jeudi 23 juillet 2015

LA VOIE DES ROIS 2 de Brandon Sanderson




LES ARCHIVES DE ROSHAR

LA VOIE DES ROIS 2


Traduction : Mélanie Fazi
Éditions Le Livre de Poche
656 pages
19,90 euros


4ème de couv :

«Je me souviens des jours avant l’Ultime Désolation. Avant que les Hérauts ne nous abandonnent, et que les Chevaliers Radieux se retournent contre nous. Des jours où la magie était encore de ce monde, et l’honneur dans le coeur des hommes. Aujourd’hui nous surveillons quatre personnes. La première est un chirurgien qui est devenu soldat dans une guerre brutale. La deuxième est un assassin qui pleure en tuant.
La troisième est une jeune femme dont la robe d’étudiante abrite une âme de voleuse et de traîtresse. La dernière est un prince dont les yeux se sont ouverts sur le passé, tandis que son appétit pour la guerre décroît. Le monde changera. La magie des anciens jours sera de nouveau la nôtre. Ces quatre personnes sont la clé. L’une d’entre elles nous aidera. Et l’une d’entre elles nous détruira.»



L'avis de Dup :

Le monde de Roshar a déjà bien été exposé au cours de la partie 1 de ce premier volume, La Voie des Rois. Pourtant cette partie 2 me donne elle aussi l'impression d'une introduction concernant cet univers. Je précise que ce n'est pas une critique, moi ça me plait de sentir qu'il y en a encore beaucoup sous la pédale hein ! 

Je vois un peu Brandon Sanderson comme un peintre qui nous peint son monde par petites touches, de ci, de là. Ses descriptions sont tellement visuelles qu'on le voit apparaître sous nos yeux. Un monde terriblement sec, aride, minéral, fait uniquement de rocailles, de roches, de pierres. Fait pour résister aux redoutables tempêtes majeures qui le traversent régulièrement. Le vocabulaire utilisé pour la flore elle-même évoque ce minéral : des boutons de roche éclosent après chaque tempête, on trouve des plantécailles, du schiste-écorse, etc... Quant à la faune, du plus petit au plus gros, ils sont tous pourvus de carapaces à la manière de crustacés géants ou de coquilles. Des planches d'anatomie parsèment l'ouvrage pour notre plus grand plaisir. Seuls les chevaux, dépourvus de la moindre trace de chitine, font exception à cette règle.

Un monde donc, qui garde encore beaucoup de mystères, notamment sur son Histoire. L'auteur maintient le flou sur le passé de ce Vieux monde, avec quelques brèves révélations par l'intermédiaire des visions que subit Dalinar à chaque tempête majeure. En revanche, ce qui va être développé ici dans cet opus, seront les intrigues qui concernent les trois personnages principaux : Dalinar, Kaladin et Shallan.

* Dalinar, Haut-Prince d'Alethkar, frère du roi Galivar assassiné il y a six ans, oncle du roi actuel, Elhokar. Un homme entier dont la vie est sanglée par une série de codes d'honneur qu'il s'impose. Mais un homme profondément juste et loyal. Ses visions à chaque tempête majeure l'emportent dans le lointain passé de Roshar, et à chaque fois un seul message : il doit unifier les Hauts-Princes pour sauver son pays.

* Kaladin, ex-futur-chirurgien, ex-lancier, ex-esclave, aujourd'hui homme de pont. Kaladin et le pont quatre, c'est une épopée à lui tout seul. C'est énorme, mais c'est impossible de raconter, d'expliquer ça. Jusqu'à aujourd'hui ma vision du bagne restait des hommes "cassant des cailloux", Brandon Sanderson vient de faire voler en éclat cette image. Il y a pire, être homme de pont.

* Shallan, apprentie voleuse, fausse étudiante, mais dessinatrice de talent est encore pleine de mystères qui se dévoileront sans doute plus tard. Le personnage secondaire qui gravite autour d'elle brille presque plus à mes yeux : Jasnah, sa tutrice, soeur d'Elhokar. Un personnage complexe, énigmatique et profondément passionnant grâce à son intelligence et son érudition. Elle souligne la place faite aux femmes dans ce monde si particulier, où les hommes n'ont pas accès au savoir ! Ce serait s'abaisser que de lire ou écrire, ces tâches sont confiées aux femmes !

Je me devais de vous dire que si les personnages principaux de cet auteur sont géniaux, les secondaires sont eux aussi sacrément bien campés, fouillés, profonds. Autour de Dalinar, Adolin son fils, l'énigmatique Malice, l'intrigante Navani mère d'Elhokar et Jasnah. Autour de Kaladin, quelques membres du pont quatre sont exceptionnels aussi. Ils sont tous de nationalité différente, avec des modes de vie, des croyances différentes voire opposées. Quel melting-pot, quelle richesse il en ressort, c'est juste énorme !

Il me faut également vous parler de ces interludes qui s'intercalent entre chaque grande partie. Interludes pendant lesquels l'auteur brosse rapidement des portraits d'hommes ou de femmes qui semblent ne rien apporter aux différentes intrigues. Enfin, tous sauf un, qui revient à chaque interlude, Szeth, l'assassin-esclave, il excelle dans l'art de tuer, il tue car il est obligé, mais il pleure à chaque fois. Il gère la Fluctomancie comme un virtuose et ses virées assassines se transforment en véritables ballets aériens. 

Il y aurait encore tant et tant à dire, mais ma chronique est déjà bien assez longue. Si beaucoup de choses sont abordées, les questionnements restent multiples. On ne peut que pressentir l'énormité du projet ambitieux de Brandon Sanderson. Oui, je crois en cette oeuvre majeure annoncée. Cette Voie des Rois s'achève sur une bataille mémorable, remplie de coups de théâtre et de révélations, qui nous jettent immédiatement sur les starting-blocks pour lire la suite. J'ai vraiment, vraiment hâte !
Verdict : coup de coeur aussi intense que pour la première partie !
  

Bon, j'ai encore été devancée par Bouchon... mais pas Petite Belge ce coup ci :))


Biblio de Sanderson Brandon sur BOOKENSTOCK:

( Cette biblio va bien s'agrandir d'ici la rentrée, je pars en vacances avec ma kobo chargée de plein de Sanderson ♥)


1 commentaire:

  1. Tu m'as dépassé, c'est po juste :) Je le garde bien au chaud pour mes vacances dans deux semaines. Vivement!

    RépondreSupprimer