lundi 19 janvier 2015

DEUX GOUTTES D'EAU de Jacques Expert




Sonatine Éditions 
336 pages
19 euros


4 de couv :


Une jeune femme est retrouvée morte dans son appartement de Boulogne-Billancourt, tuée à coups de hache. Elle s’appelle Élodie et son ami, Antoine Deloye, est identifié sur l’enregistrement d’une caméra de vidéosurveillance de la ville, sortant de chez elle, l’arme du crime à la main. Immédiatement placé en garde à vue, Antoine s’obstine à nier malgré les évidences. Il accuse son frère jumeau, Franck, d’avoir profité de leur ressemblance pour mettre au point une machination destinée à le perdre. Quand Franck Deloye arrive au commissariat central pour être entendu, le trouble est immense : il est impossible de différencier les deux hommes, qui se ressemblent, littéralement, comme deux gouttes d’eau… Le divisionnaire de la PJ en charge de l’enquête, Robert Laforge, un homme réputé pour sa compétence mais aussi son intransigeance et ses éclats incontrôlés, va devoir tirer au clair avec son équipe ce véritable casse-tête. Lequel des deux jumeaux ment, lequel est le bourreau, lequel la victime ?


L'avis de Dup :

Voilà un "nouvel" auteur français de thriller que je n'avais encore jamais lu. Les guillemets sont là parce que Deux gouttes d'eau est son troisième roman. Il y a eu Adieu en 2012 et Qui ? en 2013, toujours chez Sonatine qui est somme toute un gage de qualité. Je les avais vu passer mais les pitchs ne m'attiraient pas plus que ça. En revanche le résumé ci-dessus m'a interpellé d'emblée.

Élodie a été massacrée à coups de hache par son petit ami Antoine Deloye, alors que tout semblait aller bien entre eux, un mariage était même programmé. Ce dernier est confondu par de multiples enregistrements vidéos de surveillance du quartier, du métro. Comme on dit : "il n'y a pas photo !".

Sauf qu'Antoine accuse Franck, son frère jumeau. Et bien évidemment ce sont des jumeaux homozygotes partageant le même ADN, deux véritables gouttes d'eau impossibles à différencier... Franck nie bien sûr et se désole de la "mauvaiseté" de son frère. 

Ils ont tous les deux un alibi en béton... sauf que c'est le même ! Un des deux a passé la soirée au café des Princes, beaucoup de témoins peuvent l'assurer. Les deux jumeaux affirment la même chose, avec le même aplomb, le même accent de sincérité, et en fait aucun témoin n'est à même de trancher lequel des deux était là.

Robert Laforge, divisionnaire de la PJ va butter contre cette énigme, mais tel un pitbull tenace, il mettra un point d'honneur à démêler cette pelote. Mais chaque fil partant de l'un rejoint inexorablement l'autre ! Il va donc considérer les deux comme innocents... ou coupables, selon son état d'esprit. Et le problème c'est que son état d'esprit, j'ai eu bien du mal à le comprendre. J'avoue avoir du mal à piger qu'un auteur puisse s'appuyer sur un personnage principal aussi détestable, sans que rien ne vienne si ce n'est expliquer, au moins adoucir le caractère, le comportement, la façon d'être.

Ce véritable casse-tête est entrecoupé de flashs back sur la vie de ces jumeaux, de la conception qui a été une véritable bataille, à aujourd'hui. Rétrospective glaçante où on découvre la face cachée de cette entité gémellaire au service du mal. À priori un dominant, un dominé... à priori. Mais lequel ? Et s'ils étaient complices ? Comment en être sûr, car en plus de partager le même ADN, Antoine et Franck sont atteints d'adermatoglyphie. Une mutation génétique rare qui fait qu'ils n'ont aucune empreinte digitale, les mains et les pieds parfaitement lisses...

Je vous laisse chercher et découvrir la solution aux mains de monsieur Expert. Sachez cependant qu'une fois commencé, ce roman ne se lâche plus. Le déroulement de l'intrigue est implacable et nous plonge dans un remue-méninge intense. Ce roman aurait pu être un énorme coup de coeur tant il est captivant et bien mené, cependant j'ai eu tellement de mal à apprécier le personnage principal, ce divisionnaire Laforge que mon sentiment restera mitigé.  Dommage, vraiment !




5 commentaires:

  1. On est rarement déçu avec Sonatine ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Hou Hou, une découverte, une chronique favorable.. . J'achète. Merci, @bientôt, Grybouille.

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai dans ma PAL enfiiiin !!!!!!!!!!!!! (Grybouille ne me le piquera pas !!!)

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Tu en as fait un coup de coeur Léa ?

      Supprimer