mardi 15 janvier 2019

[Audio] MANESH de Stefan Platteau



Les sentiers des astres: tome 1




Lu par : Matthieu Dahan
Série : Les sentiers des astres, livre audio 1
Durée : 20 h et 33 min
Version intégrale Livre audio
Date de publication : 27/09/2018
Langue : Français
Éditeur : Audible Studios





Quelque part dans la forêt de Vyanthryr réside le Roi-Diseur, l'oracle légendaire. Dernier espoir d'une nation ravagée par la guerre civile, le capitaine Rana remonte le fleuve à sa recherche, entraînant dans sa quête une poignée de braves. Personne n'a jamais navigué si loin en amont, à des milles de toute civilisation. Et pourtant, voilà qu'un naufragé dérive à leur rencontre, accroché à une simple branche. Qui est-il, et que lui est-il arrivé ? Lui qui se fait appeler "le Bâtard", est-il un simple humain, ou l'héritier d'un sang plus ancien ? En ces terres du Nord, les géants et les dieux marchent encore sous les arbres. Déjà, la forêt frémit des prémices de leur colère...







Le dit de Stefan Platteau ...


Alors je rappelle et j'insiste sur le fait que j'ai découvert Manesh en audio. Et c'est juste ... parfait ! Parce que Manesh c'est tout d'abord l'oralité.

Si vous voulez en savoir plus sur le récit du roman, allez donc lire la superbe et enthousiaste chronique de Dup. Je n'ai pas l'intention de révenir sur le "contenu" du roman, mais plutôt sur sa "réalisation".

Manesh ce sont deux récits imbriqués. Manesh raconte l'histoire de sa vie à un barde qui nous la retransmet. Et c'est là que l'audio est fabuleux, car ce barde nous parle à travers la voix de Matthieu Dahan. Aux premiers mots j'ai eu un peu peur, je trouvais ses intonations un peu "plates" et puis petit à petit les personnages prennent vie, ils ont chacun leur tonalité, leur tessiture et Matthieu Dahan rend tout à la perfection.

Écouter Manesh c'est libérer son esprit, presque comme une transe. Oublier le monde autour de soi. On est dans le récit, on suit ces gabarres qui remontent le fleuve. On souffre pour Manesh, on prie pour que ces blessures le laissent en paix. Il faut noter que tant que Manesh est convalescent, le récit avance peu et nous, lecteurs curieux, on veut savoir ... Qui est Manesh ? D'où vient-il ? Pourquoi les occupants de la gabarre l'ont ils repêché mourant dans le fleuve ? Comment est-il arrivé là ? Mais pour raconter son histoire que l'on sait, par avance, passionnante, il faut que Manesh guérisse et le barde, Fintan Calathynn fera tout son possible et même l'impossible pour y parvenir. Mais il faut être patient. Manesh se livre peu à peu, en fonction de son état de santé. Et surtout, il tient à raconter chaque détail, car tout a son importance, même le plus infime évènement. Peu à peu aussi les gabarres avancent sur le fleuve vers un but que l'on ignore. 

Si vous êtes pressés, impatients, passez votre chemin. Manesh c'est tout le contraire, c'est un roman qui se laisse apprivoiser petit à petit. Au fur et à mesure du récit, on découvre les personnages. Tels les méandres du fleuve, ils se dévoilent lentement et cachent souvent de belles surprises. Et on les aime ces personnages, on finit par les connaître tous dans ce milieu clôt que constitue un bateau (enfin deux ...), mais évidemment Manesh attire tous les regards, toutes les attentions. Son récit captive à chaque fois qu'il reprend.

Comme je le disais, je suis intimement persuadée que l'audio est le moyen idéal de découvrir ce récit. Parce que finalement "le dit de Fintan Calathynn" se transforme en "le dit de Stefan Platteau", parce que clairement l'auteur a recherché la sonorité et le rythme dans son récit et quoi de mieux finalement que de l'écouter vous raconter son histoire.

Bref, je suis sous le charme et même si j'enrage à cause du cliffhanger final j'en fais un immense coup de coeur. Et nul besoin de ce cliffhanger pour ma part pour savoir que je continuerai à écouter ce récit hors du temps, hors du monde, hypnotique et fascinant. "Le dit de Stefan Platteau" est à découvrir, nul doute sur ce point.

lundi 14 janvier 2019

L'EMPREINTE de Alexandria Marzano-Lesnevich




Éditions Sonatine
470 pages
22 euros

Ce roman vient de remporter le Prix du Livre étranger 2019
remis par France Inter et Le Journal du Dimanche.




4ème de couv :

Étudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l’épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alexandria ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien tout à fait inattendu entre son passé, un secret de famille et cette terrible affaire qui réveille en elle des sentiments enfouis. Elle n’aura alors cesse d’enquêter inlassablement sur les raisons profondes qui ont conduit Langley à commettre ce crime épouvantable. Dans la lignée de séries documentaires comme Making a Murderer, ce récit au croisement du thriller, de l’autobiographie et du journalisme d’investigation, montre clairement combien la loi est quelque chose d’éminemment subjectif, la vérité étant toujours plus complexe et dérangeante que ce que l’on imagine. Aussi troublant que déchirant.





Les Éditions Sonatine l'avaient clairement annoncé, ils changeaient de ligne éditoriale. Enfin plus exactement ils l'élargissaient. Ce ne sera plus que des thrillers purs et durs. L’empreinte est l’exemple type de ce changement ! Je suis d’ailleurs bien incapable d'étiqueter ce roman dont je vais essayer de vous parler.

C’est un roman surprenant, captivant car une fois commencé on ne peut plus le lâcher. Pourtant il n’est en aucun cas bourré de suspense, non. Ce n’est pas un page turner et pourtant on les tourne toutes inexorablement ces pages. Peut-être parce que c’est une histoire vraie. L’autrice se met en scène, ne change ni son nom ni son prénom, elle nous expose sa vie, son enfance, son parcours. Son récit de vie est emmêlé avec celui d’un autre homme Rick Langley, un meurtrier pédophile. Et petit à petit on comprend l’impact qu’à eu ce dernier sur la vie d’Alexandria, alors que leurs chemins ne se croisent qu’une seule fois. Parce que c’est elle également qui nous raconte la vie, l’enfance et le parcours de Rick. Elle s'est appuyée sur les tonnes de dossiers médicaux, sociaux, judiciaires et rapports de police le concernant. Elle a enquêté, questionné les proches, les voisins, pratiquement toutes les personnes ayant vécu de près ou de loin avec Rick Langley. Et dans son récit, elle nous prévient lorsqu’elle a été obligée d’inventer un peu, pour les besoins de la narration. Oh pas grand-chose. Par exemple la couleur de la robe de la mère de Rick, qu’elle empreinte dans ses souvenirs des robes de sa grand-mère.

Alexandria aurait pu avoir une enfance de rêve, avec deux parents avocats, une fratrie aimante. Elle aurait pu oui, si elle et sa petite soeur n’avait pas été victime de pédophilie violente dès cinq ans par leur grand-père maternel. A chaque sortie des parents, les grands-parents étaient baby-sitters... Et pour enfoncer le clou, une famille qui décide de taire le délit une fois la chose enfin avouée par les enfants quelques années plus tard. Je dis violente, mais cela nous est conté avec beaucoup de pudeur. On ne le comprend que bien après, au détour d'un examen gynécologique alors qu'Alexandria à 30 ans !

Là-dessus vous rajoutez à son histoire une conviction profonde de suivre le chemin de ses parents, le droit, pour lutter contre la peine de mort. Premier stage qu’elle fait, premier dossier, celui de Rick Langley et c’est le cataclysme. Le résultat : ce roman.

Sujet bien difficile, ô combien casse-gueule, maîtrisé ici avec brio. On déglutit plus d’une fois, je vous le promets, et pourtant jamais elle ne dérape. Ces deux récits sont imbriqués à la perfection, chaque chapitre contient un élément, une phrase qui pousse à vouloir en savoir plus, c’est parfaitement maîtrisé. Le ton employé est froid évidemment, mais c’est comme si l’auteur ne voulait pas de l’empathie du lecteur. Que le lecteur reste la tête froide pour juger, analyser les faits, les conséquences. Et je dois dire que c’est mission accomplie. Je suis bluffée et admirative, même si j’hésite à le conseiller vu le sujet. Une chose est sûre, je ne regrette absolument pas ma lecture ! Ce livre m’a touché profondément et c’est mon premier coup de cœur de l’année 2019.


dimanche 13 janvier 2019

Les series Grisha et Six of Crows arrivent sur NETFLIX



La nouvelle « officielle » vient de tomber : GRISHA et SIX OF CROWS, les séries littéraires de Leigh Bardugo publiées aux éditions Milan, arrivent sur Netflix !

Eric Heisserer (scénariste de Premier Contact et Bird Box) sera aux commandes en tant que showrunner et scénariste.

Shawn Levy (producteur de Stranger Things), Pouya Shahbazian (producteur de l’adaptation de Divergente) et Leigh Bardugo elle-même produiront cette adaptation.

La série s'est déjà vendue à plus de 20 000 exemplaires en France.

Si vous ne connaissez pas ces deux séries publiées chez les éditions Milan, vous trouverez les chroniques ici:








Sur Bookenstock , on adore ces deux séries , alors la nouvelle nous ravit au plus haut point !!!!!!!!!!

Annonces officielles ici:


samedi 12 janvier 2019

Potins de Dup # 6



Vous avez vu cette semaine comment elle se la pétait Phooka avec son intégrale là !

Pour mémoire, je la remets ci-dessous






Et bien.....




battue ^^

Merci Mère Noël  :)) !!!



vendredi 11 janvier 2019

[Intégrale] LA REINE ROUGE de Mark Lawrence 1/3




Editions Bragelonne
Parution de l'intégrale: 25/11/2018
1199 pages
25 euros




Lâche, tricheur et séducteur invétéré, son petit-fils le prince Jalan ne figure qu’en dixième position dans la ligne de succession. Tandis que la souveraine façonne la destinée de millions de sujets, Jalan, lui, s’adonne à ses plaisirs coupables. Jusqu’au jour où il croise le chemin de Snorri, un colosse armé d’une hache décidé à venger sa famille. Le voilà entraîné vers le Nord glacé, dans un voyage mortel où il découvrira à ses risques et périls le véritable secret de la Reine Rouge…






Juste en avant propos: une intégrale Bragelonne de 1199 pages. Si ça c'est pas un super nombre de pages hein ? Ca aurait pu bêtement être 1200 ou 1204, mais non il en faut 1199. Et donc malgré le papier de l'épaisseur du papier à cigarette, malgré la police "riquiquitte", ben notre intégrale est une belle bête, jugez-en par vous même ...


Hé oui, 1,143 kgs quand même ...




Comme je suis incapable de lire une intégrale d'une traite, je ne vais chroniquer ici que la partie correspondant au tome 1. J'aime bien les intégrales, non pas pour tout lire d'un coup mais pour leur côté rassurant ... je suis sûre d'avoir la suite sous la main!

Et dans ce cas précis, je suis drôlement contente d'avoir la suite sous la main justement, car je ne vais tarder à m'y replonger. Parce que oui, suivre les aventures du Prince Jalan est juste fabuleux.
Lui, l'anti-héros par excellence, le pleutre, le coureur de jupons, celui qui fait de la couardise son principe de vie, ce personnage absolument détestable, est absolument jubilatoire. Quelle prouesse de la part de l'auteur de nous faire aimer un type aussi antipathique !

Mais revenons au début:

Ce premier tome, le prince des fous, conte la rencontre de deux personnages on ne peut plus opposés. D'un coté, le prince Jalan, 3ieme fils de 3ieme fils de la Reine rouge. Aucune chance de monter sur le trône. C'est un type cynique, hâbleur, pleutre et surtout narcissique. En dehors de sa petite personne, rien ne l'intéresse. C'est aussi un lâche qui préfère la fuite au combat. Jalan rencontre, un peu par hasard, Snorri. Snorri c'est tout son opposé. Homme de Nord, courageux et plein de principes au point d'en être parfois très, trop, rigide.
A priori, rien ne devrait lier ces deux-là. Rien sauf la magie, qui par un coup du sort (c'est le cas de le dire) les contraint à rester ensemble envers et contre tout. Ils ne peuvent pas s'éloigner l'un de l'autre et quand on sait que l'un veut absolument aller au combat tandis que l'autre ne souhaite que s'en éloigner, on imagine bien vite que cette cohabitation ne va pas être simple.
Snorri a décidé d'aller vers le Nord pour retrouver sa famille kidnappée par Sven Briserame. Jalan essaye bien de lui dire que c'est sans doute trop tard et que sa famille doit être morte depuis longtemps, rien ne peut ébranler la conviction de Snorri. Les deux compères se retrouvent donc à cheminer vers le Nord, le froid et le danger. Tout un programme pour l'un comme pour l'autre. Et des dangers ils vont en affronter bien plus que nécessaire.

Ce premier tome peut se voir comme un road movie ou plutôt comme un parcours initiatique. Ce genre de trajet semé d'embûches mais qui permet de grandir, de se trouver et de se forger. Sauf que là, on parle de Jalan, qui élève sa couardise au rang d'un art ... Mais le lecteur, dans toute sa naïveté y croit. Jalan ne peut que prendre exemple sur Snorri qui deviendra son père de substitution non ? En fait ... non! Jalan est et reste Jalan. Et ça, c'est vraiment un coup de bluff extraordinaire de la part de l'auteur. Jalan ne progresse dans son comportement que pour mieux retomber dans sa lâcheté première et dans ses travers les plus bas. Tandis que Snorri, tel un héros de légende trace sa route vers le Nord, imperturbable. Plus différents, ce n'est pas possible et c'est pour ça qu'ils forment une paire vraiment remarquable et parfaite. Jal reste Jal quoiqu'il arrive ! Et Snorri reste Snorri.
Quoique ...
Jal cache quelque chose à tous et surtout à lui même d'ailleurs. Et si on en sent les prémices dans cet opus, j'espère bien que tout sera éclaircit par la suite. Jal serait -il un héros qui s'ignore ? Il ne faut pas se voiler la face, pour Jal être un héros c'est pénible, trop lourd à assumer. De là à ne pas vouloir en être un simplement pour être tranquille il n'y a qu'un pas.
Et puis de toute façon, sa grand-mère la reine rouge le considère, à juste titre, comme un bon à rien. Même si on peut être amené à penser qu'elle attend paradoxalement beaucoup de lui.

Tout ceci est servit par une plume fluide et très moderne, saupoudrée d'humour. Autant dire que les pages défilent toutes seules. La suite s'annonce sans aucun doute pleine de surprises et j'ai hâte de m'y plonger.

Le prince des fous est un premier tome totalement réussi, totalement addictif qui vous fera aimer le personnage le plus détestable de la terre entière. Son évolution, ou plutôt son absence d'évolution est absolument remarquable et il me tarde vraiment de voir comment il va continuer sa route épaulé par un imperturbable Snorri. Ouf, j'ai l'intégrale donc j'ai la suite sous la main !!




jeudi 10 janvier 2019

GpP 2019



Ouverture officielle du 9ème GpP






Comme chaque année nous venons vous demander de nous aider à choisir les meilleurs parmi nos coups de coeur regroupés sur ce seul billet... vous pourrez constater que 2018 fut un sacré bon cru !
Que de plaisirs de lecture sont réunis là !!!
Mais quel dilemme de devoir choisir, vous allez voir...

Voici donc nos coups de coeur de janvier à décembre 2018, regroupés comme d'hab par catégories.
J'ai enlevé d'entrée de jeu les Sanderson et Thilliez, car malgré les consignes nous avons eu l'an dernier encore des votes pour ces imbattables !



























































































COMMENT FAIRE POUR PARTICIPER ?

Rien de plus facile !



⇛ Un mail avec l'intitulé "GpP 2019" (il peut y avoir d'autres concours en cours) sur 
bookenstock(point)concours(at)gmail(point)com


- Vous pouvez voter AU MAXIMUM pour trois titres par catégorie (une série compte pour un titre)

Classez les par ordre de préférence.


Sera attribué 5 points au premier choix, 3 points au second et 1 point au troisième


-Vous pouvez voter pour une, deux ou trois catégories.


Comme chaque année, les auteurs et les éditeurs ont le droit de voter !
Nous aussi d'ailleurs :))


Et comme pour les concours, un minimum de courtoisie et de politesse est demandé.
Comme pour les années précédentes, les "votes spams" seront comptés comme nuls.





Nous sommes le 10 janvier.
Vous avez jusqu'au 10 février 2019 !




On va essayer bien évidemment de trouver plein de cadeaux, histoire d'enrichir nos PAL.
Après tout, le prochain Noël est dans looooongtemps.


Les cadeaux s'afficheront en haut à gauche de la page du blog ;)