lundi 12 mai 2014

CHESSTOMB de John Ethan Py




Éditions HSN
L'Homme Sans Nom
400 pages
19,90 euros

4ème de couv :


1922. Howard Phillips Lovecraft écrit une de ses plus étranges nouvelles : Herbert West, réanimateur.

2001.
Le meurtre atroce d’une famille plonge la ville de Chesstomb dans le deuil. Journaliste de renom, Shelby Williams vient y enquêter. Accumulant une somme de documents qui fera date dans l’histoire du journalisme d’investigation, il remonte peu à peu l’histoire de la ville. Jusqu’à cette fameuse année 1922 qui a vu la querelle de plusieurs médecins tourner au tragique. Le plus étrange : tout indique que le personnage de Lovecraft aurait son origine dans ce drame.

John Ethan Py accomplit la performance de mise en forme de ces documents presque oubliés, créant une œuvre vertigineuse, où le réel et l’imaginaire s’entremêlent avec une force insoupçonnée.



L'avis de Dup :


Je ne sais vraiment pas par quel bout m'y prendre pour vous parler de ce livre tant il est dense et atypique. Si je devais le résumer en quelques mots ce serait : effrayant, captivant et au final, étourdissant.

Effrayant, et encore ce mot est en dessous de la vérité. Voilà bien un maître de l'horreur découvert par les éditions HSN. Cette capacité à raconter de façon toute naturelle des scènes "abominaffreuses" sans pour cela jouer des superlatifs, ni même dans la surenchère, n'est pas donné à tout le monde. Je n'ai hélas pas pris de notes, les conditions dans lesquelles j'ai lu ce livre ne s'y prêtaient pas. Cependant je garde des souvenirs prégnants de simples descriptions d'odeurs méphitiques qui me retournent le coeur encore aujourd'hui. Or il s'est passé bien une quinzaine de jours entre ma lecture et l'écriture de cette chronique ! Âmes sensibles s'abstenir absolument.

Captivant car l'auteur nous entraîne dès le début dans une histoire bien mystérieuse. Un écrivain qui décide de mener une enquête sous forme d'une chronique journalière sur un fait divers sanglant et inexpliqué. Lieu, Chesstomb, dans le Massachusetts, non loin de Providence, et nous sommes au début du XXIème siècle. Un peu comme un roman épistolaire, nous allons apprendre ses découvertes par les lettres qu'il adresse quotidiennement à sa femme. Puis il va y adjoindre des extraits d'un journal que lui a confié un habitant de Chesstomb. Des écrits réalisés au début du XXème siècle par un journaliste qui relate des faits similaires. Or ce journaliste était lié d'amitié avec un jeune écrivain, H. P. Lovecraft, qui l'assistera dans son enquête. Lorsque l'on réalise que les gens impliqués dans les faits d'hier sont devenus des personnages des romans de Lovecraft quelques dix années plus tard, cela donne le tournis.

Et on arrive donc au troisième adjectif : étourdissant. En gros, si je schématise, John Ethan Py construit un livre qui parle d'un livre qui parle d'un livre, le tout sous forme d'un documentaire. Mais tout cela sans jamais perdre le lecteur. L'histoire qui nous est contée est tellement bien amenée que le côté fantastique passe tout seul, pire on ne sait plus très souvent si on se situe dans la réalité ou dans la fiction. De plus, le côté horrifique du récit plonge le lecteur dans un état d'inquiétude, d'attente, du début à la fin. Et ça j'adore. Quant à cette fin, je gage que personne ne pourra en supputer la chute ! 
Du grand art, vraiment !
Coup de coeur, évidemment !
Pour public averti, exclusivement !

PS : Un coup de chapeau à l'auteur de cette couv' flippante à souhait, qui nous avait habitué à des couv' plus...soft :)  Alexandre Dainche, un des chouchous de ce blog ♥

5 commentaires:

  1. O.O Et dire que je l'ai croisé dans les rayonnages de Cultura mercredi dernier ! Raaaah, que c'est rageant ! Il me le faut. Il-me-le-faut-Il-me-le-faut-Il-me-le-faut.
    Bouuuh, j'en frémis d'avance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est ballot ça Bouchon !!!

      Supprimer
  2. Tu as oublié de dire que l'auteur nous mène par le bout du nez :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est carrément ça, oui ! Après la conclusion, je suis retournée lire à nouveau la préface, et ma réflexion a été : l'enfoiré, il m'a complètement roulée dans la farine !
      Mais je ne voulais pas en parler justement, pour que chacun lisant ce livre ait la même impression forte que moi :))

      Supprimer
  3. pas lu la quatrième de couverture, mais parce que vous en dites, il a l'air tip top !
    J'y jetterai un œil quand j'aurai des sous :)

    RépondreSupprimer