluide,  agréable et l'action omniprésente m'a entraînée jusqu'à la fin, sans que je m'ennuie une seule seconde. J'ai refermé ce livre un brin désemparée tout de même. Donc je serai au rendez-vous pour lire la suite qui j'espère m'éclairera.