jeudi 26 avril 2018

L'EMPIRE DU LÉOPARD de Emmanuel Chastellière





Éditions Critic
626 pages
25 euros


4ème de couv :


1870. Après une épuisante campagne militaire, le royaume du Coronado a conquis l'essentiel de la péninsule de la Lune-d'Or. Seul l'empire du Léopard, perdu dans les montagnes, lui résiste encore. 
Dans l’attente des renforts promis par sa hiérarchie, le colonel Cérès Orkatz – surnommée la Salamandre – peine à assurer l'ordre sur place, la faute à un vice-roi bien intentionné mais trop faible. Dans ce monde de jungles et de brume, les colons venus faire fortune s'épuisent et meurent à petit feu, même si certains au sein du régiment espèrent toujours découvrir la mythique cité de Tichgu, qui abriterait selon les légendes locales la fontaine de Jouvence. 
Alors qu'une éclipse lunaire sans pareille approche, Cérès va devoir tenter d'assurer la survie de ses hommes, au mépris peut-être de ses allégeances...







Lorsque j’ai reçu ce gros pavé des Éditions Critic, ma première réaction a été de demander à Emmanuel Chastellière si c’était un one-shot, et j’ai été soulagée de sa réponse positive. Aujourd’hui je referme ce livre et je pleure que ce ne soit pas le premier tome d’une série ! Je n’ai vraiment pas envie de quitter cet univers, de quitter ces personnages auxquels je me suis tant attachée. 

Cela fait six ans que le royaume du Coronado a colonisé la péninsule de la Lune d’Or, de l’autre côté de la grande mer. Six ans qu’elle a mis au pas tous les royaumes indigènes, bien aidé en cela par une puissance militaire supérieure. Enfin tous sauf un, l’Empire du Léopard, retranché derrière ses montagnes résiste. Ce qui devait être l’Eldorado s'avère bien décevant : une terre aride et peu de minerai exploitable. Cependant le mirage et l’espoir perdure grâce à toutes les légendes qui circulent au sujet de l’Empire du Léopard. On n’y trouverait de tout, mais également des mythes fabuleux comme une fontaine de jouvence. 

Seulement pour partir à la conquête de cet empire, il faudrait aux colons bien plus de moyens que ce que leur alloue le Coronado. Le roi Philippe semble avoir tourné le dos à la Lune d'Or et la colonisation s'essouffle. Alors quand le vice-roi Philomé reçoit une proposition d’alliance surprenante, malgré les réticences de son bras droit le colonel Cérès Orkatz, il obtempère et décide de rallier l’Empire du Léopard.

Une première partie où l'auteur nous présente la vie de cette colonie, ses points forts et ses faiblesses. On apprend à connaître les différents protagonistes de cette histoire et le fonctionnement de ce 22e régiment sous les ordres de Cérès. Une ambiance étouffante et moite, à l'image du moral des troupes. Tout démarre donc piano piano...

Une deuxième partie qui concernera le déplacement d’une bonne partie de ce régiment accompagnant le vice-roi jusqu’aux pieds des montagnes derrière lesquelles se trouve l’Empire du Léopard. Une partie bien plus rythmée, voire mouvementée avec certaines scènes dignes d’un vrai western : Wow, j’ai adoré.

Une troisième partie enchanteresse où toute notre équipe, attendue puis escortée par le prince Amaru, découvre l’Empire du Léopard. Les descriptions du paysage, de la flore et la faune fait scintiller les yeux et pourtant ce n’est rien à côté de la découverte de Xemballa, la capitale. Waouh énorme ! Pendant tout ce trajet Cérès essaiera de comprendre le pourquoi de cette proposition d’alliance, mais difficile de cerner des personnages équipés d’armure intégrale et portant des masques qui cachent même le regard.

Et enfin une quatrième partie où tout sera dévoilé, les complots politiques comme militaires. Les vengeances assouvies, des pactes démoniaques conclus, les résurgences magiques exposées. Et tout cela en l’espace d’une nuit. Une nuit d’éclipse totale de la lune, de celle où la lune apparaît rouge sang dans le ciel, à l’image de la magie que l’on découvre dans ces pages. Une quatrième partie démente, qui ne peut que se lire d’une traite et en apnée. À chaque chapitre on change de protagonistes, puis à chaque paragraphe, et le rythme est hallucinant. On avance de coups de théâtre en coups de théâtre. On abandonne un personnage au moment critique pour courir derrière l’autre qu’on croyait sorti de l’auberge, mais en fait non ! On pressent l’hécatombe inexorable alors que le rouleau compresseur Emmanuel Chastellière avance toujours plus loin, frappe toujours plus fort. Les pièces du puzzle s'emboîtent les unes derrière les autres pour laisser apparaître sous nos yeux ébahis le tableau final rouge sang.

Et si je ne parle que de protagonistes dans ma chronique hormis la lumineuse Cérès, c’est parce que tous les personnages secondaires sont importants, intéressants et fort bien mis en avant. Les détailler rallongerait bien trop ma chronique déjà hyper longue. En fait, il  n’y en a pas un que j’ai détesté, même ceux qui se sont avérés faire partie des "méchants". 

Un roman de Fantasy somptueux, abouti, complet. J'ai tout aimé dans ce roman, TOUT : l'histoire, les intrigues, les magouilles, les thèmes abordés, l'univers, la magie, les personnages, tout quoi ! Pour adultes seulement tant il est rempli de fureur et de violence parfois, tant il est tapissé de poudre et de sang. Je précise toutefois qu’il n’y a jamais surenchère et qu’il y a aussi beaucoup d’amour dans ces lignes. 
L’Empire du Léopard est un immense coup de cœur que tout le monde devrait lire. Respect m'sieur Chastellière !


Chastellière Emmanuel sur Bookenstock c'est :













Et bientôt "Poussière fantôme" par dame Phooka !


2 commentaires:

  1. Très belle chronique, je suis bien d'accord avec toi chère Dup!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne vais pas résister longtemps au plaisir de lire ce livre... avec une chronique pareille, pas vraiment le choix ;)

    RépondreSupprimer