jeudi 14 septembre 2017

LE BÂTARD DE KOSIGAN #2 de Fabien Cerutti




LE FOU PREND LE ROI



Éditions Folio SF
578 pages
8,80 euros


Le pitch :



1340. Pierre Cordwain de Kosigan se retrouve mêlé à ce qui ressemble fort à un complot de grande envergure contre le roi de France. Il se pourrait que des forces supérieures soient à l’œuvre, menaçant la paix dans l’Europe tout entière. Cette fois, ses capacités surnaturelles ne suffiront pas à le tirer d’affaire. Bien au contraire, au milieu des trahisons et des soupçons de l’Inquisition, elles pourraient devenir sa plus grande faiblesse. 

1899. Le descendant du Bâtard a subi une tentative d’assassinat. Ses proches cherchent à en découvrir l’auteur. Mais enfoncer les mains dans les entrailles de l’histoire comporte des risques qu’ils ne s’attendent peut-être pas à courir. 






Mon Dieu que je l'aime ce Bâtard de Kosigan ! Toujours aussi charismatique et roublard qu'au premier tome, moins charmeur mais c'est uniquement parce qu'il n'a pas le temps le pauvre ! Il est poursuivi par les événements qui s'enchaînent à l'aube de la fameuse guerre de Cent Ans. 

Et il n'aime pas être poursuivi, il préfère précéder, anticiper. Il aime avoir les cartes en main lorsqu'il joue ses parties notre héros, mais là, force lui est de reconnaître qu'il les découvre au fur et à mesure, il ne domine plus le jeu. Il va carrément se faire bousculer par tout ce qui se passe, se retrouver au centre d'un immense complot qui pourrait bien changer la donne en Europe. En quelque sorte Fabien Cerutti nous fait une uchronie de cette époque 1340. Le Bâtard ne maîtrise plus la partie, alors même qu'il s'apprête à mener un dangereux double-jeu... bon, en même temps il est accusé d'avoir assassiné le prince Jean, fils du roi Philippe VI, faut bien qu'il s'implique pour prouver son innocence !

Nous sommes toujours dans un roman de Fantasy historique, mais carrément plus Fantasy que le premier tome. Si dans le premier opus on côtoyait une branche elfique en Champagne, ici il va être question de magie sacrificielle celte, de créatures diverses telles que des dru-wi-des et des elfes noirs pas sympathiques du tout, mais également un bestiaire qui s'enrichit de striantes, de vouivres grises et même d'un dragon pourpre alors qu'on les croyait disparus. 

Que du bonheur cette Fantasy au milieu de ces passages concernant notre Bâtard, qui se rapproche à la fois d'un récit d'aventures, d'un cape et d'épée baigné d'Histoire de France. Aucun temps mort, de l'action, des batailles à l'épée et des bastons, sur terre, sur l'eau, des complots, du suspense, des morts...beaucoup de morts.

On retrouve avec plaisir son équipe de mercenaires : Janvier, Cinq-mai, on s'attache énormément au jeune Edric et sa débrouillardise. Dùn n'est pas sur le terrain avec eux, elle enquête à Bruges, le Bâtard est obligé de déléguer, il contrôle de moins en moins...

Et puis, petit à petit, on se rapproche de la révélation, de la quête première qui lui tient à coeur : les origines de ses pouvoirs qu'il faut bien qualifier de surnaturels. Bon, j'ai dit on se rapproche, pas on atteint... rhaaaa, la suite Monsieur Cerutti, viiiiiiiiite !

Et puis, la cerise sur le gâteau de ce Fou prend le roi, c'est qu'on a toujours ce deuxième récit qui s'intercale, celui de 1899 concernant le descendant du Bâtard, Michaël Konnigan. Alors que ce dernier est dans le coma suite à une explosion dans un lieu où il effectuait des fouilles, ses amis enquêtent. Et là aussi va être dévoilé un complot depuis fort longtemps fomenté. Et cette intrigue parallèle qui m'avait moyennement passionnée lors du tome 1 prend une toute autre dimension soudain. On commence réellement à entrevoir le lien entre les deux récits, et c'est jubilatoire. Je ne parle pas bien sûr du simple fait qu'ils sont issus de la même famille, ça on le savait déjà.

1340, 1889, cela devient un vrai page-turner, les chapitres s'enchaînent rapidement, bien aidés en cela par la plume de Fabien Cerutti qui est un délice, vivante, dynamique et surtout pleine d'humour. Franchement j'adore. 

Un tome 2 plus sombre mais ô combien addictif. Un personnage principal qui s'étoffe au fur et à mesure des "déboires" accusés par ses partenaires. Un virage résolument Fantasy dans ce récit historique vraiment loin de me déplaire (encore que si je voulais être plus honnête, je devrais avouer qu'avec cet auteur le côté historique devient vraiment sympa. Une matière que j'ai exécrée au lycée, mais avec un Fabien Cerutti ou un Guy Gavriel Kay comme prof, moi je veux bien retourner sur les bancs d'antan), et encore beaucoup, beaucoup de choses à découvrir. 
Voilà M'sieur Cerutti, j'ai obéis aux ordres (cf ci-dessous) ! À vous maintenant : le tome 4 fissa, car moi j'enchaîne le 3 très bientôt ! ;)




Je rajoute cette lecture au challenge 4 de la Licorne




4 commentaires:

  1. Il faut que tu lises le 3 maintenant :)
    Belle chronique en tout cas et je partage tout à fait ton avis, quel homme ce Pierre Kosigan ;)J'aime beaucoup le fait qu'il y ait plusieurs narrateurs aussi dans ce tome.

    RépondreSupprimer
  2. Lire le 3 dans la foulée, c'est obligé, en effet. :)

    RépondreSupprimer
  3. Mais euh !!!

    Bon, ok, j'avoue, c'est prévu :))

    RépondreSupprimer