jeudi 31 août 2017

Les participants à notre "Mois des blogueurs de l'Imaginaire"



Cette liste sera mise à jour au fur et à mesure bien sûr, vous pouvez postuler jusqu'à début octobre sans soucis ! En raison du succès de cette opération, qui va bien au delà de ce qu'on imaginait, nous serons obligées d'arrêter notre liste quand nous aurons atteint les 39 participants 39+13=52 participants :P (ne me demandez pas pourquoi c'est Dup qui calcule 😀). Merci à tous pour votre enthousiasme, vraiment !!!







Sia *
Rachel *
Lady K *
**AcrO
Regina Falange *
Lsenocturne Vava de chez O'merveilles/Au Librius *
Xavier Dollo/Thomas Geha de chez Critic et AdAstra *
Chut Maman lit ! *
(Mypianocanta )
Zina *
Léa *
Xapur *
Blackwolf *
Aelinel
C'era una volta
**Jérôme Vincent de chez ActuSF
**Sherardia
Andrée la papivore *
Nahe
**Harmonie
lael (marguerite) *
PatiVore *
**Estelle
Justaword *


 => 49 !

Rappelez vous la devise de Bookenstock :
PLUS ON EST DE FOUS, PLUS ON LIT !

Venez nous rejoindre !!!

Ça se passe ICI pour s'inscrire !




PS: Vu l'affluence, nous avons dû réserver un lieu à la hauteur pour la rencontre.



Bon on a dû virer l'équipe de GoT, d'où le retard pour la saison 8, 
mais bon y'a des priorités dans la vie ! 😀

mercredi 30 août 2017

Le mois d'octobre sera le Mois de ...



VOUS !!






Le mois des blogueurs de l'Imaginaire



Hé oui, nous ne pouvions pas faire un Mois de "classique" pour ce Mois spécial de l'Imaginaire. Alors nous avons décidé de vous donner la parole à vous les blogueurs ou "simples" amateurs de l'imaginaire,  pour que vous parliez de votre passion (enfin celle de l'Imaginaire hein ...). Que vous ne lisiez que de l'Imaginaire ou que ce soit un des genres que vous affectionniez parmi d'autres, vos avis nous intéressent. Alors n'hésitez pas !

Donc si vous souhaitez participer, envoyez-nous un mail à cette adresse lemoisde[at]gmail[point]com avec votre nom et l'adresse de votre blog. On vous enverra d'ici quelques jours un questionnaire à remplir et nous publierons un article sur vous. Un article par participant. Voili, voilà, on vous attend très nombreux pour partager votre passion !!! N'hésitez pas, lancez-vous.



mardi 29 août 2017

[Audio] SURTENSIONS de Olivier Norek







Auteur(s) : Olivier Norek
Durée : 12 h 11 min 

Version intégrale | Livre audio

Date de publication :01/12/2016
Éditeur : Audible Studios


Le pitch :


Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu'on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels (un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur) se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ? 


Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance... Olivier Norek pousse ses personnages jusqu'à leur point de rupture. 
Et lorsqu'on menace un membre de son équipe, Coste embrasse ses démons.





Olivier Norek achève sa trilogie sur Coste avec un uppercut géant qu'il assène à ses lecteurs. Quelle puissance ! Ce n'est pas pour rien que ce roman a reçu le Prix Le point du polar européen 2016.

Mon écoute estivale s'achève donc en beauté : Juin / Code 93, juillet / Territoires et août / Surtensions. Inutile de vous dire que cet auteur est arrivé au panthéon de mes préférés en matière de polar/thriller. Je l'annonce de suite, ÉNORME COUP DE COEUR.

Ce troisième volet démarre bille en tête avec une succession de chapitres courts qui plonge le lecteur dans l'univers carcéral du centre pénitencier de Marveil, avec ses drames, sa violence. Olivier Norek a le chic pour nous brosser en quelques lignes seulement des personnages étoffés, profonds, émouvants, alors même qu'ils ne s’avéreront que secondaires dans ce roman. Ce début m'a pris aux tripes immédiatement et j'avais bien du mal à déglutir. Pauvre Nano. J'ai pensé très fort à mon polar/thriller préféré de tous les temps : Meurtres pour rédemption de Karine Giebel...

La première partie s'achève, on quitte Marveil et on retrouve Coste et son équipe. Ils vont avoir à gérer une affaire d'enlèvement avec demande de rançon, alors que le commissaire Damiani, supérieure hiérarchique directe de Coste, part à la retraite. Elle sera remplacée par un plus jeune, plus ambitieux, plus intrusif dans le travail de ses équipes. Un grain de sable dans la mécanique huilée de la team Coste, l'équipe Crime 1. Les responsables seront coffrés, dont un à Marveil, mais la Crime 1 est amère car l'otage, un jeune gars de dix-neuf ans, a été exécuté.

La troisième partie n'aura elle aussi aucun rapport avec l'affaire de Coste. Puis vient la quatrième partie intitulée à juste titre L'effet papillon. Et c'est là que l'on réalise l'ampleur des intrigues menées par Olivier Norek. Les fils ténus qui les relient vont s'enchevêtrer, interagir et un effet boule de neige s'enclenche. Je n'en dirai pas plus si ce n'est qu'il sera monumental.

Plus thriller que polar, ce roman est "inlâchable" une fois commencé. Il épate son lecteur par la finesse de sa construction, par la subtilité de ses intrigues. Il le secoue par son ambiance sombre et violente, Norek n'hésitant pas à sacrifier ses personnages. Des personnages auxquels on s'est attaché bien sûr, et implacablement il nous broie le coeur. Car c'est bien là le véritable son point fort. Ces personnages de la Crime 1 on ne peut que les aimer, en perdre un c'est comme perdre un membre de sa famille. Le final est explosif et m'a fait pleurer à chaudes larmes. Même s'il n'y avait que des sapins autour de moi pour partager mes émotions, j'avais bien l'air d'une cruche à pleurer toute seule en rando...

Malgré la violence et la noirceur bien réelle de ce troisième opus, il ressort de ce roman une profonde humanité qui touchera n'importe quel lecteur. L'écriture fine et puissante de l'auteur nous transporte sans répit, son humour tombe toujours pile poil quand il faut pour nous faire décompresser. Les piques contre les dérives de notre société restent présentes mais beaucoup plus ténues que dans les deux précédents. L'aspect psychologique de ses personnages est à son summum. Une réussite, vraiment !!!



lundi 28 août 2017

[Audio] LE VISITEUR DU FUTUR : La Meute de François Descraques et Slimane-Baptiste Berhoun



Durée : 8 h 19 min
Version intégrale | Livre audio
Date de publication :29/04/2016
Éditeur : Audible Studios


Hardigan et Audible sont fiers de vous faire découvrir la suite des aventures du Visiteur du Futur. Dans ce roman-feuilleton entièrement inédit dont les épisodes ont été ici réunis pour la première fois en intégrale, mitonné par François Descraques et Slimane-Baptiste Berhoun, sont dévoilés (entre autres) les mystères du passé du Visiteur du Futur ! Comment dire non à une telle proposition (même quand on connaît les risques encourus par quiconque se décide à suivre le Visiteur...) ?






Je commence par un petit blabla que j'espère bien inutile ... Tout le monde connaît la web-série Le visiteur du futur ? Non? Ça c'est pas possible !! C'est une tuerie cette série ! Alors vous allez me faire le plaisir d'aller ICI et de regarder les 4 saisons (non pas la pizza, ni la musique !) ! Et plus vite que ça !

Commencez donc par le premier épisode: La canette | Le Visiteur du Futur » 


Parce que Les visiteurs c'est une série géniale et originale, qui commence doucement et dont la complexité augmente au fil des épisodes, jusqu'à devenir inlâchable.  De plus, cette série est servie par des acteurs fabuleux et que perso j'adore que ce soient Florent Dorin, Raphaël Descraques, Justine Lepottier ou Mathieu Poggi. Mais mon chouchou restera toujours Slimane-Baptiste Berhoun (le docteur Castafolte)

Alors évidemment quand La meute (que je n'avais pas encore eu le temps de lire même si je l'avais acheté chez Milady) est sorti en audio lu par Slimane-Baptiste Berhoun, je me suis ruée dessus !







 




Soyons clair,il faut connaître la série pour apprécier La Meute. Ceci étant dit, ce n'est que plaisir. Le livre se déroule avant et après la web-série (et non je ne vous dirai pas comment, lisez donc). On y retrouve la plupart des personnages, mais le roman est surtout centré sur le visiteur lui-même et sa jeunesse. Une jeunesse évidemment difficile à l'image du personnage. 

Tous les ingrédients de la série sont présents: humour, action, dérision, délire, émotion ... Le tout s'enchaîne à un rythme rapide à l’instar de la série, et quand on écoute le livre (ou quand on le lit) on a l'impression de "voir" les épisodes.
Et c'est aussi pour ça qu'il faut connaître la série car on "voit" les personnages et on "entend" leur voix. Et là, ce que je trouve vraiment fabuleux dans le livre audio et ce qui le rend peut-être même supérieur à la version papier, c'est que Slimane en est le lecteur. Oui notre bon vieux Henri Castafolte. Du coup évidemment c'est sa voix qui vous raconte l'histoire. Mais encore plus fort, il arrive à prendre le phrasé de Raph ou du visiteur et là c'est juste énorme !! Un plaisir sans égal pour les fans de la série.

Mais l'autre point fort du roman, c'est son écriture à deux mains par Slimane et François Descraques (les initiateurs de la web-série). Une écriture parfaitement maîtrisée qui vous donne l'impression de voir la série en lisant un "vrai livre" (et non pas un scénario). Ça passe tout seul, c'est drôle et plein de suspense, créatif et original. Bref, c'est le visiteur du futur dans toute sa splendeur.

Je ne saurai en dire plus. Les fans de la série y trouveront forcément leur compte, ils vont adorer c'est sûr. Quant aux autres, ben sérieux, je leur conseille de regarder la série et après jetez-vous sur le livre audio ou papier. Pour ma part, j'ai une préférence pour l'audio. Laissez-vous emporter par la voix d' Henri Castafolte  💓dans cette histoire sans pareille !






vendredi 25 août 2017

[Audio] MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS de Ransom Riggs




Auteur(s) : Ransom Riggs
Durée : 8 h 40 min 

Version intégrale | Livre audio

Date de publication :22/03/2017
Éditeur : Audiolib
Disponible: Audible




Le pensionnat de Miss Peregrine accueille des enfants pas comme les autres. Dehors, c'est la guerre, et les "monstres" pourraient leur vouloir du mal... Un univers gothique et une histoire dont on ne peut plus se détacher dès les premières minutes d'écoute. 



Jacob Portman, 16 ans, a grandi avec les récits fabuleux de son grand-père, juif polonais, envoyé sur une île du pays de Galles pour échapper à la menace nazie. Recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d'un orphelinat pour enfants "particuliers", il a côtoyé des enfants doués de capacités surnaturelles. Un soir, Jacob trouve son grand-père mortellement blessé par une horrible créature. En partant sur l'île en quête de vérité, il découvre l'ancien pensionnat en ruines et n'a plus aucun doute : les enfants particuliers ont existé. Et s'ils étaient toujours en vie ? 

Une histoire merveilleusement étrange, émouvante et palpitante, portée à l'écran dans un film événement.







La première fois que j'ai "entendu parler" de Miss Pérégrine et les enfants particuliers, c'est au travers d'une chronique enthousiaste de Miss Acr0. Elle en disait tellement de bien que le livre m'est resté en tête. J'avais vraiment envie de le découvrir. Evidemment le temps a passé, le film est même sorti et ma PAL étant ce qu'elle est, je n'ai toujours pas lu ce livre ...

Alors quand je l'ai vu en livre audio, je me suis dit que c'était sans doute le moyen de rattraper mon retard, en "vélotant", jardinant etc ...

Ainsi, j'ai enfin fait la connaissance de Jacob, de son grand-père, de Miss Pérégrine et des enfants particuliers, Emma, Milard, Bronwin et les autres. Je les ai aimés et adoptés.

Jacob, un jeune ado somme toute ordinaire avant d'être particulier. Il aime son grand-père qui lui a toujours raconté de fabuleuses histoires d'enfants invisibles, volants ou super-forts. Quand il était tout petit Jacob prenait ça pour de vraies histoires, et puis en grandissant il a réalisé que son grand-père lui racontait des fariboles et il lui en a voulu. Beaucoup ! Mais pas au point de l'abandonner et de ne pas aller le voir le soir où il a appelé à l'aide. Et là, Jacob a retrouvé le corps de son grand-père sauvagement assassiné. Par des chiens dit la police ... Mais Jacob lui, a vu ce qui avait tué son grand-père et ce n'était pas des chiens. Il en fait des cauchemars, passe son temps avec son psy, mais il va réaliser qu'il doit se prendre en main. Essayer de remonter le passé, comprendre ce que voulait lui dire son grand-père à travers ses histoires d'enfants surnaturels ...

Commence alors pour Jacob, un vrai rite initiatique, un passage d'enfant à adulte ou plutôt d'enfant "normal" à "particulier".

Jacob est parfois agaçant, il refuse de voir la réalité en face, mais il a un cœur grand comme ça et il a de la suite dans les idées. Il est à la fois immature et terriblement mature, bref il est incroyablement attachant. Mais plus attachants encore sont ces enfants particuliers, des enfants de plus de 80 ans, mais qui réagissent toujours comme des jeunes ados malgré leurs expériences. Ils ont tous des personnalités propres, et pour beaucoup elles sont liées à leurs pouvoirs. On les adopte tout de suite ces mômes et quand le danger menace on a envie de les sauver et de les prendre sur notre aile.
Mais ces enfants particuliers ne sont pas les seules créatures surnaturelles que l'on croise, on rencontre aussi des Estres et des Creux des créatures horriblement malfaisantes qui traquent les enfants.

Et puis le décor. L'auteur situe l'action sur  l’île Cairnholm dans le pays de Galles. Un bout de terre paumé au milieu de nulle part et habité par des gens assez rustres. Le tout donne une impression de bout du monde, un endroit intemporel. On a l'impression que rien n'a changé depuis des siècles, que rien ne s'y passe. Et pourtant ...

L'ensemble donne une ambiance sombre. Il pleut ... de la pluie ou des bombes. Il fait froid, nuit, des créatures dangereuses rodent. L'atmosphère est vraiment sinistre. Et c'est d'ailleurs un autre des points forts du roman. Un roman classé "jeunesse" mais qui ne prend pas les jeunes pour des bisounours.

Mais le point sur lequel je veux insister puisque je parle ici du livre audio, c'est le narrateur, Benjamin Jungers. Un génie ce monsieur ! L'écouter est un délice. Il sait retransmettre les émotions comme personne. Et ce qui m'a frappée c'est qu'il "fait parfois des voix". Le genre de truc que je ne supporte pas normalement, mais là il le fait sans excès, tout en retenue et en justesse. le vieil homme, le pêcheur, le gamin. Juste ce qu'il faut, pas trop, pour qu'on se sente au milieu de la scène et c'est juste magique !!!!

Miss Pérégrine et les enfants particuliers est un magnifique roman jeunesse, sombre, initiatique et captivant. Lu par Benjamin Jungers, il prend même une dimension supplémentaire et c'est un immense coup de cœur. Il me tarde d'en lire la suite, j'espère qu'elle sera bientôt au catalogue Audible.






jeudi 24 août 2017

JAMAIS PLUS de Colleen Hoover





Éditions Hugo & Cie
405 pages
17 euros



4ème de couv :

Lily Blossom Bloom n'a pas eu une enfance très facile, entre un père violent et une mère qu'elle trouve soumise, mais elle a su s'en sortir dans la vie et est à l'aube de réaliser le rêve de sa vie : ouvrir, à Boston, une boutique de fleurs. Elle vient de rencontrer un neuro-chirurgien, Lyle, charmant, ambitieux, visiblement aussi attiré par elle qu'elle l'est par lui. Le chemin de Lily semble tout tracé. Elle hésite pourtant encore un peu : il n'est pas facile pour elle de se lancer dans une histoire sentimentale, avec des parents comme les siens et Atlas, ce jeune homme qu'elle avait rencontré adolescente, lui a laissé des souvenirs à la fois merveilleux et douloureux. Est-ce que le chemin de Lily est finalement aussi simple ? Les choix les plus évidents sont-ils les meilleurs ? Le chemin d'une jeune femme pour se trouver et pour rompre le cycle de la violence. Est-ce que l'amour peut tout excuser ?




Avec l'été vient aussi le temps des lectures légères, une envie de romances et d'émotions faciles, de rêveries, d'amour par procuration en quelque sorte. Bon normalement c'est le printemps qui doit opérer ce genre de stimulation, mais que voulez-vous, avec l'âge on a du retard à l'allumage !
Je suis tombée sur le dernier roman traduit de Colleen Hoover, et là je n'ai pas hésité un seconde. Maybe someday et Hopeless m'ayant réellement plu.





En revanche, pour ce qui est de tout ce que j'ai énuméré lors de mon premier paragraphe, j'ai pu m’asseoir dessus. Arf si peut-être, dans la petite première moitié de ce roman, mais très vite la donne change, l'ambiance s'alourdit considérablement. 

Nous découvrons Lily, une jeune femme de 23 ans qui finit ses études en management à Boston, mais qui rêve d'ouvrir une boutique pour vendre des fleurs. Un soir de rêverie solitaire sur un toit terrasse de Boston, elle fait la connaissance de Ryle, un jeune neurochirurgien brillant qui finit son internat. Si on apprécie rapidement Lily, on ne peut que tomber amoureuse immédiatement de ce Ryle. L'auteur lui donne tout, en plus d'un physique avantageux : du charisme, de la profondeur, de la sincérité, de l'humour... et j'arrête là car je vous saoulerais avec une liste trop longue. Elle cherche une relation stable, lui un coup d'un soir.

En même temps que nous suivons le présent de Lily, cette liaison qui se construit, et l'aboutissement de sa passion pour les plantes, nous découvrons en parallèle son passé par sa relecture de son journal intime d'adolescente. Une alternance très bien gérée entre son amour du présent, Ryle, et son amour du passé, Atlas. Ces deux amours sont intenses et passionnées. Les liens qui se tissent sont profonds et beaux. Bien évidemment le passé et le présent vont se télescoper, mais en fait, ce n'est pas le fond de cette histoire, du propos de l'auteur.

Colleen Hoover traite dans ce roman la violence conjugale et Lily est plongée dedans jusqu'au cou. Dans son passé son père battait sa mère et dans son couple d'aujourd'hui, il arrive que quelque fois le caractère ombrageux et spontané de Ryle dérape... Ce sujet, ô combien sérieux est traité en profondeur, sans aucun parti pris justement en approchant tous les protagonistes : le violent, les victimes, les témoins. Pour le lecteur, c'est impossible de prendre parti malgré la gravité des faits, tant on aime autant Lily que Ryle. Pourtant l'évidence voudrait que! Sans réfléchir une seule seconde!

Je ne m'attendais pas à une telle intensité, une telle émotion devant les décisions à prendre, devant les souffrances morales qui supplantent largement celles physiques qui somme toute ne font que passer. Même devant l'impuissance de Ryle à gérer ses coups de sang, le dégoût qu'il éprouve pour lui-même. Et surtout devant la décision inéluctable... Fiou, je peux vous dire que mon coeur a saigné, beaucoup. Mais ce n'est rien comparé à ce qu'il a subit en lisant la note de l'auteur à ses lecteurs en fin d'ouvrage !

Quand je me relis, j'ai l'impression de vous présenter un livre horrible et dramatique, or je vous assure que ce n'est malgré tout pas le cas. Colleen Hoover réussit le tour de force d'apporter pas mal de joie, de rire, d'humour aussi. Pas mal de satisfaction aussi devant l'accomplissement de la passion de Lily. Elle va ouvrir son magasin qui sera le plus original de Boston où vous pouvez trouver des bouquets de fleurs steampunk ! J'ai adoré l'idée et aurait bien aimé en avoir l'illustration sur la couverture. Bref, moi je ne peux que vous conseiller de lire ce roman.


lundi 21 août 2017

UNE BRAISE SOUS LA CENDRE de Sabaa Tahir





Éditions PKJ.
523 pages
18,90 euros


4ème de couv :

Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la Résistance a tenté de pénétrer dans l’école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t’écraserai."


Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.









Qu'y a-t'il de pire en littérature qu'un triangle amoureux ? Et bien deux triangles amoureux ! Rha que ça m'énerve ces hésitations, ces tergiversations. Bon, heureusement qu'il n'y a pas que ça dans ce roman et que l'histoire contée par Sabba Tahir a été suffisamment prenante pour que les pages tournent toutes seules.

Même si l'intrigue reste bien classique, un peuple d'Érudits conquis, mis à genoux par un peuple de guerrier, les Martials. La rébellion qui couve, qui complote. La répression qui s'accentue. Le pouvoir des connaissances d'un côté, le pouvoir de la force de l'autre...

Les Martials ont développé l'art de la défense et de l'attaque, affûté des centaines de jeunes tous les ans dans une école spéciale, Blackcliff. Des gamins enrôlés dès l'âge de 5 ou 6 ans, battus, endoctrinés, façonnés pour en faire dix, douze ans après de véritables machines de guerre : les Masks. Elias Veturius fait partie de la promo en dernière année, il est l'un des meilleurs d'ailleurs. Et pour lui et ses camarades c'est bientôt le Graal, la quille quoi. Sauf qu'Elias n'a aucunement l'intention de servir l'Empire. La première chose qu'il a prévu de faire une fois libéré, c'est déserter, fuir vers le Sud.

Lorsque nous découvrons Laia, c'est une érudite en fuite. Une descente menée par un Mask tue ses grands-parents et capture son grand frère Darin. Mais la honte de cette fuite la submerge, alors elle va tout faire pour sauver Darin, c'est son mantra, mais j'avoue qu'elle nous le répète un trop grand nombre de fois...

Le récit va alterner entre ces deux personnages, une construction piégeuse très bien gérée par l'auteur qui nous créé des sortes de minis cliffhanger à chaque fin de chapitre de sorte qu'il devient impossible de reposer ce livre. Oui, malgré mes irritations devant les triangles amoureux, malgré le peu de sympathie que j'éprouvais pour Laia au début.

Il faut dire aussi que j'ai vraiment adoré le personnage d'Elias. Un gamin arraché à une vie peinarde auprès d'une tribu de nomades qui l'avait adopté, puis balancé au milieu de Blackcliff, où il apprend que la psychopathe psychorigide qui dirige l'école n'est autre que sa mère. Une mère qui le hait depuis toujours et qui n'aura de cesse de lui chercher des noises. Son moteur pour avancer, c'est sa soif de liberté. Mais il a aussi une âme et un grand coeur et préférera mourir que parjurer ses principes de loyauté, d'amitié.

Ce que j'ai apprécié surtout dans ce roman, c'est la mythologie de ce monde créé de toutes pièces par Sabaa Tahir. Ce monde est riche, on y rencontrera des djinns, des éfrits du sable, des éfrits de l'eau, des goules ricanantes et agressives. Mais le pompon revient haut la main aux Augures et leurs rôles complexes dans cette histoire. Ceux-là, je peux vous dire qu'ils font froid dans le dos.

Malgré les nombreux bémols que j'ai émis, il faut que je reconnaisse que j'ai bien envie de poursuivre cette série. Parce que Laia a beaucoup évolué au cours des épreuves subies, parce qu'à priori les triangles amoureux sont derrière nous, et surtout parce que je suis une affreuse curieuse et je veux savoir ce qu'il va se passer pour ces deux personnages. Et aussi peut-être comment Elias va écraser sa @*$&#§!$ de mère (on a le droit de rêver non !).



dimanche 6 août 2017

Carte postale #1



Kyoto, malgré la chaleur étouffante et humide, on adore. On a loué  une maison et nous allons la quitter avec regret ...

En attendant je partage quelques images.