vendredi 8 mai 2015

Sixième volet de l'ITV de Manon Fargetton



Les liens vers les précédents volets : 






Bonjour, tous !


Première révélation d'importance : je n'aime pas les interviews.

(oui, je me suis dit que j'allais balancer cette information politiquement incorrecte d'entrée de jeu, comme ça c'est fait...)

Mon problème n'est pas l'idée de l'interview – je trouve ça chouette de pouvoir parler de mon travail et échanger avec mes lecteurs. C'est juste que ça prend un temps fou. Enfin, pour moi, parce que je n'aime pas répondre à moitié, ni répondre trois fois la même chose quand on me pose trois fois la même question dans des interviews différentes. J'aime bien creuser un peu, quoi.


Sauf que vous n'avez pas vue la tronche de mon planning (et vous ne la verrez pas, c'est personnel une tronche de planning, namého!). En plus de l'écriture, j'ai un autre métier : la régie lumière au théâtre ; je tente en parallèle de me remettre à la musique que j'ai délaissé ces dernières années ; et j'essaye aussi, parfois, un peu, d'avoir une vie personnelle. Par conséquent, lorsque je suis en train de répondre à une interview, surgit toujours dans ma tête une petite voix perfide qui me lance, au choix :


- Tu ne ferais pas mieux d'avancer sur ton bouquin en chantier, là ? T'as déjà du mal à trouver assez de temps pour écrire, qu'est-ce que tu fous à te demander si oui ou non Dune est ton roman préféré ever ? (ce à quoi je rétorque un timide : mais c'est important... et puis on attend ma réponse..., réflexion aussitôt mouché d'un « plus important que ton bouquin ? » devant lequel je m'incline sans plus de discussions.)


- Dis, tu ne devrais pas plutôt appeler le théâtre dans lequel ton spectacle joue la semaine prochaine pour vérifier qu'ils ont bien loué tout le matériel dont tu as besoin ?


- Tu ne crois pas que ton violoncelle en a marre de rester dans sa boîte ? Moi, à sa place, j'en aurais marre. Et puis tu vas encore devoir refaire toute la corne au bout de tes doigts...

- Tu ne ferais pas mieux de profiter de l'heure que tu as devant toi pour aller changer les ampoules chez ta mère comme elle te l'a demandé il y a trois semaines ?

- Et tes nièces, tu ne les as pas vu depuis combien de temps, tes nièces. Ouais. Bien ce que je pensais. Tata indigne.


Bref.
Vous voyez l'idée.



C'est pourquoi quand Dup et Phooka m'ont proposé d'être l'invitée du « mois de »... j'ai accepté avec enthousiasme !



Pas logique ?

Mais si ! J'ai fait un calcul savant (oui, on peut écrire des romans ET avoir fait un bac S!) qui a aussitôt relégué la petite voix perfide aux oubliettes de mon cerveau : si je prends le temps de répondre à toutes les questions imaginables durant un mois entier, je suis tranquille pour au moins un an ! Ben oui, quand on me demandera une interview dans ce laps de temps, je pourrais renvoyer mon interlocuteur vers ce blog avec un sacré défi : « trouvez-moi une seule question, en lien avec mes romans ou l'écriture (faut quand même pas déconner), que l'on ne m'a pas posée ici, et alors okay, j'accepte de vous répondre ».

Et j'espère bien que l'interlocuteur pré-cité n'en trouvera aucune.

Parce que c'est votre mission, qu'il n'en trouve aucune.

Je compte sur vous.

Et ça commence maintenant !




Heu...

Oui, alors en fait, ça ne va pas commencer maintenant-maintenant, rapport à la tronche du planning dont je vous parlais plus haut ; parce que là, tout de suite, je suis quelque part dans le Limousin pour assurer la régie lumière d'un super spectacle, et on est logée à un endroit où il n'y a pas de connexion internet. Voilà voilà. Du coup, ben, rendez-vous à mon retour, le 4 avril !



****************************************


Bonjour Manon,
Tout d'abord je m'excuse pour ce retard mais j'étais en période d'examens et d'écriture de mon mémoire donc je n'ai pas eu le temps de venir ici avant.
Je t'avais rencontré lors du salon des Halliennales an 3 et je t'avais pris Le suivant sur la liste que j'ai lu et vraiment apprécié. Et lorsque Book en Stock proposait ce super partenariat je me suis ruée sur la suite La nuit des fugitifs (ma chronique arrivera d'ailleurs demain désolée).
J'avais plusieurs questions à te poser mais j'ai vu qu'elles avaient déjà été posté pour la plupart. Par contre n'ayant pas réussi à tout lire je suis désolée si celle que je vais te poser t'a déjà été posé. Je comprendrais que tu répondes simplement que tu as déjà répondu.
Voilà ma question: Comment t'es venue l'inspiration pour tes différents personnages du suivant sur la liste et de la nuit des fugitifs? Je veux dire par là leur personnalité, leur caractère? T'es-tu inspirée de personnes que tu connaissais ou est-ce uniquement de la création? Ont-ils évolué pendant ton écriture ou avais-tu déjà toute leur évolution en tête?
Merci de ton temps pour ta réponse :)
Bonne Journée (puisque je suppose que tu verras cette question demain ^^)

Manon :


Hello Marina,

Oui, je me souviens bien de toi (et Chica, il me semble ?) aux Halliénales... et de vos chocolats, aussi ! :D

Je travaille beaucoup mes personnages en amont de l'écriture, j'essaye de comprendre qui ils sont, quel est leur caractère, leur histoire, quelles sont leurs forces et leurs faiblesses, et j'essaye à chaque fois d'imaginer le synopsis du point de vue de chaque personnage : qu'est-ce que tel ou tel évènement / rencontre va modifier en lui, pourquoi, etc... évidemment, j'ai beau faire ce travail, les personnages ne prennent pas de réelle consistance avant la phase d'écriture, mais malgré tout, je sais généralement dès le début à qui j'ai affaire et comment il / elle va évoluer.

Pour Le suivant sur la liste, j'avais envie de personnages aussi différents les uns des autres que possible. Je ne peux pas dire que je me sois inspirée de personnes réelles, même si de temps en temps, sur une scène ou l'autre, j'ai pensé à des gens que je connais. Je me suis plutôt servie d'archétypes : la reine du collège, la fille bizarre, solitaire, un peu rebelle, le geek qui ne veut pas se faire remarquer, l'hypersensible, et le garçon plein de rage en rupture avec le système scolaire. Les archétypes sont intéressants, parce qu'ils parlent d'emblée au lecteur. Mais si on en reste là, c'est inintéressant au possible ! Donc, je les ai décalés : Morgane est la reine du collège mais elle garde le secret sur la condition mentale de sa mère, Izia est un peu bizarre et solitaire mais a une relation géniale avec son père et c'est sur ce plan la plus "normale", et elle va se retrouver à mener le groupe, Nathan ne veut pas se faire remarquer mais... meurt (raté pour la discrétion !) et est moralement obligé d'entrer en contact avec les autres, Timothée est hypersensible mais se croit fou et vit loin de tous, Samuel est plein de rage mais se laisse entraîner par le groupe un peu malgré lui et s'y attache.

Voilà, ça, c'était mon point de départ pour chaque personnage, et après, ben, j'ai creusé ! Leur hybridation était évidemment un élément clef pour les comprendre.

Pour vous donner une idée, voici la fiche personnage que j'ai rédigée pour Morgane avant même de commencer l'écriture du Suivant sur la liste. Attention : NE LISEZ PAS CE QUI SUIT SI VOUS N'AVEZ PAS LU CE ROMAN !!!!

Note de Dup : Surligner pour lire plus aisément ;)


"MORGANE"
pouvoir : elle sécrète une substance qui attire irrésistiblement les autres vers elle. Les gens ne peuvent s'empêcher de l'aimer. 
Origine du pouvoir : gènes d'une plante carnivore qui attire ses proies par l'odeur (http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actualite-le-parfum-des-plantes-carnivores-25208.php


famille / histoire : fille unique. Père aimant et protecteur, mais aussi très exigeant. Bonne élève, au collège, c'est la fille populaire aimée de tous (évidemment...). 
Juste après la naissance de Morgane, sa mère est internée dans une clinique privée parce qu'elle fait des crises de paranoïa ; elle y est toujours. Morgane se sent responsable de l'état de sa mère, et au collège, personne n'est au courant. C'est son secret. Seul Nathan le connaît, car il a croisé Morgane dans cette clinique. 
Avant de sombrer dans la folie, la mère de Morgane était chercheuse en bio-ingénierie. Spécialiste de la procréation assistée, elle faisait partie de l'équipe de scientifiques qui ont pratiqué les hybridations et manipulations génétiques à l'origine des pouvoirs de nos héros. Elle a d'abord accepté d'être mère porteuse pour l'expérience, avant de se rétracter. Ses collègues lui ont assuré que son embryon était normal, alors qu'il l'ont en réalité modifié. Elle pratique des tests à la naissance de Morgane, et se rend compte que ses collègues se sont servis d'elle. Elle se révolte. Ses collègues la poussent vers la folie. 


Maître-mot : identité 


Motivations intime : Ne pas décevoir son père. Après la découverte de son pouvoir : être aimée pour ce qu'elle est vraiment. 


Buts concrets : Protéger son secret. Après la découverte de son pouvoir : ne plus avoir de secret. 


Progression : A la mort de Nathan, Morgane est presque soulagée. Plus personne au collège ne connaît son secret. Lorsqu'elle découvre que quelqu'un publie des clips musicaux sur le profil Facebook de Nathan, elle s'en inquiète, et pour la première fois, elle va réellement fouiller ce profil. 
Elle s'aperçoit d'abord qu'il a peu d'« amis », ridiculement peu. Quatre. Puis en cherchant, elle découvre que le profil a une configuration particulière : personne ne peut le demander en « ami », c'est Nathan qui doit prendre l'initiative de la demande. En réalité, même les frères et sœur de Nathan ne connaissent pas l'existence de ce compte Facebook. 
Morgane se dit bien sûr que quelqu'un a piraté le compte, mais quand le pirate lui fait comprendre qu'il connaît son secret, elle se demande si Nathan est réellement mort. La personne qui se cache derrière l'identité de Nathan la guide vers la clinique où est internée sa mère, où elle va rencontrer Timothée, l'un des cinq « amis » Facebook de Nathan. 
Morgane ne découvrira son pouvoir qu'après la rencontre avec les scientifiques. Ce sera pour elle une profonde remise en question : les gens ne l'aiment pas pour ce qu'elle est, mais parce qu'ils sont « obligés » de l'aimer. Que valent alors ses amitiés ? Ses amours ? 
Pendant un moment, elle va chercher à se faire détester. Pour voir si c'est possible" 


Aujourd'hui, deux ans plus tard, j'ai rajouté pas mal de choses dans mes fiches personnages, mais il y a au minimum ces éléments là.




Bonjour Manon ! 

On m'a posé une question sur mon blog et donc vu que tu es la mieux placée (c'est à propos de L'Héritage des Rois-Passeurs), je transmets : "J'ai hâte de savoir si le prénom Enora (qui signifie honneur) a été choisie par hasard..."
J'ai trouvé hyper intéressante l'explication sur les noms et la linguistique ! J'aime bien que le prénom ait vraiment une signification dans l'ensemble du roman et que ce ne soit pas un prénom choisi juste parce qu'il est joli, cool, ou autre critère. 
Bon et donc, j'aurais tendance à dire que Enora n'a pas été choisi par hasard, et j'aimerais savoir pourquoi celui-là !

Manon :


Bonjour Sia, (et bonjour à la personne qui a posté sur ton blog !)

Pour Enora, je voulais là encore un prénom breton (pour moi, vous l'aurez compris, le royaume d'Ombre correspond à notre Bretagne, mais je ne voulais pas le surligner, donc je l'ai simplement suggéré par les prénoms et la géographie) sans pour autant tomber dans le cliché d'une Nolwenn ou d'une Gwenaëlle (je n'ai rien contre les Nolwenn et les Gwenaëlle, hein, j'en connais de très chouettes !). Enora était parfait en ce sens : clairement celte, mais pas cliché. À vrai dire, j'ai choisi ce prénom uniquement sur cette appartenance à un lieu géographique et ses sonorités, comme je l'expliquais précédemment, et ce n'est qu'en cours d'écriture que j'ai découvert sa signification... qui collait bien avec ce que je voulais raconter, et qui m'a peut-être influencé à partir de ce moment ! ;)



XL :

bonjour, suite à un petit contretemps, je n'ai pas encore reçu la suite de June, donc je patiente en lisant les réponses à cette interview fleuve
très beaux tampons en effet mais peu de chance de les voir en dédicace à La Réunion.. 


je suis ravie des questions et des réponses, je ne vois rien à ajouter mais je me régale de la franchise et de la densité des propos, merci de passer autant de temps à répondre à notre curiosité de lecteurs (et pas que)


Manon :


Effectivement, La Réunion n'est pas prévue au programme dans l'immédiat... Mais, eh, qui sait, ça viendra peut-être !





Bonjour Manon ...
La vacancière fatiguée est arrivée et elle est déjà en pleine lecture... de toute façon ma connexion est pourrie...

Bon alors "l'héritière du roi-passeur" ça commence sur les chapeaux de roue. Et je me dis tiens, encore des filles super dynamiques et aux cheveux courts... Forcément on se demande qu'elle part de toi ou de ce que tu voudrais faire entre dans la composition de tes personnages.
Le côté voltigeuse de Ravenne à un rapport avec ton travail au sein du théâtre ?
Conduis-tu comme Enora ?
etc...
Et pourquoi les mères meurent dans tes histoires ?!!!
Bon je continue à écouter chanter Enora... Au fait c'est facile (juridiquement) de reproduire les paroles d'une chanson ?
Bon dimanche


Manon :


Les filles sont "dynamiques et aux cheveux courts" non pas parce que je veux y mettre une part de moi, mais parce que j'ai du mal avec les stéréotypes. En gros, j'en ai ras la casquette des personnages "mâle-blanc-hétérosexuel-viril-actif" et "femme-blanche-hétérosexuelle-superféminine-passive". C'est tellement facile de tomber là dedans, c'est tellement ancré dans notre culture, notre société, que... merde quoi ! Il est grand temps de mettre un coup de pied dans ces poncifs ! Alors bon, en Bretagne, c'était compliqué de mettre des noirs (même si j'ai ramené Lïam et Pelakaï), mais des homosexuels, des femmes badass, des mecs au genre plus flou (Ojaedd...), des hommes plus dans l'intellect que dans l'action (l'Encré Rhett), ben ça, oui, je ne me suis pas privée... ^^

Le côté voltigeuse n'a pas grand lien avec mon travail de régisseuse puisque je ne suis pas sur scène, je suis dans la technique. Le système de magie, en revanche, est intimement lié à mon deuxième métier.

Non, je ne conduis pas comme Enora, je déteste me retrouver dans la voiture de gens qui conduisent comme Enora !!!

Pourquoi est-ce que les mères meurent dans mes histoires. Arf. je pense qu'on a tous nos peurs et nos obsessions. Moi, c'est de voir mourir les gens que j'aime, ma mère la première. Et donc, lorsque j'imagine "le pire" pour mes personnages, c'est ça qui me vient naturellement, j'imagine. Et puis bon, dans mes romans, les mères meurent, mais tu remarqueras que les pères et les fratries ne sont pas en reste, hein, je ne fais pas de jaloux ! :p

Juridiquement, reproduire un extrait d'un texte ne pose aucun problème du moment qu'on donne ses références. Un texte dans sa globalité, c'est plus compliqué, je crois.



Mégane :


Ouf ! Me voilà de retour dans la civilisation Internet à temps pour pouvoir te poser quelques questions ! Surtout que cette présentation donne sacrément envie ;)



Alors déjà, j'ai reçu L'Héritage des Rois-Passeurs chez moi le 16 et je crois bien que ma mère t'a détestée le temps d'une journée, parce qu'il a été très difficile (voire impossible) de me sortir le nez du livre, et tant pis si je l'ai fini à 3h du matin ! D'ailleurs en parlant de L'Héritage des Rois-Passeurs j'ai une première question à te poser, et en anglais parce que ça sonne bien mieux : who in the world gave you the right to fuck me up so much ???!!! Wow non sérieusement, je ne m'étendrai pas afin de ne spoiler personne, mais 10 jours plus tard mon pauvre petit coeur ne s'est toujours pas complètement remis du voyage. (Et dès que ça sera le cas, comme je suis une masochiste de base, je vais probablement le relire direct - simplement parce que je l'adore - il est vraiment excellent ! - et que je suis certaine d'avoir raté des choses à la première lecture, comme toujours. Ou alors je vais relire June parce que je n'ai appris que récemment que tu as retravaillé les textes à l'occasion de la parution chez Rageot ! Eh oui, je fais partie de ceux qui ont découvert les premiers tomes chez Mango et me voilà donc toute impatiente de découvrir la "2e version" ;))


Bref (oui j'ai tendance à m'étaler quand je parle, oups), pour en rester à l'Héritage, voilà ma première vraie question : j'ai lu que tu écrivais / allais écrire un autre roman dans le même univers (ce qui fait que je saute déjà de joie) et qu'on retrouverait certains personnages... Donc, si tu peux me répondre sans risquer de me spoiler ou quoi que ce soit d'autre... Est-ce qu'on retrouvera Ravenn ? (Je ne me suis pas beaucoup trop attachée à elle, c'est pas vrai, pas vrai du tout. DU TOUT.) (Et puis ouiiiii on va revoir Bleue ! Et apparendre à connaître Fèl ! :D *Bon là tu peux pas me voir mais je saute de joie !* ... Ce qui me donne un peu d'espoir pour revoir Ravenn, dont j'adore le caractère bien trempé.) (Ouais bon d'accord, je les aime tous, les personnages, j'avoue... Mais j'ai quand même un faible pour Ravenn ^^)

Et on m'a volé ma deuxième question concernant Bottero du coup ! xD Je me demandais aussi pour ce fameux Til'. Du coup tant que j'y suis, comme j'ai cru repérer plusieurs références, conscientes ou inconscientes, à l'oeuvre de PB dans June et notamment le 3e tome, je vais tourner ma question autrement : l'Epreuve de Nathaniel est-elle inspirée de l'Ahn-Ju ? Parce que j'y ai pensé instantanément en lisant la scène et ça m'a valu une double décharge d'émotions. Ca y ressemble et en même temps c'est totalement différent et... Bref, c'est magnifique et j'adore ce passage. D'ailleurs, s'il s'agit d'une référence consciente, je tiens à te dire qu'il s'agit de mon point de vue d'adoratrice du style et de l'univers de Bottero d'un magnifique hommage à cet auteur parti trop tôt. (Et pour en finir avec Bottero, je ne sais pas si tu as lu ses livres autres que ceux appartenant à son univers fantasy, mais si tu ne les as pas lus je te les conseille : Zouck, Tour B2 Mon Amour, et même Amies à Vie ou Le Garçon qui voulait courir vite, etc - qui sont pourtant pour les deux derniers des livres pour enfants, mais très touchants chacun à leur façon.)


Désolée pour ce pavé (je suis beaucoup trop bavarde), bonne journée, bonne écriture et au plaisir de te lire dans un prochain livre ! ;D (Je me connais, je ne vais probablement pas tarder à guetter une date de parution pour ce livre dont tu parles dans les réponses précédentes ;)) 


Manon :


Haha !

Alors, concernant ta première (fausse) question : You gave me that right, because YOU chose to read my fucking book ! (muahaha !)

Concernant ta première (vraie !) question : hummmmmmmmmm... peut-être. :p

Et oui, l'Épreuve que passe Nathanaël dans le troisième tome de June est directement inspiré de Pierre Bottero, et cette fois la référence était consciente. J'ai relu Ellana pendant l'écriture de June. La scène de son épreuve est celle qui reste le plus profondément gravée dans ma mémoire... J'aime beaucoup ton "ça y ressemble et pourtant c'est totalement différent", parce que c'est vraiment ce que je cherchais à faire. (et j'ai lu quelques-uns de ses livres non FF, mais pas tous).


Mariejuliet :

Hello,
J'ai terminé les rois passeurs et ce livre se lit tout seul!
Ramettes a eu la bonne idée de poser la question que je me suis posée au début du livre, concernant les points commun entre ce que tu as pu nous dire de toi et Enora.
Les heures sombres m'ont fait penser au film American Nightmare, hasard ou coïncidence?


en tout cas je suis ravie que tu travailles sur un prochain livre se passant dans le même univers, car il est très riche et on a l'impression de l'avoir juste survolé. 

Manon :


Alors oui, c'est assez marrant ce parallèle avec American Nightmare, parce que j'ai vu ce film pendant que j'écrivais l'Héritage des Rois-Passeurs ! Plus précisément : je prenais le train, et le mec à côté de moi regardait ce film. Il avait ses oreillettes, donc je n'entendais rien, mais comme c'était une VO sous-titrée, j'ai pu suivre les dialogues, et ça m'a super intriguée, parce que ça m'évoquait les Heures Sombres. Sauf qu'au bout d'un moment, le mec a dû en avoir marre que je regarde son écran (moi, ça m'énerve, les gens qui regardent mon écran !), et il a fermé son ordinateur bien avant la fin du film. Je ne connaissais pas le titre, évidemment. Mais en même temps, sur le moment, je ne l'ai pas cherché, parce que je ne voulais pas être trop influencée, et je ne l'ai finalement regardé en entier (et avec le son !) qu'après avoir terminé la rédaction du roman ! Voilà, tu sais tout... ;)


Licorne :

Bonjour Manon,
Il me reste une vingtaine de pages à lire pour finir "L'héritage des rois passeurs", mais j'espère déjà une suite … Il y aurait de quoi faire.. Y as-tu pensé ? 

J'ai été conquise par ces mondes miroirs et leurs imbrications.. Il y a une idée de base vraiment originale … pas facile non plus à mettre en place pour éviter des incohérences dans l'histoire. D'ailleurs, comment ça se passe au niveau relecture, as tu des lecteurs beta ? Des gens qui te sont proches ? et comment géres tu ces relectures…
Je dois dire que ta" fantasy" est d'une grande fraicheur et d'une grand modernité, dans les actions, les personnages, leur façon de s'exprimer et leur façon d'agir, ( j'ai adoré les inventions de mots ..) ce qui donnera j'espère des lecteurs supplémentaires à ce genre qui tend hélas à ne pas trop se renouveler. Je concocte ma chronique que je vais tacher de faire passer rapidement, et je t'encourage à continuer dans la fantasy. As tu un maître dans ce genre ? 
Merci d'avance pour tes réponses.


Manon :


Bonjour Licorne ! Et désolée pour le délai de réponse, c'était un peu compliqué de trouver du temps en salon...

Alors pour les relectures, déjà, je relis énormément moi-même. Chaque début de session d'écriture commence par la relecture de la (voire des deux) session précédente, et je reviens régulièrement en arrière pour relire de longues séquences dans la continuité.  Ensuite, ma première lectrice extérieure est ma mère. C'est elle qui corrige mes fautes d'orthographe les plus énormes (^^), et j'aime que ce soit elle, parce qu'à la fois, sa pudeur face à mes écrits la rend très respectueuse (il faut souvent que je lui tire les vers du nez pour savoir ce qu'elle a vraiment pensé de tel ou tel passage !), et à la fois, c'est l'une des personnes qui me connait le mieux au monde et elle peut être très tranchée dans ses avis. Quand un truc ne lui plait pas, elle finira toujours par le dire, et pas à moitié... ^^ Au final, elle a le rôle le plus ingrat, parce que souvent, elle ne revoit pas le texte avant la sortie du roman, où elle le relit chaque fois.
Après ma mère, le texte part directement à mon éditeur, et c'est avec lui / elle que le reste du travail se fait. Parfois, à la toute fin, lorsque j'ai un premier jet complet, je le donne à lire à quelques cousins / frangine / amis, pour avoir des avis extérieurs.
Pour ce qui est de mes maîtres en Fantasy, j'ai été très influencée par les univers de Zelazny (le cycle des Princes d'Ambre) et Neil Gaiman (surtout Sandman). En Fantasy plus classique, ce serait Feist. Et je relis Dune régulièrement (oui, certains romans du cycle sont plus de la fantasy que de la science-fiction... ;) )



Katycat :

Bonjour Manon,
Enfin ma 3ème intervention dans cette llooonnngggue interview !!! mais je voulais terminer L'Héritage des Rois Passeurs. Tout d'abord, bravo ! Vous avez une plume addictive ! J'ai été conquise par le Suivant sur la Liste, j'ai acheté de suite La nuit des Fugitifs (que je compte bien amener aux Imaginales) et maintenant me voilà sous le charme de ce roman fantastique !
Beaucoup de questions ont été posés (notamment celles des prénoms), du coup en voici une autre, qui j'espère n'a pas encore effleuré l'esprit de votre lectorat :
Dans l'Héritage des Rois Passeurs, on se retrouve au début avec 3 sortes de "récits" : on suit Raveen, puis Enora (avant que les 2 ne se rejoignent), puis des extraits de journal intime ou de témoignages anciens. Comment avez-vous construit votre livre ? Avez-vous d'abord écrit l'intrigue principale et après insérer les extraits, ou ça vous est venu au fur et à mesure de l'écriture ?


Merci de toutes ces réponses qui permettent de mieux cerner l'auteur et la femme que vous êtes ! Et j'espère bien vous rencontrer à Epinal (j'y serais le samedi toute la journée)

Manon :


Bonjour Katykat,

Merci pour ces compliments !

En fait, avant même de commencer l'écriture du roman, j'ai produit un document préparatoire d'une vingtaine de pages dans lequel je développais le synopsis, les personnages, mais aussi tout l'univers - système de magie, dieux, liens entre les deux mondes, histoire d'Ombre, etc... Certains de ces textes ont donné lieu à des "fragments", même si je les ai réécrits. Pour les autres, je les ai rédigés dans la continuité du roman. De temps en temps, je ne savais pas quoi mettre en fragment, alors j'entamais le chapitre, et en cours de chapitre je me disais "ah voilà, c'est ça !". J'en ai déplacé quelques-uns, aussi, soit parce que je me rendais compte qu'il manquait une information essentielle, soit parce que je trouvais un endroit plus judicieux où placer l'élément. 

Les fragments m'ont servi, comme certaines d'entre vous l'ont souligné dans les chroniques, à donner au lecteurs des éléments que les personnages n'ont pas encore et à attiser votre curiosité. Mais il y a aussi le cas particulier de Rhett, l'Encré, dont on lit certains écrits dans les fragments, et qu'on retrouve comme personnage dans les chapitres. J'aimais bien cet écho entre l’œuvre et la personne, la grande histoire et la petite. Et puis il y a Morgane, la grand-mère d'Enora. J'ai adoré écrire ses séquences. Ce sont celles auxquelles aucun personnage n'aura jamais accès, excepté Le Gris, peut-être, mais on n'en saura rien. Et pourtant, ce sont celles qui donne l'ultime clef de compréhension au lecteur. J'avais envie que les fragments intitulés "carnet de Morgane" bouclent la boucle : le dernier, dans le roman, a été écrit la veille de la première scène du roman. Pour moi, ils sont "l'intime de l'intime", le cœur battant du roman.

Rendez-vous à Epinal, donc ! ;)

Ramettes :

Bonjour,
Je suis restée un peu frustrée par le peu de parole directe de Rhett l'encré et je me demande si dans le prochain il fera partie des personnages à développer puisqu'il est le chroniqueur d'Ombre. Va t-on découvrir les autres royaumes qui entourent ombre ? je suis curieuse de savoir ce que contiendra le prochain roman...
Comme promis j'ai fait une chronique négative ... http://ramettes.canalblog.com/archives/2015/04/30/31981087.html ...

Merci pour ce mois très bavard... 


Manon :


Très honnêtement, pour Rhett, je n'en sais encore rien. Le roman commence près de neuf ans avant l'Héritage des Rois-Passeurs, juste après la fuite de Ravenn, donc il va falloir jouer serré avec tout ce que j'ai déjà évoqué à propos de cette période ! ^^
On va découvrir d'autres contrées de ce monde, oui...


Phooka :
Bonjour Manon,

Je viens de voir ton planning de dédicaces, je me demande comment tu arrives à combiner ta vie professionnelle et vie d'auteur/ de salon ? Organises tu tes séances de dédicaces en fonction de tes déplacements professionnels ?

Sinon, la seule solution que je vois c'est un clone ! :)

Manon :


Le plus souvent, c'est l'inverse : je bloque les dates de tous les salons potentiels six mois avant, et j'organise les rencontres scolaires le plus tôt possible. Une fois que j'ai ces contraintes, j'organise mon planning de théâtre. C'est l'avantage de l'intermittence. Tu es précaire, si tu ne fais pas assez d'heures dans l'année tu perds ton statut et tu n'as droit à aucun chômage, mais tu es assez libre niveau planning. Tu acceptes le boulot, ou non. Tous mes employeurs savent qu'il ne faut pas compter sur mois au mois de mai ! Quant aux longues périodes de création de spectacle ou de tournée, je me débrouille pour que ça tombe à des moments où il n'y a pas trop de salons... ce qui ne m'empêche pas de devoir refuser des invitations, comme cette année en novembre, où je serai à Bruxelles pendant trois semaines avec une pièce. Bref, organisation et compromis ! Je bénis mon agenda qui possède une page dépliante avec l'intégralité de l'année, et au verso, l'année suivante, c'est magique comme outils ! ^^
Mais en effet, un clone serait pratique ! :D

Phooka :

Encore moi !
Puisque le contrat est signé, parle nous de "Le livre de toutes les réponses sauf une", !:) 

Manon :

Le contrat est signé, mais ça ne signifie pas que je suis libre d'en parler ! En réalité, je suis moins libre d'en parler qu'avant la signature, haha ! 

Alors que puis-je en dire...

Ce roman commence le jour de la rentrée en 4ème de Bérénice, qui vient de déménager et est donc nouvelle dans ce collège. Elle appréhende le moment de l'appel, parce que son nom de famille est LAMORT, et qu'elle sait que tout le monde va la dévisager quand le prof le dira. Sauf qu'un peu avant de l'appeler, le prof lance "Pandora Hurlevent", et tous les élèves dévisagent cette fille au nom étrange, nouvelle elle aussi. Les deux filles s'observent d'un bout à l'autre de la classe en mode "je crois qu'on a un truc en commun !" jusqu'à la sonnerie. A la pause, un élève les attend dans le couloir. Il s'appelle Lazare, et il leur sert de guide pour rejoindre la salle suivante. Entre ces trois là, une amitié profonde et pleine de pudeur se noue peu à peu. Mais Bérénice et Pandora ont chacune un secret, et quand viendra le moment de le partager, leurs vies ne seront plus les mêmes...

Dingue, rien que d'en parler, j'ai une bouffée d'émotion et d'affection intense pour ces trois personnages. Hâte que vous les découvriez... rendez-vous en septembre, donc !

14 commentaires:

  1. Excellent(pour l'histoire du film)!
    Merci de partager avec nous les coulisses de ton écriture (la je pense à la fiche personnage), je trouve ça passionnant de voir comment un auteur travaille, construit son roman!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Manon,
    Il me reste une vingtaine de pages à lire pour finir "L'héritage des rois passeurs", mais j'espère déjà une suite … Il y aurait de quoi faire.. Y a tu pensé ?
    J'ai été conquise par ces mondes miroirs et leurs imbrications.. Il y a une idée de base vraiment originale … pas facile non plus à mettre en place pour éviter des incohérences dans l'histoire. D'ailleurs, comment ça se passe au niveau relecture, as tu des lecteurs beta ? Des gens qui te sont proches ? et comment géres tu ces relectures…
    Je dois dire que ta" fantasy" est d'une grande fraicheur et d'une grand modernité, dans les actions, les personnages, leur façon de s'exprimer et leur façon d'agir, ( j'ai adoré les inventions de mots ..) ce qui donnera j'espère des lecteurs supplémentaires à ce genre qui tend hélas à ne pas trop se renouveler. Je concocte ma chronique que je vais tacher de faire passer rapidement, et je t'encourage à continuer dans la fantasy. As tu un maître dans ce genre ?
    Merci d'avance pour tes réponses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Je viens de finir le livre et ma question sur une suite ... ne se pose plus vraiment, quelle fin d'ailleurs !..ça plombe un peu l'ambiance... Bref, je viens aussi de lire la réponse à ma question sur une éventuelle suite avec des personnages de l'histoire (un peu plus haut dans tes réponses) ... Voici ma chronique :
      http://fanfanlatulipe85.blogspot.fr/2015/04/lheritage-des-rois-passeurs-manon_30.html

      Supprimer
  3. Bonjour Manon,
    Enfin ma 3ème intervention dans cette llooonnngggue interview !!! mais je voulais terminer L'Héritage des Rois Passeurs. Tout d'abord, bravo ! Vous avez une plume addictive ! J'ai été conquise par le Suivant sur la Liste, j'ai acheté de suite La nuit des Fugitifs (que je compte bien amener aux Imaginales) et maintenant me voilà sous le charme de ce roman fantastique !
    Beaucoup de questions ont été posés (notamment celles des prénoms), du coup en voici une autre, qui j'espère n'a pas encore effleuré l'esprit de votre lectorat :
    Dans l'Héritage des Rois Passeurs, on se retrouve au début avec 3 sortes de "récits" : on suit Raveen, puis Enora (avant que les 2 ne se rejoignent), puis des extraits de journal intime ou de témoignages anciens. Comment avez-vous construit votre livre ? Avez-vous d'abord écrit l'intrigue principale et après insérer les extraits, ou ça vous est venu au fur et à mesure de l'écriture ?
    Merci de toutes ces réponses qui permettent de mieux cerner l'auteur et la femme que vous êtes ! Et j'espère bien vous rencontrer à Epinal (j'y serais le samedi toute la journée)

    RépondreSupprimer
  4. Un petit mot pour un grand merci, Manon... et Dames Dup et Phooka :-)

    RépondreSupprimer
  5. Pas de question mais le lien vers ma chronique de L'héritage des rois-passeurs : http://booksandme.canalblog.com/archives/2015/05/02/31824991.html

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,
    Je suis restée un peu frustrée par le peu de parole directe de Rhett l'encré et je me demande si dans le prochain il fera partie des personnages à développer puisqu'il est le chroniqueur d'Ombre. Va t-on découvrir les autres royaumes qui entourent ombre ? je suis curieuse de savoir ce que contiendra le prochain roman...
    Comme promis j'ai fait une chronique négative ... http://ramettes.canalblog.com/archives/2015/04/30/31981087.html ...

    Merci pour ce mois très bavard...

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Manon,

    Je viens de voir ton planning de dédicaces, je me demande comment tu arrives à combiner ta vie professionnelle et vie d'auteur/ de salon ? Organises tu tes séances de dédicaces en fonction de tes déplacements professionnels ?
    Sinon, la seule solution que je vois c'est un clone ! :)

    RépondreSupprimer
  8. Encore moi !
    Puisque le contrat est signé, parle nous de "Le livre de toutes les réponses sauf une", !:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais venue demander la même chose :p

      Supprimer
  9. Hou, mais il a l'air super ce nouveau roman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je plussoie, ce petit avant-bouche m'a mis sur les starting blocks direct !

      Supprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer