lundi 29 février 2016

samedi 27 février 2016

Les sorties Folio SF de février 2016











Février 2016



***
Mélanie FAZI
 Le jardin des silences

Prix Masterton 2015



couverture Bastien Lecouffe-Deharme


***
Graham JOYCE
 Au cœur du silence

Traduit de l’anglais par Louise Malagoli 



couverture Sam Van Olffen



***
Bernard SIMONAY
 L’Archipel du Soleil

Les enfants de l’Atlantide, II




couverture Alain Brion


vendredi 26 février 2016

SORCIÈRE MALGRÉ ELLE de Méropée Malo




L'héritière des Raeven tome 1





Editions Castelmore

Paru le : 17/02/2016
Prix : 16.90 €
Nombre de pages : 320



Assia, dix-neuf ans et bac en poche, rentre chez elle après des années en pension. Mais il n’y a personne pour l’attendre et elle apprend que toute sa famille est morte. La voilà seule au monde…
La jeune fille découvre alors qu’elle est l’héritière d’une lignée de sorcières. Elle va devoir apprendre à manier ses nouveaux pouvoirs avec pour unique professeur un vieux grimoire, puisque sa mère n’est plus là.
Assia n’est pas du genre à se laisser abattre : elle surmontera toutes les épreuves et éclaircira les circonstances qui ont mené à la mort des siens, parole de sorcière !




L'avis de Phooka:



Assia est une jeune femme dynamique et pleine d'entrain qui rentre chez elle après 8 ans d'absence. 8 ans pendant lesquels elle n'a eu aucune nouvelle de sa mère et de sa tante, sa seule famille proche. Arrivée devant la demeure familiale, elle y apprend le décès des deux. Décès ayant eu lieu peu de temps après son entrée dans l'internat de son école. Pas étonnant qu'elle n'ait jamais eu de nouvelles de sa famille. C'est le notaire, Henri, qui lui apprend la nouvelle. Elle hérite de la grande maison, dont elle ne sait trop que faire.  Elle a besoin d 'argent, étant sans ressource, et aimerait la vendre mais ce n'est pas si simple ...

Assia est confrontée à la réalité de la société: trouver un petit boulot pour remplir le frigo, mais une deuxième réalité lui tombe dessus de façon inopinée. Assia est une sorcière, comme sa mère et sa tante avant elle et son rôle est de régler tous les petits (ou gros) problèmes de sa ville de la façon la plus discrète possible. Discrète veut dire aussi qu'elle n'en tire aucun bénéfice, surtout pas pécuniaire, ce qui n'arrange pas ses affaires. D'autant plus que sorcière c'est bien joli, mais elle n'y connaît rien et va devoir apprendre tout toute seule ou presque. Presque, parce qu'Henri et deux amies "d'un certain âge", Constance et Hélène avaient aidés sa mère et sa tante en leurs temps et sont prêts à lui apporter la même aide.

Au début du roman, mon sentiment était un peu mitigé. Je dois reconnaître que j’avais peur de lire "encore" un de ces romans YA, avec une jeune femme et un beau jeune homme , des pouvoirs magiques etc ... (oui je sais je n'ai pas encore parlé du beau jeune homme, Alec de son prénom, et je vais y revenir, un peu de patience!). Il faut dire que j'avais un peu de mal à imaginer qu'une gamine de 10 ans, placée dans un internat puisse ne pas avoir de nouvelles de sa famille pendant 8 ans et revenir la bouche en coeur sonner à la porte à la fin de ses études sans se poser de questions. De la même façon, elle semble redécouvrir la maison comme si elle ne l'avait jamais vue, or à 10 ans on garde quand même des souvenirs de là où on  a vécu même si on n'y est pas retourné. Bref, oui je l'avoue, j'ai eu peur ! Peur qui s'est accentuée à l’apparition d'Alec (oui, oui, on va y arriver au beau gars!). Beau gars donc, musclé, bronzé, charmant, vous voyez le portrait quoi. Assia tombe immédiatement sous le charme, c'est réciproque, une fois oui une fois non. Là, j'ai eu encore plus peur car Alec n'apportait rien à l'histoire ... juste que sa présence m’agaçait.

Et puis le récit se met en place. On comprend pourquoi Assia n'a aucun souvenir de sa maison, pourquoi elle ne s'est pas posé plus de questions pendant 8 ans. Pourquoi tout le monde trouve ça normal et surtout on commence à entrevoir le rôle d'Alec dans cette histoire. Et à partir de ce moment, le récit prend son envol et les pages tournent à toute allure.

Assia est une jeune femme très attachante, qui n'a pas les deux pieds dans le même sabot roller. Grande sportive, elle court, elle grimpe, elle patine. Elle est très active, elle sait comment pirater des ordinateurs, bref c'est une fille moderne loin des clichés de sorcière. Elle est plutôt jolie évidemment, mais pas non plus "à tomber". Une femme presque normale donc, qu'on a l'impression de côtoyer à l'instar d'une "copine". On suit son parcours et son apprentissage de sorcière avec un vif intérêt.
Le récit est bien rythmé, le style est agréable, beaucoup de suspense et passées mes hésitations du début, j'ai pris beaucoup de plaisir à ma lecture. Nul doute que je serai de la partie pour en lire la suite. 

Sorcière malgré elle, est un roman d'urban fantasy assez classique dont les personnages principaux sont attachants, et les secondaires très réussis. D'ailleurs pour ma part, je les apprécie énormément, ils sont la petite touche qui rend le livre encore plus intéressant. Le suspense est toujours présent, le mystère aussi et d'ailleurs à la fin de ce tome on a soulevé qu''une toute petite partie du voile, ce qui rend la frustration intense et donne envie de connaître la suite au plus vite. Bref, un très agréable moment de lecture et de détente.



jeudi 25 février 2016

LE SECRET DE L'INVENTEUR 2 de Andrea Cremer



LE SECRET DE L'INVENTEUR

# 2  

L'ÉNIGME DU MAGICIEN



Éditions Lumen
370 pages
15 euros


4 ème de couv :




Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d’Amérique…

Après l’explosion des Catacombes, le seul foyer qu’elle ait jamais connu, Charlotte est contrainte de mener sa petite troupe de résistants à l’oppresseur anglais, parmi lesquels une dizaine d’enfants, vers La Nouvelle-Orléans. Désormais leader du groupe, elle se retrouve face à des choix difficiles pour préserver la vie de ses jeunes protégés, mais continue de voir en Grave, malgré sa force herculéenne et ses origines inquiétantes,
un allié et un ami.

L’Empire fera tout pour les empêcher de rallier le quartier général de la Résistance, où les attendent
son frère Ashley et Jack, qu’elle tient désormais pour un traître… et c’est sans compter les stratagèmes de Nicodème, un puissant mage, et du capitaine du célèbre Persée, un flibustier français aux intentions troubles. Mais le danger ultime pourrait bien venir de la propre mère de Charlotte : leader de la rébellion, elle semble décidée à faire de Grave le premier des membres d’une invincible armée !

Deuxième tome du Secret de l’inventeur, L’Énigme du magicien poursuit la nouvelle trilogie steampunk d’Andrea Cremer, l’auteur du best-seller international Nightshade, plusieurs fois classée dans les listes des meilleures ventes du New York Times. Monstres d’acier, magie vaudou et automates maléfiques, elle a su tisser un univers d’une grande richesse où brille une héroïne née pour mener la lutte !




L'avis de Dup :

Tout d'abord je souhaite faire un aparté concernant la couverture de ce roman. C'est tout simplement une splendeur, elle est aussi belle sinon plus que celle du tome 1 que vous pouvez aller admirer ICI. Et encore l'image que vous avez sous les yeux et bien en dessous de la vraie que j'ai entre les mains. Je suis donc ravie d'accueillir ces livres dans ma bibliothèque.

Le tome 1 avait valu un immense coup de cœur et c'est donc avec beaucoup d'impatience et de fébrilité que j'attendais cette suite. J'ai été ravie de retrouver Charlotte et son monde, même si je n'ai pas trouvé le même engouement qu'au premier opus. Oh je vous rassure, c'était juste une impression diffuse, comme si j'en attendais plus. Or il y a déjà beaucoup, beaucoup de choses dans ce nouveau volume. 

Les personnages évoluent et notamment Charlotte . C'est une ado propulsée dans l'âge adulte, endossant le rôle de leader avec la responsabilité de toute une troupe qu'elle doit mener à la Nouvelle-Orléans. Elle se retrouve souvent confrontée à des prises de position difficiles. Côté cœur, le triangle amoureux est toujours présent et ses hésitations entre Jack et Coe sont un poil agaçantes. Oui, je n'aime toujours pas ces situations... Heureusement elle va très vite mettre de côté ses sentiments et ses interrogations pour prendre en charge Grave qui semble devenir une pièce maîtresse du bras de fer entre Britania et la Résistance. Or Charlotte veut voir en lui un être humain avant tout, malgré les mystères de sa création. 

L'intrigue quant à elle est entièrement développée dans le résumé présent sur la quatrième de couv', donc inutile que je revienne dessus. Andrea Cremer la déroule avec une écriture fluide et agréable. L'action est toujours présente et les rebondissements parsèment le récit de suspense. Le tout rend la lecture addictive et passionnante. 

L'univers décrit par l'auteur s'enrichit de plus en plus, le côté steampunk est bien présent et délectable. J'ai adoré découvrir les coulisses du système de défense de la ville de la Nouvelle-Orléans. L'imagination de l'auteur s'envole à nouveau et ce n'est que du bonheur. Dans un même volume elle nous fait côtoyer la vie précieuse est délicieusement rétro de ce passé alternatif, avec la vie sauvage et pleine de magie vaudou dans les méandres du bayou. Et comme cela ne suffisait pas pour nous en mettre plein les mirettes, Andrea Cremer nous fait découvrir le monde de la flibuste en nous embarquant à bord d'un navire gouverné par un pirate haut en couleurs. Elle nous offre un final époustouflant qu'on ne peut lire qu'en apnée. J'ai refermé ce roman trempée d'embruns,dégoulinante et pourtant essorée. Quelle fin, mais quelle fin !!! wow ! 

Et même si j'ai trouvé cet opus un poil en dessous du premier tome, le final concocté par l'auteur a gommé dans mon esprit les quelques aspects qui m'avaient chiffonnée et j'en fais quand même un coup de cœur. Cette série est un véritable trésor proposé par les Éditions Lumen, passionnant et magnifique. J'ai hâte d'avoir le troisième volume de cette trilogie pour l'admirer et le lire.



mercredi 24 février 2016

Sortie de Un prisonnier modèle




Sonatine Éditions
Février 2016


Le pitch :

Joe Middleton s’est tiré une balle dans la tête. Par malheur, il s’est raté et a atterri à l’hôpital, escorté par une horde de policiers qui se demandent déjà s’ils n’auraient pas mieux fait de l’achever discrètement. Peut-être en effet auraient-ils dû.

Un an plus tard, Joe est toujours derrière les barreaux d’un quartier de très haute sécurité, accusé d’une série de meurtres plus horribles les uns que les autres. En attendant son procès, qui doit s’ouvrir quelques jours plus tard, il s’apitoie sur les vicissitudes de sa vie de détenu et tente encore de se faire passer pour un simple d’esprit auprès des différents experts en psychiatrie.

Mais pour ceux qui connaissent mieux Joe sous le nom du Boucher de Christchurch, seule une mort rapide est souhaitable. À commencer par son ex-complice qui compte bien le faire abattre avant son entrée au tribunal ; Raphael, le père d’une de ses victimes, qui veut plus que tout au monde voir Joe payer ses crimes ; ou encore Carl Schroder, l’ancien policier qui a arrêté le tueur en série…


Après Un employé modèle, le Boucher de Christchurch revient pour sauver sa peau.


Le mot de l'éditeur :

La suite d’Un employé modèle : du Cleave… pur sang ! Des scènes violentes qui secouent, un humour férocement noir, une intrigue aux multiples rebondissements. Que les âmes sensibles s’abstiennent… et que les autres plongent avec délices dans ce récit inoubliable où notre serial killer préféré devient à son tour une cible. Jubilatoire !



mardi 23 février 2016

L'ASSASSIN QUI RÊVAIT D'UNE PLACE AU PARADIS de Jonas Jonasson




Date de Parution : 18 février 2016

Éditeur : Presses de la Cité

Nombre de pages : 480

Prix : 22,00€

Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s'associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d'un homme de main ? Dédé accourt ! Per et Johanna, eux, amassent les billets. Alors, le jour où Dédé découvre la Bible et renonce à la violence, ses deux acolytes décident de prendre les choses en main et de le détourner du droit chemin... 


Après son vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, son analphabète qui savait compter, c'est à un malfrat repenti que Jonas Jonasson donne une seconde chance. Déjanté !




L'avis de Phooka:


J'avais envie de changer d'air. De lire un peu autre chose, quelque chose de sympa et qui ne soit pas "imaginaire". Du coup, j'ai tenté ma chance chez Babelio pour découvrir cet assassin peu commun. Je n'ai pas lu le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire du même auteur, mais on m'en avait dit du bien.

L'assassin, c'est Johan Andersson, plus connu sous le nom de Dédé le meutrier. Dédé c'est un cas. Il a tendance à boire un peu trop voire à consommer certaines substances illicites. Et quand il est sous l'emprise de l'alcool, il vaut mieux ne pas lui chercher des noises car ça se termine mal. C'est comme ça qu'il a passé la plupart de sa vie en prison. A chaque fois qu'il en sortait, il retombait sur quelqu'un qui le "contrariait", le tuait et retournait illico à l'ombre. Au bout de trois, Dédé décide qu'il arrête la picole. Du moins il arrête le vin, parce que la bière, ça c'est pas de l'alcool.

Dédé loge à la pension La pointe de terre, un ancien bordel transformé en hôtel miteux. Per Persson en est le réceptionniste. Per Persson, quel nom hein ? Un peu comme Jonas Jonassson ...
Per est un raté, toute sa famille est ratée depuis que son arrière grand-père a fait faillite dans le commerce des chevaux. Il vivote péniblement, logeant dans une chambre minable attenante à sa loge.
Il sait qui est Dédé et le traite avec respect et peur, il n'a pas envie de finir six pieds sous terre. D'ailleurs il n'ose même pas lui demander le prix de la chambre qu'il occupe ...

Alors que Per s'octroie une pause sur un banc du jardin public à côté de l'hôtel, il fait connaissance de Johanna, une femme pasteur ... virée en plein prêche. Depuis elle traîne à la recherche de nourriture et d'un toit.

Ce trois-là vont s'associer. La tête et les jambes. La tête, ou plutôt les têtes, ce sont Per et Johanna. Ces deux-là en veulent au monde entier. Ils vont gérer Dédé. Le boulot? Casser des jambes et des bras sur contrat. Dédé tape, les autres encaissent les contrats. 20% pour eux, le reste pour Dédé.
Une affaire florissante, une fois que la pub est faite. Jusqu'au jour où Dédé est touché par la grâce divine. Il découvre la Bible et ses messages et décide de renoncer à la violence. Voilà qui n'est pas du tout pour plaire aux deux associés.

Un roman déjanté, dans lequel il ne faut rien prendre au sérieux. C'est original et léger, mais ...
Mais, en ce qui me concerne, je me suis ennuyée. Le rythme est beaucoup trop lent et je n'ai pas accroché. Je ne pense pas que cela vienne de la qualité du roman, c'est sans doute plutôt dû au fait que ce n'est pas mon style de lecture. Dommage parce que si on entre dans l'histoire, je pense qu'on passe un bon moment. Ce n'est juste pas pour mon goût.





lundi 22 février 2016

LES OMBRES INNOCENTES de Guillaume Audru




Éditions du Caïman
280 pages 
13 euros



Le pitch :

Massif central, été 2013. Un vieillard est retrouvé hagard sur une route de Corrèze. Il a été frappé mais refuse de dénoncer ses agresseurs. Dans une ferme du plateau de l'Aubrac, une femme âgée, pendue à un croc de boucher de sa propre ferme, est découverte par son fils. Dans une clinique psychiatrique proche de Clermont-Ferrand, une femme oubliée de tous hurle sa haine. Trois affaires sans lien apparent. Trois personnes dont la vie va basculer. Matthieu Géniès, journaliste dans un canard de Corrèze. Serge Limantour, gendarme revenu de tout. Jeanne Roussillon, aide-soignante qui, jour après jour, tente de comprendre le mal qui ronge sa patiente.


L'avis de Dup :

Changement de décor pour ce deuxième roman de Guillaume Audru. Ce n'est plus une île au nord de l'Écosse, mais bien en France qu'il nous situe son intrigue. La Creuse, la Lozère, le Puits de Dôme... la France profonde, la france rurale, désertée, isolée, pour ne pas dire sinistrée. Si le décor change, ce n'est pas le cas de l'ambiance et le côté oppressant de ces zones dépeuplées est parfaitement bien rendu encore une fois. L'auteur va nous faire suivre quatre personnages qui, à priori, n'ont rien en commun, et qui bien sûr au fil des pages vont converger en suivant les fils de son intrigue.

- Héléna Roussillon, une jeune aide soignante dans une clinique psychiatrique a encore fougue et passion pour son métier. Elle prend fait et cause pour une patiente, Lucie, que le reste de l'équipe aimerait bien oublier en l'assommant de médocs. Elle aimerait faire plus pour sa patiente. Elle sera mise à pied. Erreur de la hiérarchie car tel un pit-bull elle ne lâchera pas l'affaire...

- Elie Sarrabé, commissaire à la retraite qui reprend son bâton de pélerin suite à un fait divers lu dans le journal ayant eu l'effet d'un électrochoc. Des souvenirs reviennent et avec eux des remords. Il a besoin de savoir et va mettre le journaliste Matthieu Géniès auteur de l'article sur une piste autrement plus sérieuse qu'un simple tabassage. Les motivations premières d'Elie ne sont pas dévoilées tout de suite et le lecteur ne sait pas sur quel pied danser vis à vis de ce personnage. Pourquoi impliquer Géniès ? Il sait des choses, ne joue pas cartes sur table. Ancien ripoux ?

- Quant à Matthieu, c'est le personnage qui m'a semblé le plus naturel. Enfin un journaliste qui n'a pas les dents longues, pas à l'affût du scoop à tout prix, contrairement à tous ceux qu'on croise dans la littérature policière. Tellement d'ailleurs qu'il nous donne l'impression d'être un grand naïf, manipulé par Elie, puis Héléna. 

- Et enfin, Serge Limantour qui forme le duo de gendarmes avec Samira Boulmerka, appelés sur les lieux d'un meurtre sordide dans une ferme,sur le plateau de l'Aubrac. Serge est le personnage qui m'a le moins convaincu. Son côté addict aux cafés-clopes est tellement accentué qu'il fait passer au second plan tous ses autres traits de caractère et c'est dommage. Il y avait pourtant un bon potentiel à développer avec sa coéquipière Samira, une bleue en formation.

Vous révéler le sujet principal de ce roman policier serait gâcher la surprise qui est de taille et qui se dévoile sur la fin seulement. Mais il faut quand même que vous sachiez que ce polar a pour but, en plus de nous divertir, de dénoncer un gros scandale de la Vème république qui a été consciencieusement étouffé. "On ne nous dit pas tout !" n'est-ce-pas... édifiant ! Guillaume Audru nous avait prouvé avec L'île des hommes déchus qu'il pouvait jouer dans la cours des grands, c'est confirmé ici. Il domine le roman choral, un genre que j'apprécie particulièrement, et que je conseille aux amateurs. 


Les éditions du Caïman ayant eu quelques déboires avec son distributeur récemment, pour commander ce livre il vaut mieux passer directement par leur site : ICI


Et cette lecture sera pour le challenge de la Licorne !





vendredi 19 février 2016

ROGER ET SES HUMAINS tome 1 de Cyprien Iov et Paka





Editions Dupuis
15.50 euros
88 pages
sortie le 20 novembre 2015






Hugo est un jeune homme de son temps, accro à Internet et aux jeux vidéo, entre deux petits boulots. Il voit sa vie soudainement bouleversée le jour où il trouve dans son salon un robot doté d'une intelligence artificielle.
Baptisé Roger, celui-ci a pour principale caractéristique une incapacité totale à mentir, en plus d'une curiosité aiguisée pour le mode de vie si curieux des étranges créatures qui partagent désormais sa vie.

Le célèbre youtuber et phénomène web Cyprien Iov s'offre une première incursion dans le monde de la BD, avec cet album émaillé de vannes vachardes et relevé d'une pointe de nonsense des plus réjouissants.
Accompagné de Paka au dessin, il livre ici une aventure qui met aux prises un robot en cavale avec des humains plus imparfaits les uns que les autres, en un cocktail détonnant et furieusement efficace, qui mêle chroniques de la génération Y, humour grinçant, références geeks, action et espionnage. Divisé en strips de trois cases qui peuvent se lire indépendamment, mais forment également une histoire complète et un univers cohérent, cet album est le premier d'une nouvelle série à suivre de très près !






L'avis de Phooka:



Si vous avez un ado dans la famille, alors vous connaissez forcément Cyprien Iov. Le Cyprien de youtube, de Cyprien gaming etc ...
Du coup, impossible de ne pas acheter cette BD dès le jour de sa sortie sous peine de subir les foudres du ou des dits ado de la maison.

Il faut savoir quand même que Cyprien dessine très bien, mais que pour cette BD il en a écrit le scenario. C'est Paka qui illustre.






Roger, c'est un petit robot qui un beau jour fait irruption dans la vie d'un jeune couple très ordinaire. Personne ne sait comment il est arrivé là et il s’intègre dans la vie de tous les jours naturellement. Sauf qu'évidemment Roger n'a pas la langue dans sa poche et ne va pas se priver de dire tout ce qui lui passe par la tête, enfin par le processeur ! Il observe la vie de "ses humains" avec beaucoup d'ironie.





Ce qui est étonnant avec cette BD, c'est qu'elle est un peu inclassable. Au début j'ai cru que c'était "juste" une BD d'humour et une vision de notre façon de vivre "moderne" avec ses failles et ses aberrations. Puis lentement on bascule vers de l’espionnage et de l'action. Le rythme s’accélère et le ton change. Et c'est ma foi fort agréable.

Le tout est servi par un dessin moderne et "simple" qui ne se perd pas dans les détails et va droit au but.

L'ensemble en fait une BD très réussie. J'avoue en être la première surprise, non pas que je ne fasse pas confiance à Cyprien Iov, mais enfin si un peu quand même avouons le. J'avais un peu peur qu'il ne surfe trop sur son succès de youtubeur et que ce dernier suffirait à lui assurer les ventes de cette BD ...

Que nenni, je dois faire mon mea culpa et vous assurer que ce Roger et ses humains a une belle place à prendre dans votre bibliothèque. Une BD à mettre dans toutes les mains, que ce soient celles de votre ado (qui l'a déjà lue c'est sûr) et surtout dans celles de ses parents, comme ça vous aurez au moins un sujet de discussion! :)



Et puis finalement pourquoi ne pas laisser Cyprien vous en parler lui -même:

jeudi 18 février 2016

PROMENEZ-VOUS DANS LES BOIS de Ruth Ware




Enfin, le vrai titre est :

PROMENEZ-VOUS DANS LES BOIS...
pendant que vous êtes encore en vie



Éditions Fleuve Noir
377 pages
20,90 euros


4ème de couv :

Il était une fois une maison en verre perdue au fond des bois.
Quatre filles. Un garçon. Et une future mariée.
Qui se mirent à jouer à "Action ou Vérité".
La Vérité ? Un mensonge.
L'Action ? Un meurtre.



L'avis de Dup :

Leonora ou Nora pour ses proches est maintenant écrivain. Cela fait dix ans qu'elle s'est  coupée de ses proches en allant vivre à Londres, pour fuir un passé dont on ne sait rien si ce n'est qu'il est douloureux. Elle ne revoit que Nina de temps à autre, qui est elle aussi basée dans la capitale anglaise. Nina, Clara et Nora ont passées les années de collège et de lycée ensembles.

Lorsqu'elles reçoivent cette invitation à l'enterrement de vie de jeune fille de Clara, elles ont en commun un grand manque de motivation à y aller. Mais surtout, c'est la consternation pour Nora. Pourquoi donc Clara souhaite-elle sa présence alors qu'elles n'ont plus échangé un mot depuis son départ ? Même si elles étaient les meilleures amies du monde, elles se sont quittées pas franchement en bons termes. Finalement, mues par la curiosité plus qu'autre chose, elles acceptent. 

Et là, maintenant que j'ai lu ce roman, la petite phrase agaçante que l'on m'a rabâchée enfant explose dans ma tête : La curiosité est un vilain défaut ! 

Les lieux : une maison en verre isolée au milieu d'une sombre forêt dans le nord de l'Angleterre. C'est l'hiver, les jours sont courts et la nuit tombe très vite, surtout dans ces grands bois. 
Les convives : ils ne se connaissent pas ou peu, comme si on avait réuni différents pans de vie de Clara, la future mariée. 
L'ambiance, je vous la pose en quelques phrases : Pas de réseau pour les téléphones et une ligne fixe qui marche quand elle veut, c'est-à-dire pas souvent. L'impression d'être épié car il n'y a aucun rideau devant toutes ces baies vitrées et dehors il fait toujours sombre. Des traces de pas dans la neige autour de la maison découvertes le premier matin. Un jeu style Action ou Vérité qui ressemble plus à un règlement de comptes et qui fait mal. Une séance de spiritisme glauque à souhait... 

Nora se rend donc à ce weekend festif avec Nina. L'ambiance, juste bizarre au début est de plus en plus tendue et très vite elle n'a qu'une envie, faire demi-tour. Encore plus quand elle comprend pourquoi elle a été invitée... mais cela, bien sûr je ne vous le dirai pas. Puis elle se réveille à l'hôpital, contusionnée et amnésique. D'une conversation qui ne lui ai pas destinée, elle apprend qu'il y a eu un accident et un meurtre. Qui est le mort ? Qui est l'assassin ? 

Avec une écriture fluide et agréable, Ruth Ware déroule son intrigue dans un va-et-vient incessant entre le présent, le passé proche et le passé remontant à dix ans. Un excellent piège à lecteur qui fait qu'une fois démarré, vous ne pouvez plus reposer ce livre. Il nous faut savoir, comprendre et le suspense est maintenu jusqu'à la fin, le sentiment de malaise aussi. Et même s'il ne sera pas inoubliable, ce livre est un premier roman, et pour moi c'est un auteur à suivre, au moins jusqu'au second. Un huis clos efficace que je conseille aux amateurs du genre.


J'entame donc la session 3 du Challenge de la Licorne :

4 thrillers ou polars pendant les mois de février et mars.



Et d'un !


mercredi 17 février 2016

GpP 2015 : Attribution des lots






Petit aparté avant de dérouler la kikagagnékoi :

Une personne n'ayant pas répondu à l'appel du choix malgré le mail d'annonce puis le mail de relance, il nous restait un livre à distribuer. Nous avons décidé de l'attribuer à la première personne n'ayant rien gagné et ayant commenté le billet des résultats du tirage au sort.

Il s'agit donc de Lady K qui intègre la liste des zeureux zélus !



KIKAGAGNÉKOI :



Jean-Sébastien 
Claire 
François M.





Chrystel 
Anaïs 
Lady K





Mylène 
François F.





Rachel
Louve





Myiu
Marie juliet





Acro





Sia
Bouchon





Julie 
Bruno
Agathe 
Voz'





Estelle
Jason





Wal
Maureen
Aurélie




2 Super 8 2015

Wilhelmina
Aely Nath
Paikanne
Nathalie
Cajou






Andrée la papivore






Snow






Katycat







Norbert






Chica






XL



Un grand bravo à vous !
Il nous reste à remercier dans l'ordre :
Pocket, Bragelonne, Mnémos, Le livre de poche, Fleuve, Super 8, ActuSF et Scrinéo.
sans qui tout cela n'aurait pas été possible.
Merci, merci, merci,
et à l'année prochaine à tous !!!


mardi 16 février 2016

ALIVE de Scott Sigler




The Generations: Livre 1





Editions Lumen
462 pages
15 euros
sortie le 11/02/2016







Em se réveille dans les ténèbres, seule, entravée dans un espace confiné qui ressemble à un sarcophage. Elle sait que c’est le jour de son anniversaire mais… c’est tout. Elle ne se rappelle ni son nom, ni ce qu’elle a fait la veille, ni le visage de ses parents. Elle n’y comprend absolument rien. Lorsqu’elle parvient, à force de volonté, à se libérer de ce piège, elle découvre, autour d’elle, onze autres cercueils, dont certains occupants sont encore en vie. Une initiale et un nom de famille sont gravés sur chaque sarcophage.

La jeune fille prend la tête du petit groupe d’adolescents – qui pensent tous avoir douze ans, mais qui en paraissent plutôt dix-sept – et découvre un labyrinthe de couloirs poussiéreux, constellés par endroits d’ossements. Se trouvent-ils sous terre ? Y a-t-il d’autres survivants ? Comment trouver eau et nourriture ? Et surtout : qui sont-ils, quels sont ces étranges symboles qui marquent leur front, comment se sont-ils donc retrouvés là ?









L'avis de Phooka:


La météo annonce un avis de tempête et bien moi je vous annonce un avis de coup de cœur. Et un énorme en plus, alerte rouge !

Pourtant au départ, le pitch me disait moyen, ça avait l'air sympa oui mais pas transcendant non plus. Et puis j'ai ouvert le livre et là, les pages m'ont sauté à la figure. Impossible de reposer le roman, je voulais savoir, je voulais comprendre ...

Je voulais comprendre qui était Em, cette jeune fille partiellement amnésique qui se réveille dans une sorte de cercueil, qui lutte pour en sortir, qui pense avoir 12 ans et qui en a en fait 17 ou 18 ...

Em, qui va découvrir d'autres cercueils comme le sien et aider d'autres jeunes à en sortir aussi. Comme elle, ils ont 17 ans et pensent en avoir 12. Comme elle, ils ne se souviennent pas de qui ils sont, pas même de leur nom, ils ne savent pas d'où ils viennent, ni pourquoi ils sont là.

D'ailleurs où sont-ils?

Alors commence la longue exploration des lieux, les rencontres avec d'autres jeunes comme eux. La lutte pour le pouvoir, la recherche de l'eau , de la nourriture et surtout ... de la sortie.
Chaque jeune à un symbole sur le front, une sorte de cercle avec, selon les cas, des motifs à l'intérieur. Les cercles croix semblent être des guerriers nés, d'autres sont plus pondérés, ou plus intelligents, mais personne ne connait la signification de ces marques.
Le cercle de Em est vide ...

Ces jeunes sont perdus, ils ont besoin d 'un leader. Bishop, un cercle croix, est capable de mener une armée, mais Em sent qu'elle a un rôle à jouer, sans compter les autres ...
O'Malley, plus calme, toujours prêt à aider Em, mais au comportement étrange parfois ...
Aramosvki lui, pense que tout cela est l'oeuvre d'un dieu qui les met à l'épreuve.
Spingate, elle est un petit génie.

Comment connaissent-ils leurs noms puisqu'ils sont amnésiques me direz-vous? Simple. C'était écrit sur le "cercueil". D'ailleurs Em, c'est son prénom du moins, la première lettre M. Savage.

La lutte pour la survie, doublée de la lutte pour le pouvoir. Les deux sont liées et vont vous entraîner à la suite de cette bande d'ados. croyez-moi vous aller dévorer les pages, frémir, avoir la trouille, trembler, reposer le livre en vous disant "non ce n'est pas possible" et puis vous allez replonger. Une lecture en apnée peuplée de courses effrénées, de monstres, de disputes, de violence et de découvertes ...

Je n'en dis pas plus pour que vous gardiez la surprise, ça fait partie intégrante du plaisir à lire ce roman. Adepte du suspense, de la science fiction ou du fantastique, vous trouverez tous votre plaisir avec ce roman.  Et s'il constitue le "livre 1", il n'en est pas moins un récit plein et complet. J'espère grandement en lire la suite un jour. j'aimerais vraiment retrouver Em et les autres. Je me suis attachée à eux.

Une très belle surprise que ce Alive. Un énorme coup de coeur. Mais que faites-vous encore devant cet article, vous devriez courir chez votre libraire préféré pour vous le procurer. Sérieusement, j'adore, lisez-le !!


lundi 15 février 2016

LÉGION # 2 - À FLEUR DE PEAU de Brandon Sanderson


À FLEUR DE PEAU

LÉGION # 2


Éditions Livre de poche
222 pages
6,10 euros
Traduction : Mélanie Fazi


Résumé :

Stephen Leeds, surnommé "Légion", est un homme aux capacités mentales singulières lui permettant de générer une multitude d'avatars : des hallucinations aux caractéristiques individuelles variées et possédant une vaste gamme de compétences très spécifiques. Leeds est investi d'une nouvelle mission : retrouver un corps qui a été dérobé à la morgue locale. Il ne s'agit pas de n'importe qui. Le cadavre est celui d'un pionnier dans le domaine de la biotechnologie expérimentale, un homme qui travaillait sur l'usage du corps humain en tant qu'espace de stockage. Il se peut qu'avant sa mort il ait incorporé des données dans ses propres cellules. Ce qui pourrait se révéler dangereux...


L'avis de Dup :

Encore une fois, j'ai fait tout à l'envers. Lorsque je me suis proposée pour lire et chroniquer ce livre, j'étais persuadée que c'était une réédition du tome 1. Stephen Leeds est un personnage à part, disons pas comme les autres. Mais bon, c'est Brandon Sanderson à la plume n'est-ce pas, donc il ne fallait pas s'attendre à autre chose. D'une intelligence hors du commun, il apprend énormément de choses à une vitesse stupéfiante. Mais il ne peut garder tout ce savoir en lui, comme s'il n'y avait pas assez de place, donc il se créé des hallucinations, des personnages fictifs dans lesquels il déverse toute sa connaissance. Mais ces "aspects" comme il les appelle sont réels pour lui. Il s'en entoure, vit avec eux, échange, interagit. Bien sûr il passe pour un grand déséquilibré et fait le bonheur de tous les psychiatres et psychologues qui paieraient cher pour pouvoir l'analyser. Mais un grand déséquilibré respecté malgré tout car son intelligence et sa connaissance sont illimitées .

L'idée de base est complètement déjantée et comme d'habitude avec Sanderson, c'est du pur plaisir. Les situations sont cocasses et j'ai explosé de rire plus d'une fois. Stephen Leeds dont le surnom Légion colle à merveille ( extrait du résumé du tome 1 : « Mon nom est Légion, parce que nous sommes nombreux. » Ainsi parle le démon dans l’Évangile de Marc.), est appelé pour résoudre une enquête : un vol de cadavre à la morgue. Un cadavre qu'il faudrait retrouver de toute urgence parce qu'il recèlerait des données dangereuses pour l'humanité. L'idée là aussi est complètement farfelue, mais je vais vous laisser le plaisir de la découvrir par vous-même. Il est fou cet homme-là, si si, je vous assure !

Mais quel plaisir il procure à ses lecteurs ! Pour enquêter, il va s'entourer de quelques-uns de ces aspects. Mais avant, il a besoin de faire un méga brain storming, et pour cela il réunit tout le monde dans sa pièce blanche. 
"Je possède beaucoup d'aspects. Quarante-sept, plus précisément, en comptant Arnaud qui nous a rejoint le dernier. J'ai rarement besoin de la totalité d'entre eux. En réalité, c'est épuisant d'en imaginer plus de quatre ou cinq à la fois et je ne peux pas le faire sur une période trop longue. Cette limite est l'un des points qui passionne mes psychologues. Un psychotique qui trouve plus fatigant de créer son monde imaginaire que de vivre dans véritable ?" 
Ensuite, il part sur le terrain, avec quelques-uns de ses aspects, qu'il trie sur le volet en fonction des aptitudes de chacun qui seraient susceptible de lui être utile. S'en suit des situations rocambolesques, surtout lorsqu'il doit interagir avec de vrais personnages,.. Heureusement, Audrey l'aspect psychologue le seconde tout le temps, JC l'aspect garde du corps veille sur lui, etc...  Seulement voilà, la roublardise de l'ennemi qu'il traque va réussir à le séparer physiquement de ses aspects et... je me tais et vous laisse découvrir le court récit mise en place par Brandon Sanderson qui vaut son pesant de cacahuètes.

Ce court roman me fait l'effet d'une récréation pour l'auteur, d'une pause pleine d'humour qui lui permet de se détendre et décharger son trop plein d'imagination entre deux œuvres majeures, telles que Fils-des-Brumes ou Les Archives de Roshar. Et bien, vous savez quoi ? On ne va pas s'en plaindre parce que c'est plus que divertissant !



samedi 13 février 2016

En février 2016 chez Fleuve Éditions




PROMENEZ-VOUS DANS LES BOIS...
pendant que vous êtes encore en vie

Ruth Ware


sortie le 11 février
384 pages


Est-il besoin du pitch ? Sérieux, déjà rien que le titre me botte ! Vous rajoutez à ça ces toiles d'araignées et j'ai déjà des frissons !
Bon, allez, parce que c'est vous :

Le pitch :

Dans la nuit noire du Northumberland, derrière la façade de verre d'une maison isolée, l'enterrement de vie de jeune fille bat son plein. Ils sont cinq autour de la table basse, imbibés d'alcool. La séance de spiritisme va pouvoir commencer. Mais derrière les sourires convenus, Nora peine à cacher son malaise, tandis qu'une cascade de questions lui torture le cerveau. Que fait-elle là ? Pourquoi a-t'elle été invitée ? Et surtout, pourquoi a-t'elle acceptée de venir ? Voilà dix ans qu'elle n'a pas vu Clare, la reine de la fête, son ex-meilleure amie du lycée. Dix ans de non-dits, de rancune et de souffrance. Comment faire comme si de rien n'était ? Dans la nuit noire du Northumberland, il n'y a pas que la lune blafarde au-dessus des cimes sombres. Il n'y a pas que le silence angoissant de la forêt. Il y a aussi le fusil sur la cheminée. Quelques heures plus tard, Nora émerge du coma à l'hôpital, couverte de sang et d'ecchymoses. Un policier devant sa porte parle de meurtre. Quel meurtre ? Elle a beau faire appel à sa mémoire, aucun souvenir ne lui revient, c'est le néant. Mais que c'est-il passé ? La vérité se trouve au fond des bois, au fond de ces pages...

Et bien moi je dis Miammmm !
Et j'espère bien vous en parler bientôt.




vendredi 12 février 2016

LE DERNIER ROYAUME Acte IV de Morgan Rhodes



 Acte IV Les déferlantes de givre



Editions Michel Lafon
15.95 euros
457 pages
Sortie le  11/02/2016





La guerre pour la possession de Mytica et de sa magie fait rage. Roi déchu, empereur cruel, princesse rebelle, héritier tous sont prêts à verser jusqu'à la dernière goutte de leur sang afin de régner sur cette terre sacrée.

Cléo : de nouveau privée de son trône, pris de force par Amara grâce à la magie qu'elle a volée, la princesse devra faire preuve d'imagination et d'énormément de courage pour protéger son peuple des envahisseurs.

Magnus : au coeur d'un royaume plongé dans le chaos, tiraillé entre sa jeune soeur en danger de mort et ses nouveaux sentiments pour Cléo, le prince d'acier est de nouveau déchiré entre l'amour et le devoir.

Lucia : enfin vengée de la mort cruelle de son premier et unique amour, elle s'allie au dieu du Feu et fomente avec lui la plus sinistre des vengeances.

Jonas : après avoir échappé de justesse à la mort, il est de nouveau réuni avec la princesse Cléo. Et il est prêt à tout pour l'aider dans sa quête des Quatre Soeurs, les cristaux capables de déchaîner sur Mytica la puissance des éléments.


L'avis de Phooka:


Cléo, Magnus, Lucia, Jonas, tels sont les noms sur la quatrième de couverture. Mais il faudrait rajouter Amara, Lysandra, Nerissa, Nic, Felix et bien d 'autres encore ...

Cette série est un florilège de personnages que le lecteur suit quasiment depuis le début. Des personnages auxquels on s'attache et qui, pour la plupart, ont tous des qualités et des défauts. Aucun n'est parfait, aucun n'est totalement méchant et aucun n'est à l'abri de disparaître non plus ...

On pourrait parfois avoir peur de cette histoire d'amour/haine entre Cléo et Magnus, mais le sujet est traité avec finesse et le contexte tout autour est tellement riche qu'on en oublie ces grosses ficelles. D'ailleurs je ne devrais pas parler de grosses ficelles, parce que justement ce que j'aime dans cette série c'est être surprise. L'auteur soumet ses héros à des traitements franchement pas sympathiques et souvent vraiment inattendus. C'est un vrai plaisir car le lecteur est sincèrement étonné. Pourtant la trame du récit est des plus classiques ... du moins en apparence.

Cette fois, le roi du sang, Gaius, le père de Magnus est parti rencontrer le roi du continent de Kraeshia, bien plus puissant que lui. Mais il a un stratagème pour le convaincre de ne pas attaquer son pays. En gros, il va lui donner ....

Évidemment Cléo et Magnus n'apprécient pas, mais qu'importe, de toute façon Gaius les a condamnés à mort depuis un moment pour trahison. Sympathique le papa (et beau-papa) non ? Mais rassurez-vous, il y a pire en la personne d'Amara, la fille du roi de Kraeshia. Plus machiavélique, vraiment je crois que je n'ai jamais vu. Pourtant, on l'a déjà vue à l'oeuvre dans le tome précédant, n'hésitant pas à sacrifier des proches dans son propre intérêt. Mais là elle a encore réussi à me surprendre... et pas en bien, croyez moi. J'ai eu des envies de meurtres, reposant mon livre et tournant dans la maison en me disant "non mais c'est pas vrai, elle n'a pas fait ça!". (Pour vous dire que j'étais à fond dedans hein! :))

Et puis il y a Lucia, l'enchanteresse, la soeur de Magnus, dont il est depuis toujours amoureux. Elle, elle se promène avec le dieu du feu, et croyez-moi celui là il vaut mieux éviter de le croiser.

N'oublions pas Jonas, ce révolutionnaire un peu raté qui a une fâcheuse tendance à échouer dans tout ce qu'il fait. Il va s'engager dans une alliance contre nature, mais tuer Gaius est toujours son but ultime et comme il n'est pas le seul à vouloir la mort du roi du sang ...

Bref, comme vous le voyez, ce roman regorge de personnages hauts en couleurs. Aucun n'est exempt de défauts, ni de qualités d'ailleurs et c'est ça qui rend la série tellement attachante. Évidemment les rebondissements sont nombreux, surtout avec autant de protagonistes. Évidemment le suspense est toujours présent. Évidemment j'ai dévoré ce tome en un clin d'oeil. Et évidemment maintenant j'en attends la suite avec impatience !

Cet acte IV est encore meilleur que les précédents. Jusque là j'avais toujours trouvé quelques longueurs, mais cette fois le rythme est effréné et le livre se lit à toute allure. Une superbe série de fantasy à mettre entre toutes les mains.


Si vous avez raté le début: