lundi 16 juin 2014

CES LIEUX SONT MORTS de Patrick Graham




Fleuve noir
417 pages
20,90 euros


4ème de couv :

Le docteur Eric Searl du Good Samaritan Hospital de Los Angeles ne vit que pour les « endormis ». Ceux qu’un accident ou qu’une maladie a plongés dans un coma profond et qu’il faut accompagner vers le réveil… ou la mort. Lui-même rescapé d’une longue période de coma, il a développé des techniques ultramodernes afin d’aider ses patients en utilisant les stimuli olfactifs et auditifs qui ont marqué leur vie, afin de ressusciter leurs souvenirs et par conséquent leur conscience. Searl serait un pur héros s’il s’occupait aussi bien des « éveillés », et en particulier de sa propre famille.
C’est sur cette base que Rebecca, sa nouvelle compagne, le maudit lorsqu’il rate leur avion à la veille de Noël. C’est donc seule, avec les trois enfants de Searl, qu’elle se rend dans le chalet de ce dernier dans lequel elle n’a jamais mis les pieds. Un lieu totalement isolé en plein cœur des Rocheuses. Malgré une tempête de neige épouvantable, Rebecca arrive tant bien que mal à conduire la famille à bon port.
Sa seule erreur de parcours aura été de vouloir sauver un jeune auto-stoppeur du froid. Un auto-stoppeur bègue qui lui a menti sur sa destination. 
Lorsque Searl prend la peine d'appeler sa famille, ce qu’il entend à l’autre bout du fil ce sont des portes qui claquent, les hurlements des siens, et L’Enlèvement au Sérail qui résonne dans toute la maison. Puis cette voix, glaçante : « Aaaa votre plaaace, je deviendrais complètement fffou, doc. »




L'avis de Dup :

Après un prologue choc, dans la veine des plus purs thrillers, l'auteur commence à nous dérouler son intrigue, construite en trois parties de tailles inégales, la seconde assez courte, la troisième faisant la dernière moitié du livre. Ces trois parties correspondent à des rebondissements énormes, des virages à 90° de l'histoire dans laquelle nous entraîne Graham. On finit chaque partie en apnée complète, et perfidement la suivante démarre piano piano. On souffle...oh, pas longtemps !!! Mais ne comptez pas sur moi pour vous parler de cette intrigue, il vous faut la découvrir. Il vous faut plonger dedans, vous y enfoncer comme l'a prévu l'auteur. Ainsi l'on va, de surprises en surprises et c'est juste génial !

Le point fort des romans de cet auteur est sans conteste ses personnages. Eric Searl va lui aussi faire parti de ces personnages de papier qui vont errer longtemps dans mon esprit, à l'image de sa Marie Parks, héroïne de L'évangile selon Satan et L'apocalypse selon Marie (j'ai adoré d'ailleurs le clin d'oeil fait à Marie dans ce roman). Searl donc est un neurochirurgien réputé, spécialiste du coma. Son domaine au Good Samaritan Hospital de Los Angeles, c'est l'étage des "endormis". On sent que les recherches de l'auteur sont pointues, et il nous transmet ses connaissances sans nous noyer dans le jargon médical. Même si faire partie du monde médical ne nuit pas, bien au contraire, on se rend compte de la véracité des dires. Et pour accentuer, approfondir le profil de Searl, Graham le fait marathonien. Les séances de courses extrêmes sont juste passionnantes à suivre. 
Même les personnages secondaires à l'intrigue sont décortiqués et il est impossible de ne pas s'en souvenir. Les gamins de Searl, Megan, l'ado pimbèche, mal dans sa peau, Marty, l'odieux ado, le sale moutard mal élevé à qui ont donnerait bien des baffes, et la toute pitchoune Kristen et son doudou. Ed Crawley, ce vieux shérif proche de la retraite et rongé jusqu'à la moelle par un vilain cancer des poumons. Et Mila, la douce Mila, qui parle peu mais dessine si bien... 

De l'action, ce roman n'en manque pas, mais ce qui marque le plus c'est l'ambiance stressante, oppressante qui est maintenue en permanence. Je préfère vous prévenir de suite, cette lecture est épuisante pour les nerfs, et pourtant, qu'est-ce-que je l'ai aimée. Je me suis fait bourlinguer par Patrick Graham, secouer un peu comme dans un grand huit, avec des accès de vertige, des accès de nausée...et j'en redemande. Trop bien !

Étouffant, asphyxiant. Voilà, ce sont les mots qui me viennent à l'esprit si je dois résumer ce dernier thriller de Patrick Graham. On est encore un cran au-dessus de Retour à Rédemption ! Je ne peux pas comparer avec Des fauves et des hommes car je ne l'ai pas encore lu. Mais je ne peux que vous conseiller de vous ruer sur cette pépite, Ces lieux sont morts, c'est vraiment, vraiment de la bonne came ! 




6 commentaires:

  1. J'avais beaucoup aimé l'évangile et l'apocalypse, tu me fais très envie avec celui-là ! J'attendrai une sortie poche mais je le lirai... un jour ! :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai Des fauves... dans ma PAL avant, mais celui-ci me fait envie également, surtout vu ce que tu en dis !

    RépondreSupprimer
  3. Je n'avais pas suivi l'actualité de ce brillant auteur et du coup ça me fait trèèèèèèèèèèès envie de découvrir ce petit dernier tellement il est alléchant !

    RépondreSupprimer
  4. Moi j'attends un trou dans mes lectures obligatoires pour glisser Des fauves et des hommes :)

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai lu en moins de 24h, très dur de le reposer et la fin est une claque ! J'espère qu'une suite est prévue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je me pose la question...

      Supprimer