jeudi 2 juillet 2015

UNE PLUIE SANS FIN de Michaël Farris Smith





Éditions Super 8
439 pages
euros


4ème de couv :


Après des années de catastrophes écologiques, le sud des États-Unis, de la Louisiane à la Floride, est devenu un véritable no man’s land. Plutôt que de reconstruire sans cesse, le gouvernement a tracé une frontière et ordonné l’évacuation de la zone. Au sud de la Ligne se trouve désormais une zone de non-droit ravagée par les tempêtes et les intempéries incessantes – sans électricité, sans ressources et sans lois.

Cohen fait partie des rares hommes qui ont choisi de rester. Incapable de surmonter la mort de sa femme et de l’enfant qu’elle portait, il tente tant bien que mal de redonner un sens à sa vie, errant sous une pluie sans fin. Des circonstances imprévues vont le mettre en présence d’une colonie de survivants, menée par Aggie, un prêcheur fanatique hanté par des visions mystiques. Celui-ci retenant contre leur gré des femmes et des enfants, Cohen va les libérer et tenter de leur faire franchir la Ligne. Commence alors un dangereux périple à travers un paysage désolé, avec pour fin l'espoir d'une humanité peut-être retrouvée.



L'avis de Dup :

Je n'ai fait qu'une bouchée de ces 440 pages pleines de pluie, de vent, d'éclairs et de coups de tonnerre. J'ai adoré cette lecture, à m'en étonner moi-même. L'ambiance y est tellement sombre que je me disais souvent que cela allait me lasser, mais que nenni.

Des pluies torrentielles s'abattent sans discontinuité depuis quelques années sur le sud des Etats-Unis, la région est gorgée d'eau. Le cyclone Katrina, c'était de la rigolade à côté de ça, juste une mise en bouche. Les vents démentiels abattent les arbres, arrachent tout e qui n'est pas solidement arrimé. Pluie et vents s'allient pour détruire les ports, les digues et les ponts. Au point que le gouvernement abandonne cette zone sinistrée, la population a été appelée à évacuer il y a quelques années, et une Limite a été tracée. En dessous, c'est devenue une zone hors lois.

L'auteur sous-entend juste que la situation résulte d'une catastrophe écologique, mais jamais il ne creuse plus que ça. Il ne parle pas des causes, mais du résultat et c'est ce que j'ai apprécié. Point d'accusations moralisatrices, point de militantisme écologiste. En revanche, pour ce qui est de la description de ce qu'est devenue cette région et du climat qui s'y déchaîne, il fait très fort. Une écriture très visuelle qui m'a frigorifiée. J'étais gelée en permanence, la tête rentrée dans les épaules et l'impression désagréable d'avoir les doigts tous fripés ! Ce roman est classé comme post-apo, moi j'enlèverai bien le "post" qui précède car on est en plein dedans cette apocalypse, du début à la fin !

Michaël Farris Smith va nous conter la vie, ou plutôt la survie de quelques personnages dans ce no man's land aquatique. 
Tout d'abord Cohen, un jeune veuf qui n'arrive pas à se résoudre à quitter sa maison et ses souvenirs. Sa femme a été tuée lors de leur évacuation par un objet volant, emportant dans la mort sa future fille également car elle était enceinte. 
On va suivre aussi une jeune créole tout juste majeure, Mariposa, issue d'une famille où on est diseuse de bonne aventure de mère en fille. Et également un ado, Evan, responsable de son petit frère de sept ans. Ces trois là ont été "recueillis de force" par un illuminé qui fonde sa secte, en se constituant un cheptel humain étroitement surveillé qu'il compte agrandir par tous les moyens...
Leur route vont se croiser et ensemble, ils vont essayer de s'en sortir, de rejoindre la Limite. Regagner le nord et la civilisation.

Une pluie sans fin est un roman plein d'actions, mais aussi plein de réflexions philosophiques que j'ai beaucoup apprécié. Quand il n'y a plus de points de repère, quand la loi de la survie prévaut, les décisions à prendre sont souvent lourdes de conséquences. Lorsque l'humanité des personnages se retrouve confrontée à la bestialité primaire, les émotions sont décuplées. Le récit de la survie de ces personnages m'a totalement pris aux tripes. L'auteur nous plonge dans un véritable cauchemar, celui qu'il fait subir à Cohen, Mariposa, Evan et quelques autres. Un cauchemar sans concession où les épreuves, les tuiles, les embûches se succèdent au même rythme que les ouragans, sans interruption, c'est infernal.

Un roman tout plein d'eau, dans lequel je vous conseille de vous plonger...en apnée ! J'en ressors lessivée mais fortement impactée. Je ne suis pas une pro des romans de SF, d'ailleurs je n'ai ni vu Mad Max, ni lu La route de Cormac McCarthy même s'il est dans ma PAL..., mais des romans comme cela j'adhère. Moi j'en fais un coup de coeur.




5 commentaires:

  1. Pas du tout aimé :p mais contente que ça t'ait plu t'as moins perdu ton temps que moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que je me suis dit ! :))

      Supprimer
  2. J'ai adoré ce livre, c'est vraiment mon genre de lecture ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je dirai que c'est un genre que je découvre depuis peu et que j'apprécie de plus en plus :)

      Supprimer
  3. "Il me le faut !!!" ; c'était le commentaire le plus constructif du jour :D

    RépondreSupprimer