jeudi 27 septembre 2018

OLANGAR 1/2 de Clément Bouhélier (Phooka)



OLANGAR

BANS ET BARRICADES

1/2



Éditions Critic
446 pages
22 euros



Dix-sept ans ont passé depuis la bataille d’Oqananga, où la coalition entre les Elfes et les Hommes a repoussé les Orcs par-delà les frontières.
À l’approche des élections, Olangar est une capitale sous tension, véritable poudrière où seule manque l’étincelle. Tandis que les trois candidats noircissent les journaux de leurs promesses, les accidents se multiplient sur les chantiers navals ; les salaires se font attendre et la Confrérie des Nains menace d’engager un mouvement de grève d’une ampleur jamais vue. À leur tête, Baldek Istömin ira jusqu’au bout.
Au même moment, Evyna d’Enguerrand, fille d’un ancien seigneur de guerre, débarque en ville pour chercher la vérité sur la mort de son frère, soldat assassiné au Grand Mur dans d’étranges circonstances. Pour l’aider, elle fait sortir de prison Torgend Aersellson, un Elfe banni par les siens et vieil ami de son père. Ensemble, avec l'aide de Baldek, ils se lencent dans une enquête acharnée qui les mènera des bas-fonds de la cité aux confins du royaume, là où l'ombre des orcs menace encore.






Voilà de la fantasy comme j'aime (non je ne fais pas de pub pour un régime ou plutôt si, mais un régime de lecture !). Parce que j'ai tout aimé dans ce roman. J'ai aimé les personnages, j'ai aimé leurs destins, j'ai aimé les décors, j'ai aimé le récit, j'ai aimé le contexte, j'ai aimé le monde créé par l'auteur. J'ai tout aimé !!!

La guerre est finie depuis 17 ans. Les orcs, aussi dénommés Peaux Vertes, ont été vaincus et repoussés au delà du mur. Les hommes, les nains et les elfes vivent en relative harmonie à Olangar. Relative parce que ce n'est pas non plus le grand amour, mais ils se supportent, chacun vivant dans son coin. Les elfes ont payé un lourd tribu à la guerre, et parmi eux Torgend qui en a gardé de lourdes séquelles. Il vivote à Olangar, essayant d'échapper aux cauchemars récurrents. Pour ça tout est bon: alcool, bagarres ... L'idéal est de se prendre un bon coup sur la tête et de rester sur le carreau. Comme ça au moins il peut dormir quelques heures ... même si c'est en prison. Et c'est d'ailleurs en prison qu'il va rencontrer Evyna, la fille d'un grand seigneur du sud blessé pendant la guerre contre les peaux vertes. Evyna est venue spécialement de sa province pour le chercher. Elle a besoin d'aide et c'est naturellement qu'elle s'est tournée vers un ancien compagnon de guerre de son père, même si elle ne s'attendait pas à devoir aller le retrouver au fin fond d'une geôle pouilleuse ...

Evyna veut comprendre pourquoi et comment son frère est mort. Il était militaire dans le corps d'armée chargé de surveiller le mur. Or les conditions de sa mort sont suspectes et lorsque qu'Evyna et son père ont essayé d'en savoir plus, ça a été un silence total. Alors la suspicion s'est faite encore plus forte et Evyna a décidé d'enquêter. Pour cela, elle est venue à Olangar et elle a besoin de l'aide de Torgend qui connaît le milieu militaire comme sa poche. Enfin ses derniers temps il connaît surtout les prisons et les bas fonds ...

A Olangar la population vit pour la plupart dans les bas fonds, bas fonds qui sont sous la tutelle de Mandrac, un truand qui a une main mise totale sur les gens et les commerces. Mandrac est une légende, un monstre que personne ne veut croiser. Pourtant une communauté lui résiste. Celle des nains, réunis en confrérie et dont le chef Baldek va croiser le chemin d'Evyna. Sans le savoir, leurs destins seront liés et leurs intérêts vont converger. Pourtant tout les sépare à priori. Baldek, nain syndicaliste-révolutionnaire, citadin, adepte des grèves et des barricades et Evyna la campagnarde, fille de noble.

Toute cette trame, tous ces personnages qui vont se croiser, se rencontrer et interférer, ne serait pas si réussie si le dernier personnage n'était pas si bien mis en place. Et ce dernier personnage c'est Olangar, la ville. Clément Bouhélier nous la fait découvrir, parcourir, ressentir et surtout la fait vivre sous nos yeux. Ses quartiers riches ou pauvres, son port, ses conflits, ses bouges, sa populations. Tout y est d'un réalisme frappant. Mais le plus bluffant est sans doute ce mélange de réalité et de fantasy. Réalité avec une ville ouvrière, ses chantiers de construction navale, ses ouvriers exploités, mal protégés, la technologie à ses balbutiements. Et la fantasy avec les nains qui triment, les elfes qui se dissimulent et les Peaux Vertes qu'on exhibe comme des monstres de foire. Quelle ambiance! Quelle saveur !!

Comme je le disais au tout début de cette chronique, j'ai tout aimé. Les personnages si différents, si fouillés, si réels. Torgend ne devient pas d'un seul coup un héros parce qu'il croise Evyna. Evyna n'est pas une jeune noble sans ressource, bien au contraire. Son intelligence et son habilité au combat en font une adversaire redoutable. Quant à Baldek, il ne se retrouve pas dans ce récit par grandeur d'âme, mais bel et bien par intérêt. Reste Mandrac, un personnage bien difficile à cerner, sauf qu'il est clair qu'il vaut mieux ne pas avoir à faire à lui. 

Et puis, il y a ce mélange des genres! Evyna et Torgend c'est la grande aventure typique de fantasy, alliance de deux peuples, humain et elfe, alliance d'une jeune fille et d'un vieux guerrier aguerri, du très classique. Oui mais ... oui mais il y a cette attaque de train, digne des plus grands westerns et qui à elle seule vaut le détour. Et puis, il y a la confrérie des nains, le conflit ouvrier, la grève et les barricades qui nous propulsent dans un monde à la Zola. Sans compter l'atmosphère fantasy à la limite steampunk, de la fantasy industrielle quoi.

Quel savoureux cocktail aux parfums inattendus.

Si je conclus en vous redisant que j'ai TOUT aimé, ça vous suffit où je dois en remettre une couche ? Vous faites quoi encore devant votre écran alors que vous devriez déjà être chez votre libraire préféré pour dégoter cette perle d'Olangar ?


Voir aussi la chronique de Dup bien sûr.

6 commentaires:

  1. Ah dans mes bras :)
    Tu verras le suivant est aussi bon!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai aucun doute sur le tome 2 c'est sûr !!

      Supprimer
  2. J'ai fait plein d'achats récemment de bouquins que je ne pourrai pas ouvrir avant novembre alors je note et j'attends sagement ^^

    RépondreSupprimer