mardi 5 janvier 2016

VICTOR LONDON: L’Ordre Coruscant De Patrick Mc Spare





Editions Scrinéo Jeunesse
16.90 euros
293 pages
Sortie le 15 octobre 2015







1867, Londres. Orphelin âgé de treize ans, Victor London endure la triste vie des quartiers miséreux et s’évade en rêvant aux aventures d’Oliver Twist, son héros préféré.

Quand de redoutables inconnus l’enlèvent, la réalité dépasse soudain la fiction.

Dans l’Angleterre Victorienne, sciences et techniques secrètes se confrontent à la sorcellerie. Otage d’une lutte sanglante, Victor va s’efforcer de survivre et croiser une galerie de personnages mystérieux… dont un autre Victor qui répond au nom de Hugo.

Le plus dangereux des voyages commence, pour Victor London.





L'avis de Phooka:


Coruscant: Du latin coruscans :« étincelant », « brillant »


Victor est un jeune orphelin malin et débrouillard. Un peu trop malin d'ailleurs car dans le monde de misère dans lequel il vit, ce n'est pas une bonne idée de se faire remarquer. Il attire l'attention malgré lui par son intelligence hors du commun. D'ailleurs il sait lire, ce qui n'est pas répandu en cette fin du XIX ième siècle dans les bas fonds de Londres. Et non seulement il sait lire, mais il y prend plaisir et Charles Dickens est sans doute l'homme qu'il admire le plus.

Lorsqu'il se fait enlever de son foyer minable, une workhouse, dans lequel il vit, il se croit un moment projeté dans la peau d'Oliver Twist. Peut-être qu'un généreux noble, va le prendre sous son aile et changer ainsi son destin ?

Malheureusement on est loin du compte ou loin du conte, c'est selon ...

Victor est en fait prisonnier d'une sorte de secte. Son "protecteur", Gothic, lui explique alors qu'il serait une sorte d'élu et que son QI hors norme en serait le signe. Il doit se méfier d'une autre secte, qui elle, voudrait utiliser les capacités de Victor à mauvais escient. Autre secte, qui va libérer Victor et lui expliquer tout le contraire ...

Victor est perdu et on le serait à moins à sa place. A qui doit-il faire confiance ? Le voilà tiraillé entre différents personnages, courant dans les rues mal famées de Londres et essayant de sauver sa peau. Victor en viendrait presque à regretter sa vie d'antan malgré toute sa misère.

Comme toujours Patrick McSpare nous plonge dans le contexte historique avec une aisance parfaite. Je dirais même qu'il nous entraîne avec lui dans son immersion vers le passé de plus en plus facilement au fil des romans. Il dépeint la ville de Londres et ses bas quartiers avec un réalisme confondant. Quant aux personnages et au contexte historique, ils sont plus vrais que nature. Mais Patrick McSpare ne se contente pas de nous détailler cette période de l'histoire, il y ajoute aussi sa touche personnelle, et de roman historique, Victor devient un roman quasiment steampunk. Le décor est planté et bien planté, il ne reste plus qu'à suivre les aventures trépidantes de notre jeune ami Victor. Oui j'écris jeune ami à dessein, car on se prend très vite "d'amitié" pour ce garçon tellement attachant.

Et si l'histoire s'arrêtait là, on aurait déjà un excellent roman jeunesse. Mais justement l'auteur ne s'arrête pas là et à plus de la moitié du livre, il nous change complètement de décor. Fini Londres, sa pluie et son brouillard et bienvenue dans les déserts de la Perse. Changement de décor pour le lecteur, qui a ainsi l'impression d'avoir un nouveau tome, ou en tout cas une nouvelle aventure dans les mains.

Voilà un livre d'aventure au rythme très soutenu, et aux décors multiples et soignés. Une touche de steampunk rajoute du piment et le héros est incroyablement attachant. Bref, vous vous régalerez avec Victor et si ce roman est un "one-shot", rien n'interdit de penser que nous pourrions un jour revoir Victor dans d'autres aventures.

PS: Pour les fans des haut-conteurs, sachez qu'on trouve un petit clin d'oeil qui fait bien plaisir!


5 commentaires:

  1. Steampunk tu as dit steampunk Phooka???
    Il me tentait déjà bien mais là tu as dit le mot magique... Il me le faut !!!
    Merci de ta chro comme toujours tu sais faire pleurer notre banquier ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une touche de steampunk oui, tu as bien lu !!

      Supprimer
  2. Oh, ça a l'air chouette, tout ça !

    RépondreSupprimer